Du Caire au Cap, du Sénégal au Sud Soudan, de part en part du continent africain, les gens prennent des décisions, grandes ou petites, chaque jour.

Pour le faire, ils ont besoin de s’appuyer sur la meilleure information accessible au public mais souvent cette information est partielle, peut induire en erreur ou est tout simplement erronée.

De la période de l’apartheid en Afrique du sud au génocide du Rwanda, les gouvernements, les entreprises, les syndicats, les ONG et les groups privés avec des intérêts particuliers, ont fait de la rétention de l’information ou ont déformé l’information ainsi que les données disponibles au public.

Ceci affecte les décisions que nous prenons.

Dans le champ politique, des déclarations tendancieuses à propos de tel ou tel autre groupe ethnique ont été à l’origine en Afrique de périls allant du génocide rwandais de 1994 aux attaques xénophobes contre les migrants et bien d’autres encore durant ces dernières années.

Dans le domaine de la santé, des déclarations erronées sur les causes et les traitements du VIH ainsi que les propriétés médicinales de divers aliments ont causé des maladies et des pertes en vies humaines qu’on aurait pu éviter.

Comment des déclarations non vérifiées ont causé une épidémie de polio

Mi-2003, un groupe de leaders religieux et politiques dans le nord du Nigeria ont recommandé à leurs partisans de ne pas laisser leurs enfants se faire vacciner contre la polio, arguant que le vaccin les rendrait stériles. Ils affirmaient que la campagne de vaccination faisait partie d’un complot ourdi par l’occident pour réduire la population musulmane du monde.

Les analyses des vaccins ont démontré que ces allégations étaient non fondées. Mais les médias ont continué d’en parler sans vérifier, et le temps qu’elles soient retirées, le mal était déjà fait.

La polio qui étai en recul à travers le monde en 2002, réapparut avec force dans le nord du Nigeria, et de là-bas s’étendit à un grand nombre de pays à travers l’Afrique de l’ouest et dans le monde. Et presque une décennie après ; la maladie cause toujours la paralysie des populations en Afrique et ailleurs.

Procéder à la vérification des faits pour retrouver les preuves derrière les déclarations de nos leaders n’est pas qu’une préoccupation abstraite. Cela affecte nos vies.

Meilleur accès à l’information

En plus de publier nos propres articles, Africa Check, a pour objectif de travailler avec les médias et le grand public pour fournir des conseils et un appui à des initiatives visant à vérifier les faits à travers le continent.

C’est aussi l’un des objectifs d’Africa-Check de travailler avec des partenaires à travers le continent pour faire un plaidoyer en faveur de l’accès du public à l’information et aux données.

Avec une culture de vérification des faits et un meilleur accès à l’information, nous serons tous en mesure de prendre des décisions plus informées concernant nos vies.