Nos articles par flux RSS

Message  du 31 décembre 2015 : Macky Sall tient ses engagements pour la pêche

Le président de la République du Sénégal avait annoncé, le 31 décembre 2015, la mise en œuvre de plusieurs projets  dans le secteur de la pêche pour l’année 2016.  Où en est  l’exécution desdits projets ? Africa Check a vérifié.

Par Birame Faye

«Nous poursuivons en même temps nos efforts de modernisation de la pêche artisanale. Pour l’année 2016, nos efforts porteront sur la réalisation des quais de Ngaparou, Pointe Sarène, Potou et Bargny, l’aménagement des aires de transformation de Saint-Louis, Potou, Kafountine, Mbao et Pencum Sénégal à Thiaroye-sur-mer, l’extension du port de commerce de Ziguinchor et la construction d’un port de pêche à Boudody  (Ziguinchor)», avait déclaré Macky Sall, dans son adresse à la nation, le 31 décembre 2015.

Où est en la mise en œuvre un an après cet engagement présidentiel. Nous avons examiné cette promesse.

«Plusieurs ouvrages inaugurés», selon le ministère de la Pêche

Africa Check est entré en contact avec le ministère de la Pêche et de l’Economie maritime, maître d’œuvre du programme «Promotion de la cogestion des pêcheries par le développement de la chaîne de Valeur (PROCOVAL)». Celui-ci prend en charge l’essentiel des projets formulés par le chef de l’Etat dans le domaine de la pêche.

Le chargé de communication du ministère, Talibouya Aidara, a  indiqué à Africa Check que «plusieurs ouvrages ont été inaugurés ou sont dans l’attente d’une réception officielle, et des poses de première pierre dont les cérémonies ont été médiatisées ».

Africa Check a également collecté des données  et visité certains chantiers annoncés.

Des ouvrages sont-ils déjà livrés ?

Le mardi 18 octobre 2016, le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Oumar Guèye, et l’ambassadeur du Japon au Sénégal, Takashi Kitahara, ont inauguré les quais de pêche de Pointe-Sarène et de Ngaparou. Financés par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), ces deux ouvrages ont coûté près de 420 millions F CFA.

Selon l’Agence de Presse Sénégalaise (APS), qui a couvert  ces deux cérémonies, «ces quais sont composés chacun d’un bloc administratif, d’une aire de stockage de glace, d’une aire de prétraitement des gastéropodes, d’une aire de pesage, de triage et de lavage, d’une aire de conditionnement, d’un abri de repos et d’un parking de camions frigorifiques».

A Saint-Louis, la construction de l’aire de transformation de poisson est achevée.  Selon le chargé de communication du ministère de la Pêche et de l’Economie maritime, « il ne reste que l’inauguration ».

D’autres chantiers ont-ils été lancés en 2016 ?

Le samedi 23 juillet 2016,  dans la ferveur du Conseil des ministres décentralisé consacré à la région de Dakar, Macky Sall a  procédé, à Mbao, au lancement des travaux de trois aires de transformation de poisson de Mbao, Ndeppe (Rufisque) et Pencum Sénégal (Thiaroye). Le coût initial de ce projet est de 250 millions F CFA.

Une semaine après, le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, Oumar Gueye, a  présidé la pose de la première pierre du quai de pêche de Bargny.

Et le 20 octobre, le quotidien Le Soleil rend compte de la pose de la première pierre du quai de pêche de Potou, dans le département de Louga, pour un coût global de 279 millions F CFA.

Quant au quai de pêche de Kafountine, le cabinet du ministre en charge de la pêche a confié à Africa Check que « la pose de la première pierre est prévue pour le jeudi 29 décembre 2016 ». La cérémonie a eu effectivement lieu à la date annoncée, en présence d’Oumar Guèye.

Ces projets figurent-ils dans les documents des marchés publics 2016 ?

Macky Sall avait promis des infrastructures aux artisans pour 2016. Photo gouv.sn

Macky Sall avait promis des infrastructures aux artisans pour 2016. Photo gouv.sn

Ces projets figuraient déjà dans la section travaux de l’avis général de passation de marchés 2016 consulté par Africa Check. La publication de ce document est rendue obligatoire par le code des marchés publics du Sénégal.

Africa Check a également examiné l’appel d’offre spécifique dont ces projets répartis en cinq lots ont fait l’objet. Celui-ci a été lancé le 23 mars 2016. Cependant, l’aire de transformation  envisagée à Saint-Louis ne figure pas dans ce document.

L’extension du port de Ziguinchor a-t-elle démarré ?

Le port commercial de Ziguinchor est une composante du «projet Orio» géré par l’Agence nationale des affaires maritimes (ANAM). Il figurait dans l’avis général de passation des marchés de ladite agence  pour l’exercice budgétaire 2015.

Outre le dragage du fleuve Casamance, ce projet cofinancé par les Pays-Bas prévoit des «travaux d’extension du port de Ziguinchor ».

D’ailleurs, en mai 2016, Oumar Gueye a procédé à l’ouverture officielle du nouveau chenal du fleuve Casamance, une des composantes du projet Orio réalisé à hauteur de 23 milliards FCFA.

Principal partenaire technique et financier du projet, l’ambassade des Pays-Bas annonce, sur sa page Facebook,  que l’extension du port de Ziguinchor sera achevée en 2017.

Africa Check a constaté de visu que les travaux n’ont pas encore démarré au port de Ziguinchor et à Boudody. Sur les sites, il n’y a que des plaques indicatives des projets.

Conclusion : les promesses de 2016 pour la pêche ont dans l’ensemble été réalisées ou amorcées

Les informations livrées par le ministère de la Pêche et de l’Economie maritime recoupées par les médias et constatées par endroits confirment plusieurs inaugurations et  poses de première pierre durant l’année 2016.

Cependant, les chantiers relatifs à l’extension du port commercial de Ziguinchor et au quai de pêche de Boudody attendent d’être lancés. Hormis ces deux ouvrages, les projets dans le secteur de la pêche annoncés par le chef de l’Etat dans son message du 31 décembre 2015, ont été soit réalisés soit lancés.

Edité par Samba Dialimpa Badji

Sur le même sujet : Message du 31 décembre 2015 : Macky Sall a-t-il tenu ses engagements sur l’artisanat, la voie ferrée et le parc industriel ?

 

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*