Nos articles par flux RSS

L’agriculture emploie-t-elle 65% de la main-d’œuvre en Afrique?

Un journal sénégalais a récemment écrit que l’agriculture génère 65% des emplois en Afrique. Son information est confirmée par les données disponibles.

Par Birame Faye

En Afrique subsaharienne, l’agriculture emploie 65% de la main-d’œuvre.  Cette annonce  a été exprimé lors des 5èmes assises mondiales sur le financement agricole et rural tenues à Dakar les 24 et 25 novembre 2013.

Dans son édition du 25 novembre 2016, Le Quotidien (journal privé) rapporte que « l’agriculture emploie plus de 65% de la population en Afrique et ambitionne de porter les taux de croissance de 6 à 7% ».

L’agriculture emploie-t-elle autant de personnes en Afrique ? Africa Check a consulté les données disponibles sur ce sujet.

D’où vient l’information ?

L’auteur de l’article, Ngoundji Dieng, a confié à Africa Check que ce chiffre est tiré « d’une vidéo projetée avant les débats » qui ont marqué les travaux de ces assises.  Il s’agit, selon elle, d’« une étude sur les potentialités de l’agriculture africaine ».

Jeunes, emplois et agriculture en Afrique

Dans un rapport produit en 2015 intitulé « Emplois des jeunes et migrations en Afrique de l’Ouest», l’Initiative prospective agricole et rurale (IPAR), un think tank basé à Dakar, indique que «l’Afrique subsaharienne reste marquée par une structure économique faiblement diversifiée ».

L'emploi des jeunes, un défi pour les dirigeants africains. Photo AFP

L’emploi des jeunes, un défi pour les dirigeants africains. Photo AFP

« Dans la quasi-totalité des pays concernés, l’agriculture et le secteur informel dominent le tissu économique, l’agriculture restant la principale source d’activités et de revenus pour la majorité des ménages », mentionne le document.

Le directeur exécutif de l’IPAR, par ailleurs président du Réseau des think tanks de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), Cheikh Oumar Bâ, a confié à Africa Check qu’il faut comprendre « l’agriculture au sens large ». Celle-ci  renvoie au secteur primaire qui englobe « la pêche, l’élevage, la foresterie ».  Ce que les spécialistes appellent aussi « Agriculture avec grand A ».

L’étude de l’IPAR révèle également que «le secteur informel, essentiellement urbain représente 30 à 45% du PIB non agricole et 70 à 90% de l’emploi total non agricole».

Qu’en dit la BAD?

Dans son document de « stratégie de transformation de l’agriculture en Afrique pour la période 2016-2015 », la Banque africaine de développement (BAD) se fonde sur les études d’Alliance for a Green Revolution in Africa (Agra), une organisation basée à Nairobi, pour avancer que « l’agriculture demeure une partie intégrante de l’économie africaine et de la vie au quotidien de la majorité des Africains, fournissant du reste un peu plus de 60 % des  emplois sur le continent ».

En outre, lAgra, qui a produit un rapport 2016 sur la situation de l’agriculture  africaine, constate qu’ « en Afrique subsaharienne, le nombre d’actifs s’accroîtra au moins jusqu’en 2050  ».

L’agriculture offre-elle plus d’emplois en Afrique ?

L'agriculture doit être accompagnée de politiques publiques, selon la ROPPA. Photo AFP

L’agriculture doit être accompagnée de politiques publiques, selon la ROPPA. Photo AFP

De son côté, la FAO révèle, dans une étude, que « le secteur agricole utilisait plus de 60% de la main-d’œuvre en Afrique subsaharienne, en 2010 ». L’organisation onusienne signale que « l’agriculture emploie plus d’un milliard de personnes, soit le tiers des travailleurs à travers le monde ».

Pour justifier son programme de renforcement de la productivité agricole en Afrique de l’Ouest, la Banque mondiale avance que « le secteur agricole occupe une place cruciale en Afrique ».

« Il fournit 65 % des emplois et contribue à 35 % du PIB. Or, dans les zones rurales, où la majorité de la population vit de l’agriculture, la pauvreté atteint des niveaux encore élevés. La croissance agricole pourrait être un instrument de réduction de la pauvreté, l’enjeu étant d’accroître les revenus tirés de l’agriculture et de créer des emplois tout en réduisant les prix des produits alimentaires », selon elle.

Interrogée par la revue Grain de sel, éditée par la plateforme Inter-réseaux regroupant de organisations et recherche de développement rural et basée au Burkina Faso,  Marie-Louise Cissé, chargée du plaidoyer et genre pour le Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA), déclare que « l’agriculture emploie 65 % de la population du continent et présente un fort potentiel de création d’emplois ».

« Cependant, cette agriculture, pour attirer et maintenir les jeunes, doit être accompagnée par des politiques publiques qui favorisent l’accès aux crédits à des taux adaptés, la protection des marchés, la garantie des prix de vente », avertit-elle.

Conclusion : l’information est fondée

A la lumière des données disponibles, l’agriculture au sens large emploie 65% de la main-d’œuvre en Afrique subsaharienne. Ce constat est confirmé par la FAO, la Banque mondiale et des organisations de la société civile.

La FAO, dans une étude, note qu’n 2010, « le secteur agricole utilisait plus de 60% de la main-d’œuvre en Afrique subsaharienne ». Pour sa part, la Banque mondiale indique que l’agriculture « fournit 65 % des emplois et contribue à 35 % du PIB » en Afrique de l’ouest.

En outre, le Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA), déclare que l’agriculture emploie 65 % de la population du continent et présente un fort potentiel de création d’emplois.

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*