Quand la diffusion de la fausse information devient spécialité

La webosphère est devenue un espace où tous les excès sont permis. On y retrouve tout de la vraie, comme de la fausse information. Elle devient un couteau à double tranchant pour le journaliste.

La webosphère est devenue un espace où circulent vraies informations, rumeurs, plaisanteries de mauvais goût… Le journaliste y trouvera des pistes vers des exclusivités, tout comme il y a des sentiers qui mènent, à coup sûr, au fourvoiement. Mort du pape démissionnaire Benoît XVI, conversion à l’Islam de la député française Christine Boutin, ancienne présidente du Parti chrétien-démocrate, qui a annoncé son intention de porter plainte contre le site parodique Nordpresse.be pour diffusion de fausse nouvelle…

Malgré qu’elle ait appris que cette apostasie est une plaisanterie, Mme Boutin dit avoir maintenu sa décision de saisir la justice. N’en jetez plus !

Christine Boutin porte plainte contre un site qui a annoncé sa conversion à l'islam.

Christine Boutin porte plainte contre un site qui a annoncé sa conversion à l’islam.

La webosphère – toujours elle – a annoncé, le 10 juin 2016, la mort du footballeur international ivoirien Yaya Touré. Quatre mois auparavant – et pour la deuxième fois – elle avait annoncé la mort de l’international de football camerounais Rigobert Song ! Il a succombé à une « tention » (sic) écrit Actualites.com qui parle de la morosité qui se serait saisi du Cameroun suite à ce décès.

«Ce matin, tout le Cameroun est attristé par la mort (sic) de l’ancien lions indomptables (sic) Rigobert Song qui serait décédé d’une crise de tention (sic) le lion serait à la morque (sic) de l’hôpital général de Douala en attendant ses obsesque (sic) une fois de plus encore le Cameroun a été abattu mais comme on le dit tres(sic) bien dans le dicton un lion ne meurt pas Mais il dort». Voilà le texte – que nous reproduisons avec ses fautes d’orthographe et autres – qui a annoncé la mort de Song le 26 février 2016.

Rumeurs sur la mort des footballeurs

Quelques heures après ce message qui a fait le tour de réseaux sociaux comme Facebook et d’un moteur de recherche comme Google, www.starafrica.com dément ce qui ne semble être qu’un canular de plus sur la même personne : «Encore une rumeur de décès qui touche l’une de nos stars de football préférées. Après la rumeur sur Asamoah Gyan, cette fois c’est un site web qui vient nous annoncer la mort de l’ancien capitaine des Lions Indomptables Rigobert Song.

«L’information, reprise par plusieurs médias, a ensuite fait le tour de la webosphère et toute l’Afrique, inquiétée, s’est interrogée sur l’exactitude de cette nouvelle et sur les circonstances qui ont conduit au décès de Song», écrit www.starfrica.com.

Contacté par CamFoot, Rigobert Song soi-même a tenu à démentir cette méchante rumeur, ajoute starafrica.com. «N’ayez pas peur de dire que vous avez appris que j’étais mort. Moi aussi, j’ai appris cette nouvelle (..). Je suis bien vivant. Le capitaine courage est bien vivant. Et je me porte d’ailleurs très bien», déclare l’ancien international camerounais.

Il s’agit sans conteste de la réédition d’un canular émis une première fois le 4 septembre 2014, puis actualisé un peu plus d’une année après, le 30 septembre 2015.

Des méthodes «plaisantines»

Le 6 mars 2016, c’est au tour de l’ancienne présentatrice vedette du journal télévisé de la Radio-Télévision sénégalaise 1 (RTS 1) Minielle Barro d’être annoncée… morte. Ses amies et amis s’empressent de démentir la nouvelle et de rassurer les personnes bouleversées par cette rumeur.

L’explication vraisemblable est que ce hoax, dénomination sur la webosphère d’une fausse nouvelle ou d’une information mal ou pas du tout sourcée, sur la mort de l’international de foot camerounais émane d’un de ces sites aux méthodes «plaisantines » comme « Actualites.co » qui invite à « créer de fausses news (pour piéger) tes amis».

Une information fausse certes, mais qui a les apparences de la vérité ; une fausse nouvelle qui a certes une des deux caractéristiques de l’information, mais qui n’a pas du tout la deuxième, à savoir l’exactitude. En effet, aux  étudiants en journalisme, il est enseigné qu’«une information est une nouvelle intéressante et exacte ».

De grands titres parodiés

L'Agence France Presque, une parodie de l'Agence France-Presse

L’Agence France Presque, une parodie de l’Agence France-Presse

Et c’est dans cette même catégorie du hoax qu’on doit classer les sites aux noms parodiant de grands journaux. Ainsi, Le Gorafi, anagramme du quotidien parisien Le Figaro, use de cette tournure pour diffuser de fausses informations qu’il faut lire avec une très grande précaution. Il en est de même de NordPresse de Belgique – une parodie de l’authentique quotidien belge SudPresse. L’Agence France presque est un compte twitter qui tourne en dérision l’Agence France Presse et ce procédé n’est pas du tout au goût de l’agence de presse.

France 24, la chaîne de télévision française d’informations en continu, a voulu prémunir le public contre ces fausses nouvelles en créant une rubrique pour vérifier l’exactitude ou la fausseté des nouvelles annoncées dans la webosphère.

Ajoutons-y les initiatives de sites comme HoaxBuster et Hoaxkiller et dont l’objectif est de de «limiter la propagation des canulars informatiques (hoax) et des fausses rumeurs circulant sur Internet». L’antidote au poison, en quelque sorte.

Jean Meissa Diop est un journaliste, membre du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) du Sénégal. Ancien rédacteur en chef du quotidien privé Walfadjri, il fut directeur de la publication du quotidien Walf Grand-Place. Il est également formateur en journalisme.

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*