Fiche d'infos et guides

Epidémie de méningite au Nigeria : une catastrophe annoncée?

Par David Ajikobi

 

Une épidémie de méningite a tué 745 personnes au Nigeria depuis novembre 2016 parmi plus de 8 000 cas signalés.

Le gouvernement fédéral et les autorités sanitaires semblent avoir été pris de cours http://punchng.com/meningitis-outbreak-fg-not-prepared-health-minister-says/ par cette épidémie – la méningite sérotype C – qui a été signalée dans 181 conseils locaux de 22 des 36 États du Nigeria, y compris le territoire de la capitale fédérale.

Les 6 États les plus touchés sont tous dans le nord du Nigeria: Katsina, Kebbi, Sokoto, Niger, Yobe et Zamfara, où le premier cas  de l’épidémie de méningite C en cours a été signalé.

Cette fiche d’information renseigne sur l’ampleur de cette épidémie. Elle en explique les causes, tout en donnant des indications sur les moyens de prévention.

Des épidémies régulières dans la ceinture africaine de la méningite

Une grande partie du Nigeria tombe dans ce que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle la «ceinture de la méningite» et qui est fréquemment frappée par la méningite méningococcique. Celle-ci comprend 26 pays et s’étend du Sénégal à l’Ethiopie.

En dehors du Nigeria, le Niger est l’autre pays de la ceinture de la méningite présentement touché par une épidémie. Le ministre nigérien de la Santé a confié à la BBC qu’à la date du 26 avril, 131 décès ont été enregistrés sur 923 cas signalés dans 6 régions.

Entre 1995 et 2014, l’OMS a documenté plus de 900 000 cas dans la région et plus de 90 000 décès, tandis qu’entre 10 et 20% des survivants ont développé des troubles neurologiques chroniques.

Les chercheurs ont montré qu’il existe un lien environnemental avec les épidémies le long de la ceinture de la méningite. Une étude de 2003 menée par des chercheurs de l’École de médecine tropicale de Liverpool a révélé que «l’humidité absolue, les profils de poussière et de précipitations, le type de couverture terrestre et la densité de population étaient indépendamment associés à l’épidémie [de méningite]».

 

Un type de bactérie peu répandue à la base de l’épidémie actuelle

La méningite méningococcique est une forme bactérienne de méningite qui infecte la membrane du cerveau. Cette infection céphalo-rachidienne a un taux de mortalité de 50% lorsqu’il n’est pas traité et peut entraîner des lésions cérébrales, une surdité et une épilepsie. Les enfants et les adolescents sont particulièrement vulnérables face à la maladie.

Différents types de bactéries peuvent provoquer une méningite, mais Neisseria meningitidis a été identifié comme le principal coupable dans la plupart des épidémies survenues au Nigeria. La bactérie pénètre par la gorge et peut dominer les défenses du corps, permettant à l’infection de se propager dans le sang vers le cerveau de la victime. Il est transmis par des gouttes de respiration ou des sécrétions de la gorge de personnes portant la bactérie.

Quels sont les symptômes de la méningite ?

Les symptômes de la méningite C sont semblables à ceux des autres sérotypes. Selon l’OMS, les symptômes évidents  sont le cou rigide, la fièvre, la sensibilité à la lumière, les maux de tête et les vomissements. Les symptômes sont habituellement observés entre le 2e jour et le 10e jour de l’infection.

Parmi les autres symptômes de la méningite:

  • Irritabilité et manque d’énergie,
  • Douleurs musculaires et articulaires,
  • Respiration lourde,
  • Les mains et les pieds froids,
  • Désorientation et somnolence,
  • Les convulsions.

Les bébés atteints de méningite peuvent :

  • refuser de se nourrir,
  • être souvent agités,
  • avoir des convulsions,
  • émettre des cris inhabituels,
  • être raides

Source: UK National Health Service

Les enfants représentent la moitié des cas

L’épidémie à grande échelle la plus récente au sein de la ceinture africaine de la méningite a été signalée en 2009, touchant principalement le Nigeria et le Niger. Plus de 80 000 cas ont été signalés dans les deux pays et rien qu’au Nigeria, 175 districts ont franchi le seuil épidémique de 10 cas déclarés pour 100 000 personnes par semaine.

En 1996, l’une des pires éruptions de méningite cérébro-rachidienne au Nigeria a été enregistrée, avec un taux de mortalité d’un peu plus de 10%. Au cours des six premiers mois de cette année, 11 717 personnes auraient perdu la vie sur 109 580 cas enregistrés.

Au cours de l’épidémie actuelle, les enfants de 5 à 14 ans ont été les plus touchés et représentent plus de la moitié des cas.

Pourquoi le nord-ouest du Nigeria est plus touché?

Quatre-vingt dix pour cent des personnes décédées au cours de l’épidémie actuelle proviennent de la région nord-ouest du Nigéria, selon le rapport de situation d’avril 2017 du Centre nigérian de contrôle des maladies.

Chaque Etat de la région a signalé et confirmé des cas de méningite, enregistrant 7 618 cas sur les 8 057 connus au 12 avril 2017. La plupart des décès – 457 des 745 décès – ont été enregistrés dans l’État de Zamfara.

La pauvreté, les mauvaises infrastructures de santé et les pratiques religieuses – en dehors des risques environnementaux – ont également contribué à la prévalence de la méningite dans la région. Dans un rapport de profil de la pauvreté publié en 2010 par le Bureau des statistiques du Nigeria http://www.nigerianstat.gov.ng/, la région était la plus pauvre du pays – avec un taux de pauvreté absolue de 70%.

En outre, les refus de vaccination fondés sur les ordres des dignitaires religieux et groupes islamiques ont pris une grande ampleur dans la région.

La vaccination n’a commencé qu’en avril 2017

Les quantités de vaccins nécessaires pour lutter contre la méningite C ne sont pas disponibles ou produites localement, de sorte que le Nigéria a dû faire des plans spéciaux avec des partenaires sanitaires internationaux pour obtenir les doses de vaccination nécessaires.

Le groupe international de coordination de l’OMS sur la fourniture de vaccins pour la lutte contre la méningite épidémique est censé avoir environ 4 millions de doses stockées. Au début du mois d’avril, environ 500 000 doses de vaccins contre la méningite C auraient été distribuées aux Etats touchés, alors que près de 820 000 doses sont attendues du Royaume-Uni.

Cependant, la distribution des vaccins a été marquée par une controverse dans certaines régions touchées, car les lots de vaccins sont détournés par des fonctionnaires et vendus illégalement à des personnes.

Le Nigeria était averti d’une épidémie imminente

Pourtant, de nombreux décès auraient pu être évités. Les pays de la ceinture de la méningite – en particulier le Nigéria – ont été prévenus des épidémies imminentes de méningite C, à en croire le rapport d’une réunion organisée par l’OMS en octobre 2015.

« Il existe un risque élevé de poursuite de l’expansion des épidémies de sérotype C de méningite méningococcique en 2016 et les années suivantes à travers la ceinture de la méningite en Afrique subsaharienne », avaient conclu les participants.

La réunion – à laquelle ont participé des experts de l’OMS, des responsables locaux de la santé, le Centre de contrôle des maladies des États-Unis et des représentants d’organismes d’aide internationale – a recommandé que :

 

  1. Une surveillance accrue devrait être maintenue dans tous les pays de la ceinture de méningite,
  2. Le Nigéria et la République démocratique du Congo renforcent leurs systèmes desurveillance relativement faibles,
  3. Les partenaires doivent accorder une priorité élevée à l’augmentation du stock de vaccins contre la méningite C.

Comment prévenir la méningite?

Dans son avis public aux Nigérians en mars, le ministère de la Santé a prescrit de :

  • éviter les endroits surpeuplés,
  • dormir dans des endroits bien ventilés,
  • éviter les contacts étroits et prolongés avec une personne malade,
  • éliminer correctement les sécrétions respiratoires et de la gorge,
  • observer strictement l’hygiène des mains
  • réduire le fait de serrer les mains, d’embrasser, de partager des ustensiles ou les interventions médicales telles que la réanimation buccale,
  • se faire vacciner avec un vaccin meningococcique,
  • éviter l’automédication.

Traduit de l’anglais. La version originale peut être consultée ici.

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".