Nos articles par flux RSS

L’urine a-t-elle des vertus thérapeutiques ?

Comments 1

L’urine humaine a-t-elle des vertus thérapeutiques, comme l’indiquait tout récemment un article de presse au Sénégal? Sur le plan scientifique, rien ne permet de le dire et la pratique est déconseillée, selon les spécialistes.

Par Samba Dialimpa Badji

Dans un article publié par le quotidien L’Observateur, le mois dernier, des personnes interrogées affirmaient utiliser l’urine humaine pour soigner certains maux.

Mamy Thérèse Tessy, une septuagénaire d’origine capverdienne dit ainsi avoir l’habitude d’utiliser l’urine pour lutter contre la fièvre chez ses petits-enfants.

« Quand nos enfants ont une forte fièvre, nous prenons l’urine que nous versons sur tout le corps et cela fait baisser la fièvre », relève-t-elle, avant d’ajouter que l’urine est aussi efficace contre les maux de pieds qui peuvent pourtant avoir des causes multiples.

Africa Check a vérifié l’affirmation selon laquelle l’urine a des vertus thérapeutiques.

D’où vient cette pratique ?

La thérapie par l’urine est une vieille pratique qui n’est pas spécifique à l’Afrique. Pour certains, l’utilisation de l’urine comme remède est liée à la naissance de la médecine  là où d’autres parlent de l’Inde ou de la Chine.

Toujours est-il que dans un article publié sur son site Internet en janvier 1999, le magazine français Psychologies  expliquait que l’urinothérapie, encore appelée amaroli, était pratiquée par beaucoup de personnes dans de nombreux pays dans le monde, sans toutefois préciser quelle en était l’origine.

Clément Abaifouta, président de l'Association des victimes de la répression politique de Habré, a pratiqué l'urinothérapie en prison. Photo AFP

Clément Abaifouta, président de l’Association des victimes de la répression politique de Habré, a pratiqué l’urinothérapie en prison. Photo AFP

Plus récemment, le Tchadien Clément Abaifouta, président de l’Association des victimes de crimes du régime Hissène Habré a confié à Africa Check que lors de son séjour carcéral, sous l’ancien président du Tchad, faute de médicaments, il utilisait par exemple son urine pour faire cicatriser ses plaies. Quand on lui demande si cela marche, il répond que « quand on croit à une chose et qu’on n’a pas d’autre choix, cela ne peut que marcher ».  Il ajoute aussi que « puisque l’urine brûle, il peut être utilisé comme antibiotique ».

Cela renvoie à l’effet placebo qui, selon les spécialistes, est « un effet subjectif, mais réel, produit sur une personne par un médicament n’ayant pas d’efficacité démontrée».

Quelle est la composition de l’urine ?

Le Professeur Lamine Niang, urologue à la Faculté de médecine de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, explique à Africa Check et à la WADR que l’urine est « un composé biologique, produit de la dégradation de ce que nous mangeons et buvons ». Elle est composée essentiellement d’eau, à 95 %, et l’autre partie comprend de l’urée, de la créatine et des vitamines. Il indique que l’urine comprend aussi des éléments toxiques, puisque sa principale fonction est justement de détoxiquer l’organisme. « Si ce que nous mangeons et buvons ne sort pas en urine, alors on est insuffisant rénal et on est obligé de passer par la détoxication par la dialyse », précise Lamine Niang. C’est pourquoi c’est déconseillé, ajoute-t-il.

Existe-t-il des preuves scientifiques de ses vertus thérapeutiques ?

Pour le Professeur Niang, boire l’urine revient à ré-ingurgiter les déchets que le corps a déjà évacués. Il précise toutefois qu’on ne va certainement pas mourir parce qu’on a bu de l’urine. Selon le médecin, le risque de boire l’urine dépend de l’état de santé de la personne dont elle provient.

Sur la capacité de l’urine à faire baisser la fièvre, le professeur Niang soutient que « sur le plan scientifique rien ne permet de le dire, même si l’urine est essentiellement composée d’eau ». Il reconnait tout de même que « l’urine peut jouer un rôle antiseptique de par sa teneur en urée ».

capv

L’urologue rappelle qu’il fut un temps où l’urine était utilisée pour désinfecter certaines plaies. Mais il s’empresse de souligner qu’« on ne va quand même pas conseiller aux patients d’utiliser l’urine pour cela alors qu’on a des médicaments efficaces ».

Pourquoi donc croit-on aux vertus de l’urine ?

Le psychologue Serigne Mor Mbaye précise que l’état psychologique et certaines croyances peuvent avoir une influence sur la santé d’un patient, en plus de l’effet placebo évoqué plus haut. Il explique, par exemple, que dans certaines communautés, il est conseillé de faire boire de l’urine de mouton à un enfant souffrant d’énurésie (faire pipi au lit).

Pour M. Mbaye, le dégoût amer de cette substance ingurgitée peut avoir « un effet psychologique » sur l’enfant pour qu’il arrête de faire pipi au lit.

Conclusion : il n’existe aucune preuve scientifique des vertus thérapeutiques de l’urine

Les témoignages ne manquent pas sur l’utilisation de l’urine comme remède. Pour beaucoup l’urine est utilisée pour conjurer le mauvais sort, alors que dans d’autres communautés, elle est utilisée pour soigner des maladies.

Mais de l’avis du professeur Lamine Niang, même si l’urine peut jouer un rôle antiseptique de par sa teneur en urée, sur le plan médical, rien ne permet d’affirmer à ce jour qu’elle a des vertus thérapeutiques. Et compte tenu des produits toxiques qu’elle contient, son utilisation est déconseillée.

Edité par Assane Diagne

Ecouter «Arrêt sur Info», l’émission radio consacrée à ce sujet

 

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Comment on this report

Comments 1
  1. By SABOYE

    Samba, Assane et les autres, si vous permettez de passer ma petite dose théo-thérapeutique ? Apparemment, mise à part la coutume, manque d’eau et/ou de médicaments peut être allégué plus près de ‘chez nous’ (sécheresse au Cap-Vert et enfer carcéral au Tchad) pour supporter cette pratique.
    Effectivement, pour la première assertion, l’eau fait baisser la fièvre, comme l’a enseigné le prophète Mohamed (PSL) : la fièvre est une émanation de l’enfer et pour la calmer, prenez l’eau (traduction sommaire de la transcription à-peu-pres de ce hadith : Al hummah mine fawhi jahamah, fabrou douha bil mahi).
    Pour la seconde assertion, l’explication psychosomatique, j’y adhère à 100% : effet placebo. D’où, l’inefficacité de l’amaroli. Risque toxique en sus.
    A l’évidence, il faut se résoudre à mettre en exergue l’état de déficit de conditions ou commodités (s) adéquate (s) pour la justifier, et par-là trouver la raison suffisante de la rejeter dans un monde moderne. Il y a mieux que ça.
    Merci de ce check, j’allais dire, du check-out sur ce sujet de « médecine douce ». J’espère qu’il va repousser l’obscurantisme qui allait gagner avec ce faux remède médiéval.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*