Fiche d'infos et guides

GUIDE: Comment les journalistes peuvent-ils garantir la précision dans leurs articles?

Par Gill Moodie

 

La première et dernière leçon que tous les nouveaux reporters doivent apprendre est qu’il n’y pas de compromis en ce concerne la précision.

Rien ne sape la crédibilité d’un reporter et d’un organe de presse plus que des erreurs sur la copie, qu’elles soient petites ou grandes. Heureusement, informer juste n’est un art mythique ou quelque chose réservée exclusivement aux journalistes expérimentés.

Dans ce guide, nous examinons les étapes pratiques par lesquelles vous pouvez passer pour obtenir la bonne information.

Connaître votre sujet

La plupart des articles exigent un peu de recherche préalable, même si vous êtes un reporter expérimenté et assez familier avec les sujets en question. Mais soyez très sélectif concernant les sources de votre information.

Wikipedia est bon pour une vue d’ensemble mais il peut souvent être incorrect ou bien déformé par le parti-pris individuel des contributeurs. Tenez-vous en aux sources originelles autant que possible. Si vous utilisez des sources secondaires comme des articles de presse, cherchez des articles publiés par des journaux, des magazines et des reporters crédibles.

Beaucoup d’organes de presse disposent encore de médiathèques qui ont des articles que vous ne trouverez pas sur l’Internet. A l’heure de Google, ces documents sont souvent sous-utilisés, et dans certains cas, constituent une mine d’informations qui peut vous donner un avantage par rapport aux autres reporters.

Discutez avec vos collègues. Si vous utilisez des articles rédigés par d’autres reporters de votre rédaction sous forme de background et qu’il y a des éléments qui ne sont pas clairs et qui vous frappent par leur singularité, posez des questions. Vous vous rendrez vite compte si oui ou non les articles étaient le fruit d’un reportage rigoureux.

Pas de question stupide

Ne pensez pas qu’un article est simplement publié que son contenu est correct. Nous nous trompons tous de temps en temps. Les erreurs dorment en chaque rédacteur en chef ou correcteur. Les articles en bibliothèque et les informations en ligne mises aux archives et qui ont fait l’objet de corrections après publication peuvent contenir des liens ou des renvois à ces corrections.

L’importance d’une bonne recherche ne peut pas être négligée. N’allez jamais à une interview sans l’avoir préparée. Et pendant l’interview, vérifiez les faits marquants comme les dates, l’orthographe, les lieux, avec la personne interviewée. Les erreurs – grandes ou petites – sont facilement répercutées, si vous ne prenez pas la peine de vérifier les choses directement à la source. Il n’y a pas de question stupide. La plupart du temps, votre diligence en sera appréciée.

Utilisez un enregistreur

Enregistrez les interviews que vous réalisez. A moins que vous ne soyez doué en sténographie, vous allez forcément vous tromper quelque part sur la ligne. Ou bien vous pouvez ne pas ne pas vous rappeler le contexte dans lequel une déclaration a été faite. Si vous enregistrez votre interview, il y a très peu de place pour l’erreur.

La transcription des interviews peut cependant vous prendre énormément de temps et même être pénible quand le deadline est très proche. Pendant l’interview, notez le temps d’enregistrement à certains moments clés ou bien quand l’interviewé dit quelque chose d’important. De cette façon, vous allez le localiser rapidement plus tard.

Le fait de garder l’enregistrement d’une interview est également une bonne assurance. Si plus tard, l’interviewé soutient qu’il a été mal cité, vous pouvez avoir la preuve qu’il a été cité correctement.

Vos notes sont essentielles

Il faut toujours prendre note. Les enregistreurs tombent en panne et les batteries se vident. Rien n’est plus gênant que de faire une longue interview et de découvrir par la suite que celle-ci n’a pas été enregistrée.

Vos notes constituent également un guide important de l’interview. Mettez les citations clés dans votre bloc-notes avec des astérisques ou soulignez-les pour pouvoir les retrouver facilement quand vous rédigez l’article.

Vérifiez tous les détails, quoiqu’ils puissent vous paraitre être sans conséquence. Passez en revue les aspects importants avec l’interviewé jusqu’à ce que vous soyez certains que vous avez la bonne information.

Il est très important de prendre le temps de vérifier les dates, heures, âges, titres exacts et noms. Ne présumez de rien. Rien n’agace plus que de voir son nom mal orthographié Si, par exemple, quelqu’un dit qu’il s’appelle ‘’John’’, vérifiez-le. Ça peut être ‘’Jon’’. Si la personne s’appelle Bongi, vérifiez si c’est la forme courte et si elle souhaite être présentée à travers son nom complet (ça peut être Sibongile). Faites-le en l’épelant devant la personne au lieu de laisser la personne l’épeler pour vous. Il y a moins de place pour l’erreur, de cette manière, parce que vous n’allez pas avoir de problème pour bien écouter.

Vous ne pouvez pas rendre compte d’une chose que vous ne comprenez pas

Vérifiez tout ce que vous ne comprenez pas. Vous ne pouvez pas écrire sur quelque chose que vous ne comprenez pas. Rappelez-vous qu’il n’y a pas de question stupide. Si vous êtes en face d’un problème ou d’un sujet d’une complexité intimidante, quelque chose en rapport avec la science, la technologie ou l’économie, essayez de l’expliquer à la personne que vous interviewez. Elle ne sera pas dérangée pas et elle appréciera votre sens de la clarté.

Cherchez toujours le numéro de téléphone portable de la personne et demandez-lui si vous pourriez appeler plus tard pour des questions. Elle appréciera votre sens de l’exactitude.

Si vous pouvez dire que vous allez avoir besoin de plus d’informations sur une affaire ou plus de sources, demandez à la personne à la personne que vous interviewez si elle peut vous suggérer quelqu’un d’autre. Une interview peut conduire à beaucoup plus d’interviews et vous aider à avoir une compréhension complète du sujet que vous traitez.

L’importance des sources indépendantes

.Si vous avez une information de dernière minute ou si vous traitez une information controversée, en ce moment-là, assurez-vous que vous avez au moins deux sources – de préférence trois – qui n’ont aucun lien entre elles. Ce qu’on veut dire par ‘’deux sources indépendantes’’, c’est qu’elles doivent être indépendantes l’une de l’autre.

Ne vous empressez pas de suggérer que l’interview peut être réalisée off-the-record. Laissez à la personne interviewée le choix de décider de parler ‘’off-the-record’’.

Cela dit, vous devez faire usage de votre jugement. Si la personne que vous interrogez ne s’y connait pas en médias, précisez-lui que ce qu’elle dit sera imprimé ou diffusé. Elle doit être consciente des possibles conséquences de parler on-the-record.

Si quelqu’un est confus et vague sur quelque chose qui parait importante (les politiciens et les bureaucrates, par exemple, essaient souvent d’éviter d’être forcés à se décider, arrêtez-le et précisez votre compréhension du sujet sous forme de question. Par exemple, si vous interrogez un officiel du ministère de la Santé, vous pourriez dire : ‘’Si je vous comprends bien, la politique du ministère en matière d’assurance sanitaire est devenue x, y,z … ?’’

Enfin, écoutez attentivement l’interviewé. Essayez de comprendre le point de vue d’une personne, d’où elle vient, quelles que contradictoires que soient ses positions avec les vôtres ou quelles odieuses qu’elles peuvent être. Votre travail consiste à représenter toutes les parties honnêtement et de les traiter équitablement. Concentrez-vous sur ce qui se dit. Vous n’avez pas à sympathiser mais vous pouvez compatir. Il y a un long, très long chemin à faire pour vous assurer que votre représentation d’une personne, d’un problème, d’un évènement ou d’un débat est précise.

Rédaction de l’article  

Avant de vous asseoir pour écrire, prenez le temps de voir si l’article que vous envisagez d’écrire sera juste et précis. Est-ce que vous avez besoin d’approcher quelqu’un d’autre pour équilibrer l’article ? Si vous doutez de quelque chose, il faut le traiter, ne l’ignorez pas. Votre première impression est souvent la bonne.

En écrivant, marquez une pause pour voir si vous avez capté l’essentiel de ce que chacun vous a dit. Est-ce quelqu’un a besoin de plus de poids dans l’article, un peu plus d’explication ou peut-être un peu moins ? Est-ce que son point de vue peut être exprimé de manière plus concise et plus claire dans un style indirect ? Est-ce que vous avez exactement restitué l’essentiel de son discours, quand vous le mettez au style indirect ? Rappelez-vous que, quels que soient les impératifs de deadline, votre signature est sur l’article et votre réputation en termes de diffusion d’information vraie est votre bien le plus précieux.

Confrontez les informations avec votre bloc-notes, votre enregistrement et votre document original : tous les faits, noms, dates, titres et positions, et tout chiffre de toute sorte. Ne vous fiez pas la mémoire.

Vérifier, toujours vérifier encore vérifier

S’il y a quelque chose dont vous n’êtes pas sûr, ou s’il y a des détails que vous avez oublié de vérifier pendant l’interview, rappelez l’interviewé immédiatement. Parfois, il peut s’agir du nom d’une société et de quelque chose qui est dans le domaine public que vous pouvez vérifier en ligne, dans ce cas, allez à la source : le site web officiel – pas de Wikipédia – mais les lieux où vous pouvez accéder aux documents originels.

De la même manière, si vous devez vérifier des choses rapportées par la presse, référez-vous aux organes de presse crédibles. Vous devez toujours préciser votre source.

Si vous ne pouvez pas vérifier un fait particulier, laissez-le ou bien faites-le ressortir dans l’article. Si c’est un fait ou un détail essentiel à l’article, dites au rédacteur en chef que vous rencontrez une difficulté. Ne gardez pas le silence.

Nettoyer la copie

Quels que soient les impératifs de bouclage auxquels vous êtes soumis, prenez dix minutes pour lire attentivement votre article. Faites-le au moins deux fois. Pendant la première lecture, veillez à l’orthographe et aux erreurs grammaticales. Resserrez et éclairez la copie et vérifiez chaque petit détail sans exception. Cela passe souvent par l’impression d’une copie de l’article. On souligne et met l’accent sur les aspects clés comme les noms, dates, heures, lieux et citations, et on les confronte à nouveau avec les notes et le document original.

Pendant la deuxième lecture, pensez à une image plus grande, au sens de l’article, à savoir s’il est équilibré, juste et éthique. Vous allez probablement détecter quelques coquilles, pendant cette phase. Si vous avez du temps, relisez encore.

Il n’y a rien de plus irritant pour une rédaction qu’une copie peu soignée, bourrée de fautes d’orthographe. Pourtant, il y a des dictionnaires en ligne qui sont à votre disposition.

S’il y a peu d’erreurs d’orthographe et une copie plus propre, cela veut dire que la rédaction et les correcteurs peuvent se concentrer sur la grande image : les faits, l’équilibre, l’angle de l’article ainsi que les aspects légaux et éthiques.

Votre signature, votre crédibilité

Si vous proposez un lead plein d’entrain, assure-vous cela reflète l’article avec justesse. Quelle soit l’intelligence avec laquelle vous utilisez la langue ou bien l’attractivité du lead, il est mauvais s’il ne reflète pas la vérité et le contenu de l’article.

Si vous avez des inquiétudes concernant les conséquences ou implications légales de l’article, consultez quelqu’un connait le droit de la presse et la diffamation. Il y a toujours quelqu’un qui s’y connait dans une salle de rédaction. Si vous travaillez seul, trompez-vous par excès de prudence. Encore une fois, c’est vous qui signez l’article. Votre crédibilité est votre bien le plus précieux.

Gill Moodie est un journaliste totalisant 20 ans d’expérience. Il est le propriétaire et l’éditeur du site sud-africain, Grubstreet.

Traduit de l’anglais par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2014. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".