Africa Check, un « outil efficace » contre la corruption

Le rôle d’Africa Check en tant qu’outil de promotion de l’engagement citoyen pour la bonne gouvernance a été reconnu par les initiateurs du Prix numérique et Transparence 2017, le 8 décembre au cours d’une cérémonie à Paris.

Notre organisation, première plateforme de fact-checking du continent, a remporté le deuxième prix de la catégorie « Engagement citoyen » qui cherche à « encourager et permettre aux citoyens d’adopter une culture anti-corruption ».

Selon Transparency International, l’un des initiateurs de ce prix, les lauréats de cette année, Presimètre du Burkina Faso (1er prix) et Africa Check  (2e prix) du Sénégal, « ont prouvé qu’ils sont des outils efficaces de lutte contre la corruption ».

Le concours, qui s’adresse aux pays en développement, cherche à identifier les meilleurs outils numériques renforçant la gouvernance.

Un jury composé de neuf experts issus du numérique et des mouvements anti-corruption devait départager plus de 80 projets qui étaient en compétition.

Le Prix Numérique Transparence récompense les meilleurs outils numériques renforçant la gouvernance.
Le Prix Numérique Transparence récompense les meilleurs outils numériques renforçant la gouvernance.

Deux prix dans des concours internationaux

En plus de l’ « engagement citoyen », il y a eu deux autres catégories : « Ouverture des données pour la transparence de l’action publique» remportée par Cabrane de la Tunisie et « Outils anti-corruption » décernée à Tsycoolkoly de Madagascar.

Les Prix numérique et transparence sont le prolongement du sommet mondial pour un gouvernement ouvert, co-présidé par la France, en décembre 2016.

Organisés par Transparency International, ils sont le fruit d’un partenariat avec le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères, CFI et l’ONG Liberté Living-Lab.

C’est la deuxième fois qu’Africa Check est distinguée dans un concours international. Nous avons reçu, en avril 2017, le Prix francophone de l’innovation dans les médias décerné par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Reporters Sans Frontière (RSF) et France Médias Monde.

 

 

 

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*