Africa Check dépend de l’appui et de l’assistance de mos partenaires clefs, de nos bailleurs et de nos alliés dans les média et la société civile. Parmi ceux-ci on peut citer :

 

  • L’Agence France-Presse a soutenu Africa Check depuis le début du projet en 2012. Cette agence de presse mondiale fournit une information sur les événements qui font l’actualité internationale. Ses 2.300 collaborateurs, de 80 nationalités différentes, répartis dans 151 pays, rendent compte en 6 langues de la marche de la planète, 24 heures sur 24.

 

  • ejicomEjicom est un établissement d’enseignement supérieur fondé en 2011 et basé à Dakar, au Sénégal. L’école forme des étudiants en journalisme, en communication et aux métiers du web. Dès sa création, Ejicom, qui se veut une école de l’excellence et de l’innovation, a introduit l’enseignement du numérique et des nouveaux médias dans ses programmes de formation, ce qui en fait une des pionnières dans ce domaine en Afrique subsaharienne francophone.
  • millennium trustMillenium Trust est une société fiduciaire privée à caractère philanthropique, créée en 2010 afin d’appuyer des particuliers, des organisations et des projets innovateurs pour promouvoir les droits constitutionnels, une croissance économique durable, une éducation de qualité, des débats publics éclairés, des institutions démocratiques indépendantes et la fourniture de services efficaces en Afrique du sud. L’organisation soutient plus de quarante projets.
  • Omidyar Network Omidyar Network est une société d’investissement philanthropique dédiée au renforcement du pouvoir des marchés dans l’amélioration de la qualité de vie. Créée par le fondateur d’eBay, Pierre Omidyar et sa femme Pam, l’organisation investit dans des organisations innovantes et les aide à propulser le changement économique et social.
  • osfLes Fondations Open Society travaillent à l’avènement de démocraties solides et tolérantes dont les gouvernements rendent compte à leurs citoyens. Travaillant avec les communautés locales dans plus de 100 pays, les Fondations Open Society soutiennent la promotion de la justice et des droits humains, la liberté d’expression ainsi que l’accès à l’éducation et à la santé publique. Elles ont soutenu financièrement (le projet) depuis 2013.
  • shuttleworthLa Fondation Shuttleworth a une vision d’un futur basé sur des principes d’ouverture. Nous voulons un monde avec un secteur éducatif ouvert à tous, des faits scientifiques ouverts menant à de nouvelles découvertes, et des technologies ouvertes qui nous permettront de résoudre les problèmes du monde comme une seule communauté.
  • wits journalism logoLe Département de Journalisme de l’Université de Witwatersrand, à Johannesburg, Afrique du Sud abrite le projet et fournit un appui à l’équipe de journalistes et de chercheurs qui travaillent sur le site web et font de la formation.

 

  •  La Fondation RAITH est une organisation à but non lucratif dotée d’un statut d’exonération fiscale. Elle est financée par le secteur privé, non affiliée politiquement et ne collecte pas de fonds auprès du public. La Fondation RAITH s’inquiète de l’injustice systémique et de l’iniquité qui prévalent en Afrique du Sud. Elle cherche des solutions efficaces et durables qui répondent à leurs origines.