Jean Meissa Diop ANALYSE – Confusion de genres : entre pub et info, une frontière pas très visible

Quelle est la frontière entre publicité et information ? Comment les journalistes peuvent-ils éviter les pièges des annonceurs ? C'est la réflexion de notre chroniqueur dans cette analyse.

Où se trouve la frontière entre l’information et la communication commerciale ? Comment donner la première sans tomber dans la stratégie de la seconde ?

L’avènement  au Sénégal de la formule de téléphonie Free – pour ne citer qu’un cas récent – et le déploiement de bien d’autres stratégies commerciales prenant la presse pour espace, donnent la preuve qu’il est complexe et difficile de démêler l’embrouillamini d’une information enrobée dans un message de communication.

Et, croyons-nous, cette perplexité est commune à tous les journalistes professionnels de tous les pays du monde et mus par le scrupule déontologique et éthique.

Il y a de l’information quand, par exemple, une entreprise voulant désarçonner ses concurrentes, décide d’une réduction de ses tarifs, publie un communiqué de presse pour l’annoncer et invite les journalistes en conférence de presse pour expliquer cette baisse de prix de son ou ses produits. Oui, une baisse de prix intéresse le public et le journaliste qui, lui, annoncera la bonne nouvelle. Mais, le commanditaire du message voudra souvent engager le journaliste dans des développements où l’information ne serait plus qu’un prétexte et que le journaliste imprudent devient, de manière consciente ou involontaire, vecteur d’une publicité gratuite voire clandestine.

Invité au journal télévisé de 20 h sur la RTS1 du 21 octobre 2019, le directeur général de Free Sénégal y est allé de ses slogans, et a présenté la stratégie commerciale du nouvel opérateur et son déploiement technologique.

Le traitement de ce type d’information exige la sagacité du journaliste et son professionnalisme, son sens de l’information qui lui éviteraient de tomber dans le travers – à moins  qu’il ne faille parler de piège – de la pub déguisée ou pub clandestine ou pub gratuite. En tous les cas, insidieuse.

« La stratégie et la réclame publicitaires profitent de l’influence de l’information »

Des entreprises – qui auraient dû être des annonceurs – usent de toutes sortes d’astuces pour que leur activité puisse passer dans la rubrique des informations pour profiter du principe que l’information diffusée par un média après traitement par un journaliste est crédible et n’est pas de la propagande.

Allez savoir pourquoi les randonnées pédestres sont en vogue depuis quelques années. Médiatisées par la presse sollicitée pour les relater, ces manifestations sportives d’entreprises – qui procèdent de la communication interne, mais aussi externe – sont une occasion pour faire passer des informations trop élaborées pour en être vraiment. Et c’est ainsi que la stratégie et la réclame publicitaires profitent de l’influence de l’information.

Dans une réflexion sur « Peut-on encore faire la différence entre publicité et information ? », Philippe Moati épingle « certains dérapages susceptibles de brouiller les frontières entre l’information et la publicité ».

Un patron de presse dakarois invitait ses journalistes à avoir une compréhension « plus réaliste, plus dynamique » de leur profession en se faisant, à l’occasion de leur collecte de l’information, sur le terrain, des démarcheurs de publicités ; attirer la pub tout en faisant leur travail de manière honnête et professionnelle. Une vraie gageure.

© Copyright Africa Check 2019. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*