Nos articles par flux RSS

Faux, Lomé n’est pas le premier port à conteneurs d’Afrique

Le président d’une compagnie internationale de transport maritime met Lomé à la première place du classement des ports d’Afrique. Les informations disponibles prouvent le contraire.

Par Momar Niang

Le Port autonome de Lomé, au Togo, est devenu «le premier terminal à conteneurs du continent, pas seulement de la région», a déclaré le président de la Mediterranean Shipping Company (MSC, considéré comme un des leaders mondiaux du transport maritime et qui gère le terminal à conteneurs), Diego Aponte, dans une interview avec Jeune Afrique.

Africa Check a vérifié cette affirmation.

Sur quoi le président de MSC s’est-il basé ?

Nous avons tenté en vain d’obtenir la réaction de Diego Aponte ou d’un responsable de MSC. Le président de MSC fonde son affirmation sur le nombre d’Equivalent vingt pieds (EVP). « Nous avons doublé nos parts de marché dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest. Nous avons commencé avec des navires de 6 500 EVP, puis de 9 000 EVP, 11 000 EVP… Et aujourd’hui nous avons en ligne un mix de 11 000 et 13 000 boîtes entre Lomé et les principaux ports d’Extrême-Orient, en particulier de Chine », a-t-il confié à Jeune Afrique, dans la même interview.

Selon l’encyclopédie en ligne, Wikipédia « l’équivalent vingt pieds (EVP) est une unité approximative de mesure de conteneurs qui regroupe à la fois les conteneurs de 20 pieds et de 40 pieds. On l’utilise pour simplifier le calcul du volume de conteneurs dans un terminal ou dans un navire ».

Comment exprime-t-on la taille d’un port à conteneurs ?

« On exprime la taille d’un port de diverses manières, mais d’abord par son trafic », a expliqué à Africa Check Gilbert Meyer de Catram-consultants, un cabinet de conseil basé en France, spécialisé en affaires maritimes.

M. Meyer a indiqué que le port de Lomé est encore loin derrière TangerMed (Maroc) et  Durban (Afrique du Sud) qui tournent autour 3 millions d’EVP, annuels.

 Lomé ne fait pas partie du top 10 africain des ports. Photo AFP

Lomé ne fait pas partie du top 10 africain des ports. Photo AFP

L’estimation basée sur le trafic d’EVP est aussi le critère qu’utilise le classement de Lloyd’s, une publication annuelle qui fait autorité dans le secteur.

Sur le site web du port de Lomé, les dernières statistiques qui compilent les chiffres de l’année 2015 indiquent que le trafic de conteneurs a atteint 11.066.837 tonnes dont 905.700 EVP.

Pour Gilbert Meyer, on doit, à l’heure actuelle, plutôt parler de potentiel pour Lomé en dépit des investissements (plus de 300 millions d’euros) consentis sur la construction d’un second terminal à conteneurs, dénommé Lomé Container Terminal, exploité par MSC.

« En termes de potentiel des quais actuels, au maximum, Lomé 2 aura millions d’EVP, à supposer qu’on construise des quais sur l’autre face de la darse. Cela pourrait multiplier son potentiel par deux», a ajouté M. Meyer.

Que dit le dernier classement de Lloyd’s ?

Le classement 2015 (le dernier en date) de  lloyd’s (revue d’intelligence maritime, éditée à Londres) établit chaque année la liste des plus grands ports à conteneurs à travers le monde.

Il révèle que le plus grand port à conteneurs en Afrique est celui de Port-Said (37ème mondial), en Egypte. Pas moins de 3 850 000 EVP y étaient recensés en 2015, soit une baisse par rapport à 2014 (3 959 000 millions EVP).

Le second est Tanger Med (50ème mondial) au Maroc  avec 2 964324 en 2015 contre 3 080 000 en 2014. Durban (57ème mondial) en Afrique du Sud occupe le 3ème rang avec 2.770335 EVP. Il était crédité de 2 666 344 EVP en 2014.

Source : Lloyd’s list (2015)

 

Source : African Business Journal

Qu’en est-il de Tema, Abidjan et Dakar ?

A côté des 905 700 EVP de Lomé en 2015, le port de Tema, au Ghana, a enregistré  12,1 millions de tonnes un trafic global de marchandises, dont 782 502 EVP,  selon des statistiques officielles. Dans ce même port un projet d’extension lancé en juin 2015 prévoit d’augmenter la capacité totale à 3, 5 millions en 2018.

Pour sa part le terminal à conteneurs du port de  Dakar, au Sénégal — exploité par DP World  — tourne annuellement autour de 300 000 EVP.

A Abidjan, le trafic total s’élève à 21,9 millions de tonnes en 2015. Les statistiques consultées par Africa Check ne mentionnent pas le nombre d’EVP. Mais, selon d’autres sources comme le site spécialisé, WK-TL Abidjan traite environ 650 000 EVP.

Conclusion : l’affirmation est incorrecte

Le Port autonome de Lomé n’est ni le premier port à conteneurs d’Afrique de l’ouest ni le premier sur le continent. Cette place revient à celui de Port-Said en Egypte (37eme mondial). Il est suivi du port de Tanger Med au Maroc (50eme mondial), indique le dernier classement de Lloyd’s, en se basant sur le trafic d’Equivalent vingt pieds (EPV).

Au plan régional, le port de Lagos avec 1 538 086  EVP occupe la première place. Lomé ne fait pas partie du top 5 des ports à conteneurs du continent composé de Port-Said, Tanger Med, Durban, Alexandrie et Lagos.

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*