Nos articles par flux RSS

Le VIH touche-t-il 74% des adolescentes africaines ? Ce chiffre est loin de la vérité

En dépit des progrès importants dans la prévention du VIH, de nouvelles infections sont  enregistrées chez les jeunes. Mais cela veut-il dire qu’environ trois quarts des filles de 15 à 24 sont infectées par le virus ?

Par Vinayak Bhardwaj

Le titre  « 74% des filles africaines âgées de 15 à 24 ans sont séropositives » du Zimbabwe Today, un site d’informations en ligne, était certainement destiné à tirer profit des sentiments de préoccupation et de peur qui entourent les conséquences de l’épidémie chez les Africains.

Mais au moment où le titre indiquait que 74% des filles africaines sont séropositives, une statistique différente est contenue dans l’article.

Au bas de l’article, il est mentionné que « les adolescentes en Afrique subsaharienne … constituent maintenant 74% des nouvelles infections de la classe d’âge de 15 à 24 ans ».

Quelle est donc réellement la situation?

La source de l’information : l’ONUSIDA et l’Union africaine

zim today

Zimbabwe Today cite l’agence de presse Inter Presse Service comme étant la source de son information. Mais ici, l’article a un titre tout à différent (« Le plan de financement de la réponse au VIH dans les pays pauvres est préoccupant »).

Son auteur Lyndal Rowlands cite l’ONUSIDA comme source des statistiques qui signalent qu’en Afrique subsaharienne, les adolescentes constituent 74% des nouvelles infections dans la catégorie des 15 à 24 ans.

Le lien ne marche plus mais en examinant l’URL on se rend compte que Roland se référait à un article de l’ONUSIDA et de l’Union africaine intitulé « Emanciper les jeunes femmes et les adolescentes : accélérer la riposte face à l’épidémie du Sida en Afrique ».

A la page 8, une statistique indique qu’en 2013, 74% des nouvelles infections chez les jeunes de 15 à 24 ans en Afrique concernaient les filles adolescentes.

Le responsable de la communication aux services africains de l’UNICEF, Patsy Nakel, a confié à Africa Check que « dire que 74% des filles africaines de 15 à 24 sont séropositives est une mauvaise interprétation des faits. C’est simplement faux ».

Les jeunes femmes africaines représentent-elles 74% des nouvelles infections VIH ?

Il n’a pas cependant été précisé comment le chiffre de 74% cité dans le rapport ONUSIDA/Union africaine a été obtenu. La source mentionnée dans la bibliographie parle juste des « estimations 2013 de l’ONUSIDA sur le VIH ».

Le bureau de l’ONUSIDA en Afrique du Sud nous a orientés vers le South African National AIDS Council (SANAC) mais les données de celui-ci ne concernent que l’Afrique du Sud. Le bureau international de l’ONUSIDA n’a pas répondu à notre sollicitation pour davantage de précisions.

Pour sa part, Paul Nary, spécialiste du VIH à l’UNICEF nous a renvoyés au rapport de l’ONUSIDA sur les écarts, qui essaie d’analyser les taux d’infection dans une catégorie de populations affectées par le VIH. Les informations ont été collectées dans des centres de soins pré-nataux et à partir des renseignements obtenus lors des recensements nationaux de la population, a expliqué M. Nary.

Le rapport ne contient pas d’informations sur le taux d’infection chez les adolescentes, mais un graphique montre qu’en 2013, en Afrique subsaharienne, près de 150.000 nouvelles infections ont été enregistrées chez les jeunes garçons âgés de 15 à 24 ans, avec environ le double de ce chiffre chez les jeunes filles de la même classe d’âge. Cela pourrait signifier qu’environ les deux tiers des nouvelles infections au sein de cette catégorie touchent les femmes.

Quel est donc le pourcentage de femmes africaines de 15 à 24 ans infectées par la VIH?

La présentatrice américaine Oprah Winfrey en train de passer un test de dépistage du VIH à l’école qu’elle a ouverte à Johannesburg pour les enfants issus de familles démunis. Photo AFP

La présentatrice américaine Oprah Winfrey en train de passer un test de dépistage du VIH à l’école qu’elle a ouverte à Johannesburg pour les enfants issus de familles démunis. Photo AFP

Si 74% des filles africaines ne sont pas séropositives, quel est donc le taux de prévalence? Les données les plus récentes contenues dans le rapport ONUSIDA sur l’épidémie mondiale de Sida  2013 montrent qu’en 2012, en Afrique subsaharienne, environ 2,5% des femmes de 15 à 24 et 1,2% des hommes du même groupe vivaient avec le VIH.

Chaque pays soumet ses données nationales à l’ONUSIDA. Elles sont ensuite complétées par une modélisation informatique pour produire une estimation faible, moyenne et élevée. Pour les jeunes femmes, l’estimation de 2,5% varie de 2,3 à 3% et pour les garçons de 0,9 à 1,6%.

Il faut cependant noter que la prévalence varie d’un pays à un autre en Afrique australe, avec 20% des femmes de ce groupe d’âge en Swaziland qui sont séropositives, suivi de l’Afrique du Sud (13,9%) et du Lesotho (10,7%). Les chiffres correspondants chez les garçons dans ces pays étaient beaucoup plus faibles avec respectivement 10,3%, 3,9% et 5,8%.

En bas du tableau, il y a le Cap-Vert avec un taux de prévalence de moins 0,1%, le Liberia et le Niger 01%. L’Afrique du Nord était classée séparément mais intégrée dans le Proche-Orient.

Ce qui est en tout cas sûr, selon les informations disponibles, est que les femmes en Afrique subsaharienne, surtout celles d’Afrique australe, sont touchées de façon disproportionnée par le VIH, a expliqué à Africa Check, Patsy Nakell de l’UNICEF.

Conclusion: Non, 74% des adolescentes africaines ne sont pas séropositives mais elles sont touchées de façon disproportionnée

Le titre du Zimbabwe Today sur la prévalence du VIH chez les adolescentes africaines est totalement incorrect, selon l’UNICEF et l’ONUSIDA. Les plus récentes informations de l’ONUSIDA montrent que 2.5% des femmes de 15 à 24 en Afrique subsaharienne étaient séropositives.

Le chiffre global cache d’énormes différences de prévalence. Moins de 0,1% des adolescentes  cap-verdiennes sont séropositives mais au Swaziland, ce sont 20% qui sont des adolescentes qui sont touchées.

Les données révèlent également que le VIH touche de façon disproportionnée les jeunes femmes. Dans un pays comme l’Afrique du Sud, plus d’une femme sur dix âgées de 15 à 24 ans est séropositive, tandis que chez les garçons seuls près de quatre sur 100 sont concernés.

Traduit de l’anglais par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*