ANALYSE : Les médias sud-africains ont augmenté le nombre de fact-checks au cours des 5 dernières années

Même si les médias ne s'entendent pas sur ce que signifie exactement le journalisme de fact-checking, ils n’ont aucun doute que cela peut accroître la reddition des comptes dans le domaine politique.

Réfléchissant sur les « fausses informations » comme une épée sur la crédibilité des médias, le rapport sur la presse sud-africaine indique que le fact-checking est un contre-pouvoir essentiel.

Mais à quel point le fact-checking est-il répandu dans le paysage médiatique sud-africain ?

Africa Check a demandé au Dr Bob Wekesa et à deux collègues chercheurs de l’école de journalisme de l’Université de Witwatersrand d’enquêter.

Leur étude, un chapitre dans le rapport Fakers & Makers, trouve que les médias sud-africains ont fortement augmenté leur intérêt pour le fact-checking.

Le nombre de vérifications de faits est passé de zéro en 2012 à 68 au cours des neuf premiers mois de 2017.

Cependant, peu de fact-checks proviennent directement des salles de rédaction et les médias sud-africains comptent sur des organisations de vérification des faits (comme Africa Check) pour le contenu.

S’entendre sur ce qu’est un « fact-check »

Le rapport sur l’état de la presse sud-africaine indique que le fact-checking est un contre-pouvoir essentiel.
Le rapport sur l’état de la presse sud-africaine indique que le fact-checking est un contre-pouvoir essentiel.

Le journalisme factuel est une nouvelle tournure d’un vieux conte. Bien que les journalistes se soient engagés à produire des reportages fondés sur des faits dès les débuts de la presse jaune américaine, dans les années 1900, une augmentation de la désinformation à l’ère numérique l’a mise en évidence.

En tant que forme de journalisme responsable, le fact-checking a proliféré au cours de la dernière décennie. Actuellement, il y a 149 projets actifs de fact-checking à l’échelle mondiale, mais comme le souligne l’étude de Wekesa, bon nombre d’entre eux sont dans le Nord.

Un article de fact-checking repose sur une formule définie. Dans la recherche de Wekesa, il est défini comme un processus qui « vérifie les déclarations factuelles dans le but d’établir la véracité, l’exactitude ou l’authenticité de l’affirmation fondée sur des faits vérifiables ».

Les résultats montrent que les médias sud-africains ne sont pas suffisamment édifiés sur la signification exacte du journalisme de fact-checking. Des entrevues avec des éditeurs ont révélé que les médias ne s’entendent pas sur les définitions et semblent ambigus quant au fait que le fact-checking soit effectué en tant que genre journalistique ou simplement en tant que tâche journalistique standard.

Les éditeurs semblent être d’accord sur la contribution de la vérification des faits pour accroître la responsabilité dans le paysage politique. Phillip de Wet, alors rédacteur en chef adjoint du Mail & Guardian, a affirmé que le fact-checking est un moyen important par lequel les représentants du gouvernement et les politiciens peuvent être tenus responsables de leurs déclarations publiques.

De même, Benazir Cassim, directeur de publication par intérim, a souligné que la vérification des faits joue un rôle clé dans le démantèlement des fausses déclarations: «Les gens, surtout ceux qui sont au pouvoir, s’en tirent depuis trop longtemps et font des fausses déclarations. Le fact-checking est nécessaire pour leur demander des comptes.  »

Comment l’étude a été réalisée

L’étude de Wekesa a suivi une méthode mixte combinant des données provenant d’une analyse de contenu quantitative avec des interviews de rédacteurs en chef. Il a évalué le contenu en ligne de neuf organes de presse : Mail & Guardian, Sunday Independent, City Press, The Citizen, Daily Maverick, Daily Vox, News24, Eyewitness News et TimesLive.

Une recherche par mot-clé a été effectuée et incluait le contenu d’auteurs qui s’identifiaient comme se livrant à une forme de « journalisme de vérification des faits ». D’autres formes de journalisme cherchant à vérifier les affirmations publiques, y compris le journalisme d’investigation, mais qui ne s’identifiaient pas en tant que « vérification des faits » ont été exclues.

L’étude a enregistré 277 fact-checks publiés dans les médias sud-africains pour la période 2012 – 2017, à partir de l’année où Africa Check a été lancée par une équipe de deux personnes basée au département de journalisme de Wits.

Dans l’ensemble, Eyewitness News et Daily Maverick ont ​​enregistré le plus grand nombre de contenus de fact-checking, suivis de Mail & Guardian. Ils sont talonnés par The Citizen and Daily Vox. City Press, Timeslive et Sunday Independent comptent le moins d’éléments de contenu.

Les données de Wekesa indiquent que 80 % des vérifications de faits enregistrées sur ces plateformes médiatiques sont basées uniquement sur les articles d’Africa Check.

Ils ont cité Africa Check dans 9 % des cas et puisé leur contenu dans des organisations de fact-checking autres qu’Africa Check dans 7 % des cas.

L’étude a également révélé que seulement 2,5 % du contenu reposait sur les méthodes de fact-checking propres aux plateformes d’information.

Former les journalistes pour  plus de fact-checks

Le journalisme de fact-checking est devenu plus visible au cours des cinq dernières années. Wekesa confirme qu’il a rapidement gagné du terrain dans le paysage médiatique sud-africain et accru la responsabilité des médias.

Selon le rapport, « peut-être la plus grande valeur d’Africa Check est qu’elle a poussé les rédactions à prendre le fact-checking plus au sérieux. En partie, cela est dû aux cours que [l’organisation] dispense dans les salles de rédaction »

Afin de renforcer l’objectif d’Africa Check, qui est de maintenir l’honnêteté dans le débat public et d’attirer l’attention des personnalités publiques, nous avons besoin que l’industrie des médias sud-africains continue de penser et de travailler comme vérificatrice de faits. Notre formation à la méthodologie du fact-checking aide les journalistes à remplir ce rôle. En 2017, nous avons formé 582 personnes de 88 organisations à travers le continent.

Cette année, nous continuerons de sensibiliser et de former les journalistes en Afrique du Sud et au-delà pour promouvoir une culture du fact-checking et accroître l’impact de notre travail.

Traduit de l’anglais. Consultez la version originale.

© Copyright Africa Check 2018. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*