Africa Check a été crée pour promouvoir la précision dans le débat public et dans les médias en Afrique

Dans un continent qui compte 55 pays, des dizaines de milliers d’organes de presse, des centaines d’organisations concurrentes, et plusieurs centaines de millions d’habitants, il ne sera jamais possible – ni souhaitable – pour une organisation de se fixer comme raison d’exister, la vérification de chaque déclaration faite.

Heureusement pour notre petite équipe, tel n’est pas notre objectif.

Nous cherchons effectivement à tester la véracité derrière quelques-unes des grandes déclarations qui sont faites en public. Mais, comme le suggère cette caricature, nul n’a la pouvoir de tout faire.

Notre objectif, de manière plus générale, est donc d’encourager d’autres à aussi vérifier les déclarations qui sont faites.

Le réflexe sceptique

Les gens ayant tendance à être submergés de nos jours, il est souvent plus facile – pour un journaliste, un chercheur, un fonctionnaire, ou une femme d’affaires – de prendre pour comptant une déclaration faite en public. A ce jour, dans le cadre de notre travail, nous avons vu cela se faire par des alliés dans les médias, par les tribunaux, et le grand public.

C’est malheureux, étant donné qu’une telle situation permet à ceux qui, sciemment ou non, nous on tous induit en erreur, et le font avec une relative impunité.

Il est important en luttant contre cela de ne pas céder au cynisme. Ce n’est pas parce que quelques politiciens, certains organes de presse, certaines entreprises et d’autres encore, cherchent à nous induire en erreur, que tout le monde le fait. Et que quelqu’un le fasse, sur une question donnée, ne veut pas forcément dire, qu’il agira de la même façon sur une autre question.

A la place du cynisme, ce que nous souhaitons susciter, c’est un scepticisme fondé sur l’ouverture d’esprit. Que vous soyez juge ou journaliste, femme d’affaires ou agent de santé, questionner – ne pas rejeter – les déclarations qui sont faites, jusqu’à ce qu’elles soient rendues fiables, jusqu’à ce qu’une preuve vérifiable vienne soutenir la véracité de la déclaration.

Questions à poser

Pour produire les articles publiés sur ce site, nous avons utilisé notre propre expérience de journalistes, et l’appui et l’assistance des experts spécialisés dans divers secteurs, pour donner des conseils sur comment vérifier, en commençant avec les questions clés.

Où est la preuve? La preuve est-elle vérifiable? Et la preuve est-elle solide ?

Comment les informations ont-elles été rassemblées ? Quand ? Quel sont les aprioris que le journaliste, le juge ou la femme d’affaires devrait rechercher dans la manière dont l’information est collectée et rapportée. Ce sont là des questions que nous essayons d’aborder dans notre page «  Conseils et Recommandations ».

Où chercher

A partir de notre expérience en cherchant à vérifier les déclarations faites, nous savons que l’autre pièce maîtresse est de savoir où chercher.

C’est pour cela que nous avons commencé et continuons à travailler sur une collection de guides et de fiches que vous pouvez utiliser lorsque vous visitez ce site web, en tant que sources de données fiables sur des questions importantes.

Et c’est pourquoi nous espérons pouvoir fournir dans notre lien vers les “Ressources”, un guide permettant de faire des recherches sur les sources de données que nous avons trouvées utiles dans notre travail à ce jour.

Africa Check, n’est pas, et ne peut bien sûr pas, être responsable de la précision des données contenues dans ces sources. Ce sont des tierces parties, et il est évident que nous ne pouvons garantir la précision de leur contenu sur chaque question. Par ailleurs, les jugements quant à la précision ou pas de telle ou telle autre donnée, n’est jamais simple, étant plutôt représentés par plusieurs zones de gris.

C’est pour cela que nous espérons que, même si ils sont utiles, une fois que vous vous décidez à vérifier les affirmations faites par quelqu‘un, vous maintiendrez vos reflexes sceptiques au moment d’évaluer la précision des données fournies par ces sources.