Nos articles par flux RSS

Budget de la santé : le Nigeria est-il le dernier de la classe en Afrique ?

Première économie du continent avec le plus grand nombre d’habitants, le Nigeria dépense moins sur la santé que l’Angola, le Soudan du Sud et l’Ethiopie. C’est ce qu’insinue le ministre nigérian de la Santé. Est-ce correct ?

Par Vinayak Bhardwaj

Avec un retard qui a suscité une controverse, le Président du Nigeria Muhammadu Buhari a signé le budget 2016, la semaine dernière. Durant la période qui a précédé la finalisation du budget, des propos attribués au ministre nigérian de la Santé, le Professeur Isaac Adewole, ont déclenché une controverse.

En marge d’une visite des infrastructures à l’hôpital universitaire de Lagos, le journal Punch rendant compte de cette activité, a titré : «Le Nigeria a le plus faible budget de santé en Afrique, selon Adewole».

Toutefois la première phrase de l’article souligne que le ministre a dit que le Nigeria a l’un des budgets de santé «les plus faibles» d’Afrique.

Selon Punch, M. Adewole a indiqué plus loin que le secteur de la santé du Nigeria «a souffert d’un déficit chronique de financement pendant plusieurs années. Nous sommes même derrière le Soudan du Sud, l’Angola et l’Ethiopie».

Le pays le plus peuplé d’Afrique considéré comme la première économie du continent a-t-il le plus faible budget de santé?

Comment mesurer les dépenses de santé d’un pays

Nous avons contacté le journaliste et le ministère de la Santé pour vérifier si les propos du ministre ont été correctement rapportés mais nous n’avons pas reçu de réponse de leur part.

Le chef du département de santé mondiale de l’Université de Boston, le professeur Frank Feeley, nous a confié qu’il y a différentes façons de comparer les montants alloués par les gouvernements au secteur de la santé. Cela inclut les dépenses de santé en tant que part du Produit intérieur brut (PIB) et les dépenses par habitant ajustées au pouvoir d’achat de différentes monnaies (appelés parité du pouvoir d’achat ou PPA).

Le Professeur Feeley a ajouté : «Pour les pays qui sont relativement au même niveau de développement, je préfère utiliser les dépenses totales de santé en tant que part du PIB».

Ces données sont disponibles à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et à la Banque mondiale. Mais comme la base de données de l’OMS n’inclut pas le Soudan du Sud, nous avons opté pour celle de la Banque mondiale. (Note : la base de données ne prend en compte deux des 55 pays africains reconnus comme Etats à savoir la Somalie et le Sahara Occidental).

Les données de la Banque mondiale sont basées sur une combinaison de celles de l’OMS, les statistiques officielles des gouvernements sur la santé et celles d’organisations comme le Fonds monétaire international (FMI) et l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE).

Trois quarts des dépenses de santé du Nigeria sont privés

Les données sur les dépenses de santé en tant que composante du PIB montrent qu’en 2014, le Nigeria (avec 3,7%) dépassait l’Angola (3,3%) et le Soudan du Sud (2,7%), mais était derrière l’Ethiopie (4,9%).

Pays Dépenses totales (% du PIB) Rang (53/55 Etats africains)
Angola 3,3% 51ème
Ethiopie 4,9% 36ème
Nigeria 3,7% 45ème
Soudan du Sud 2,7% 53ème

Le Professeur Feeley met toutefois en garde contre le fait de ne regarder que les dépenses totales de santé, étant donné que la plupart des dépenses de santé du Nigeria se font dans le secteur privé.

«Bien sûr, le Nigeria est loin d’être le pays le plus pauvre d’Afrique. Donc ses dépenses totales dans la santé sont plus élevées que celles de beaucoup d’autres », a-t-il expliqué. Mais elles sont privées à 75% et une bonne partie échappe à tout contrôle.

Sur les 3,7% du PIB que le Nigeria a consacrés à la santé en 2014, seul 0,9% relevait de financement public. Pour ce critère, le Nigeria est même derrière le Soudan du Sud.

Pays  Dépenses publiques de santé (% du PIB) Rang                    
Angola 2,1% 36ème
Ethiopie 2,9% 23ème
Nigeria 0,9% 52ème
Soudan du Sud 1,1% 50ème

Pour avoir une meilleure idée de l’importance qu’accorde un gouvernement à la santé, il est nécessaire d’examiner la part du budget qu’il consacre à la santé, a ajouté le Professeur Feeley.

La déclaration d’Abuja en 2001 engageait les pays de l’Union africaine à allouer au moins 15% de leur budget à l’amélioration du secteur de la santé. En 2012, seule la Tanzanie avait atteint cet objectif, selon l’OMS. En 2014, quatre pays avaient atteint cet objectif : la Gambie, le Malawi, le Swaziland et l’Ethiopie (à savoir 15,7%).

«En dépit de la déclaration d’Abuja, le Nigeria est au bas du classement en Afrique», a relevé le Professeur Feeley.

Avec toutefois 8,2% de son budget total consacrés à la santé, le Nigeria est toujours devant l’Angola (5%) et le Soudan du Sud (4%).

Pays Dépenses publiques de santé (% du budget total) Rang       
Angola 5,0% 48ème
Ethiopie 15,7% 3ème
Nigeria 8,2% 35ème
Soudan du Sud 4,0% 51ème

(Note : dans le budget du Nigeria qui vient d’être signé, l’enveloppe consacrée à la santé représente 4,64% du budget nationa, selon le Nigeria Health Watch)

Si on compare les dépenses publiques par tête, là où le montant a été ajusté pour mettre tous les pays sur un même pied, en se basant sur le coût de la vie, le Nigeria avec 217 dollars par tête est deuxième derrière l’Angola (239 dollars), tandis que l’Ethiopie et le soudan du Sud sont derrière avec 73 dollars.

Pays Dépenses de santé par tête ($ en PPA/capita) Rang                
Angola 239 dollars 20ème
Ethiopie 73 dollars 45ème
Nigeria 217 dollars 22ème
Soudan du Sud 73 dollars 46ème

Pourquoi le Nigeria dépense relativement peu ?

Par rapport aux autres pays africains, le gouvernement du Nigeria dépense peu dans la santé, en raison de la faiblesse des dépenses publiques en général, a confié à Africa Check le Docteur John Ataguba, chercheur en économie de la santé à l’Université du Cap.

«L’assiette fiscale est très faible au Nigeria, a-t-il expliqué, les revenus du gouvernement, qui sont essentiellement tirés des taxes individuelles et des revenus du pétrole sont très faibles».

Il faut toutefois souligner que dépenser plus dans les soins de santé n’entraîne pas forcément des meilleurs résultats dans la santé, a averti le docteur Ataguba. Il faut peut-être examiner le rôle de l’Etat. La réduction des inefficacités et la reddition des comptes sont également importants ».

Conclusion: le Nigeria n’est pas le pays qui dépense le moins dans la santé en Afrique

Les dépenses publiques sur la santé ne sont pas les plus faibles d’Afrique selon quatre critères d’évaluation des dépenses utilisés par les économistes de la santé.

Cependant, si le ministre de la Santé parlait des dépenses du gouvernement dans le secteur de la santé comme part du PIB, il pourrait avoir raison de dire que le Nigeria y consacre moins que l’Angola, l’Ethiopie et le soudan du Sud. Avec 0,9% du PIB, le Nigeria est presque le moins bien classé sur les 53 Etats africains pris en compte dans la données de base de la Banque mondiale, juste devant la République Démocratique du Congo.

Le Nigeria ne s’est pas non plus conformé à la déclaration de l’Union africaine demandant aux pays membres de consacrer 15% de leurs budgets à la santé, avec 8,2% de son budget alloués à la santé en 2014. Les dépenses publiques de santé par habitant au Nigeria sont toutefois plus élevées que dans beaucoup de pays du continent.

Traduit de l’anglais par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*