Nos articles par flux RSS

L’Ouganda a-t-il accueilli quotidiennement en 2016 plus de réfugiés que des pays européens l’ont fait toute l’année?

Un haut fonctionnaire d’une organisation humanitaire internationale a récemment déclaré que l’Ouganda recevait chaque jour plus de réfugiés à la fin 2016 que beaucoup de pays européens. Les chiffres le confirment-ils?

Par Gopolang Makou & Julie Bourdin

Considérée comme ayant l’une des politiques d’asile les plus accueillantes dans le monde, l’Ouganda semble néanmoins éprouver quelques difficultés face à l’afflux de réfugiés sud-soudanais.

Le secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), organisme de bienfaisance indépendant qui fournit une aide aux migrants et aux demandeurs d’asile, a récemment attiré l’attention sur cette question.

«La réalité est qu’à la fin 2016, le nombre de personnes cherchant chaque jour refuge en Ouganda est plus élevé que ce que beaucoup de pays européens riches ont reçu toute l’année », a déclaré Jan Egeland, dans un article sur le site Web de l’organisation.

Seuls les réfugiés sud-soudanais en Ouganda ont été recensés

Des réfugiés sud-soudanais en train de s’installer au camp d’Adjumani en Ouganda in juin 2016. Photo AFP

Des réfugiés sud-soudanais en train de s’installer au camp d’Adjumani en Ouganda in juin 2016. Photo AFP

La chargée des relations avec les médias au NCR, Tiril Skarstein, a déclaré à Africa Check que l’organisation s’est appuyée sur la définition des Nations Unies du terme réfugié.

L’ONU qualifie de réfugiée une personne «incapable ou peu disposée à retourner dans son pays d’origine en raison d’une crainte bien fondée d’être persécutée». Une persécution qui serait liée à la race, la religion, la nationalité ou l’opinion politique.

Tiril Skarstein a expliqué à Africa Check que le NRC a utilisé le nombre de personnes inscrites comme réfugiées par le HCR, l’organe de l’ONU chargé d’enregistrer et d’aider les réfugiés.

De plus, l’organisation n’a considéré que les réfugiés du Soudan du sud accueillis en Ouganda parce que ces chiffres étaient à sa disposition, a-t-elle ajouté.

 
«Les autres chiffres étaient moins à jour ou pas du tout à jour pour la même période. Cependant, ajouter d’autres réfugiés en Ouganda n’aurait évidemment fait que renforcer l’argument», a précisé Tiril Skarstein.

 
Entre le 30 août et le 5 décembre 2016, le nombre moyen de réfugiés sud-soudanais enregistrés en Ouganda «dépassait largement 3 000 par jour», selon la chargée des relations avec les médias au NRC.

 
Ce chiffre a ensuite été comparé à celui des réfugiés accueillis dans divers pays européens tout au long de l’année 2016, notamment «la Norvège, l’Islande et l’Irlande».

 

Qu’est-ce qui a conduit à la crise des réfugiés au Soudan du sud?

Le conflit au Soudan du sud a éclaté en décembre 2013, poussant des milliers de personnes à fuir leur pays.
En octobre 2016, 1,28 million de personnes avaient été déplacées, contre 115 000 en 2013, selon le HCR. En réponse, l’Ouganda, voisin du Soudan du sud, a accueilli de nombreux réfugiés.

 

Petra Nahmias est statisticienne principale au HCR. Elle a attiré l’attention d’Africa Check sur la forte augmentation des personnes déplacées en provenance du Soudan du sud en 2016 à la suite de nouvelles hostilités en milieu d’année.

 

Les données montrent que 602.212 Sud-soudanais étaient soit enregistrés soit en attente d’inscription en tant que réfugiés en Ouganda à la date du 5 décembre 2016. Plus de la moitié de ces personnes (309.896) sont arrivées ou inscrites après le 30 août.

Cela pourrait signifier qu’au cours de ces 98 jours, une moyenne de 3 162 sud Soudanais cherchaient quotidiennement refuge en Ouganda. Ce qui est proche du chiffre estimé de Tiril Skarstein «bien au-dessus de 3 000». (Remarque : les données du HCR ne font la différence entre réfugiés enregistrés et en attente d’enregistrement, mais donnent un chiffre total. Les données pour les réfugiés d’autres pays ne sont pas encore disponibles).

Mais comment cela se compare-t-il au nombre de réfugiés accueillis en Europe en 2016?

Répartition «très inégale» des réfugiés en Europe

Malt Brosig, professeur associé en relations internationales à l’Université de Witwatersrand, a déclaré à Africa Check que la répartition des réfugiés à travers l’Europe est «très inégale».

Des pays comme l’Allemagne et l’Italie ont reçu un nombre élevé de demandes d’asile tout au long de 2016, par rapport à d’autres comme le Danemark, la Pologne et l’Estonie.

Pour obtenir des chiffres sur les réfugiés en Europe, Nahmias a dirigé Africa Check vers l’agence de statistique de l’Union européenne, Eurostat. C’est parce qu’en Europe, «les réfugiés sont généralement enregistrés par les gouvernements et non par le HCR», a-t-elle précisé.

Eurostat collecte des informations auprès de 32 Etats européens sur plusieurs questions, y compris les migrations. (Remarque : Eurostat fournit des chiffres sur les demandes d’asile, à la fois pour les migrants acceptés comme pour les réfugiés et ceux dont les demandes ont été rejetées).

Ses données montrent qu’au moins six pays – Luxembourg, Croatie, Slovénie, Lettonie, Estonie et Slovaquie – ont reçu chacun au total moins de 3.162 demandes au total en 2016.

 

 

Douze membres d’Eurostat n’ont pas encore communiqué de chiffres pour l’ensemble de l’exercice 2016, dont 3 pays ayant déjà bien plus de 3.162 demandes au dernier rapport: la France (75 945), la Grèce (44 390) et l’Autriche (39 495). Les neuf autres avaient enregistré moins de 3 162 réfugiés.

En ce qui concerne les pays que le Conseil norvégien pour les réfugiés a spécifiquement pris en considération, la Norvège a reçu 3 485 demandes d’asile en 2016, alors que l’Irlande en comptait 1 990 entre janvier et novembre 2016. L’Islande a enregistré 1 000 personnes pendant la même période.

Brosig a déclaré à Africa Check qu’il faudrait tenir compte d’un certain nombre de facteurs comme l’emplacement, dans l’analyse de la migration. Les pays voisins des zones de conflit – comme l’Ouganda – pourraient s’attendre à un afflux plus élevé de réfugiés par rapport à ceux qui sont plus éloignés.

«Se rendre en Islande est une entreprise majeure. Je suppose que les réfugiés devraient payer des sommes importantes pour un tel voyage », a déclaré Borsig.

Il a ajouté que la plupart des réfugiés touchés par la guerre «restent proches de leur domicile en supposant qu’ils veulent retourner une fois la guerre terminée, rester en contact avec des proches ou simplement parce qu’ils n’ont pas les moyens d’aller ailleurs».

Conclusion : nombre de pays européens ont enregistré moins de demandes d’asile en 2016 que celles déposées par jour en Ouganda

Les données des Nations Unies ont montré qu’en moyenne 3 162 réfugiés du Soudan du sud étaient inscrits ou étaient en attente d’être enregistrés quotidiennement en Ouganda entre le 30 août et le 5 décembre 2016. Les chiffres des réfugiés pour d’autres nationalités, comme ceux fuyant le Burundi et la RD Congo, ne sont pas encore disponibles. Cela entraînera évidemment une augmentation des demandes d’asile journalières moyennes en Ouganda.

Parmi les pays européens pour lesquels des données pour l’ensemble de l’année 2016 sont disponibles, six avaient enregistré moins de 3 162 réfugiés. Au dernier recensement, neuf des pays pour lesquels des chiffres pour l’ensemble de l’année ne sont pas encore disponibles comptaient moins de 3.162 demandes d’asile en 2016.

A moins que tous ces pays n’aient connu un grand pic en fin d’année, il est exact que plus de personnes ont demandé quotidiennement refuge en Ouganda à la fin de 2016 que beaucoup de pays européens riches sur toute l’année.

Traduit de l’anglais

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*