Coronavirus : ces conseils et recommandations dont il faut se méfier

Au moment où la pandémie de Covid-19 touche plus d’une centaine de pays dans le monde, causant ainsi la mort de plus de 5 000 personnes, de fausses publications largement relayées sur les réseaux sociaux notamment Facebook et  WhatsApp, donnent des conseils sur comment reconnaître, prévenir et même soigner le Covid-19.

C’est dans ce contexte que s’aligne cette publication de la page Facebook Sama dieukeur sama kharite; mon mari mon ami, populaire auprès des internautes sénégalaises. Le message qu’on y lit viendrait « d’un titulaire d’un Master qui a récemment travaillé à l’hôpital de Shenzhen (Chine), puis transféré à Wuhan le centre épique de la maladie pour étudier le nouveau virus de la pneumonie ».Le même texte est aussi partagé au Mali  et au Maroc. Africa Check déconstruit ici les différentes intox contenues dans ce message qui est également relayé sur Messenger et en statut WhatsApp sous forme d’images.

Affirmation

« Le coronavirus est une toux sèche sans nez qui coule »

Verdict

incorrect

« Si vous avez le nez qui coule et que des expectorations se produisent pendant un rhume, il ne peut pas être conclu qu’il s’agit d’une pneumonie à #coronavirus de type nouveau. Parce que le coronavirus est une toux sèche sans nez qui coule, c’est le moyen le plus simple de l’identifier », lit-on dans le texte.

Selon ce document de l’Organisation mondiale de la Santé qui porte sur des questions-réponses autour du Covid-19, en plus d’une toux sèche, parmi les symptômes de l’infection au nouveau coronavirus, « certains patients présentent des douleurs, une congestion nasale, un écoulement nasal, des maux de gorge ou une diarrhée ». De plus, le test de dépistage de la maladie se fait en prélevant des sécrétions du nez ou dans la gorge.

Affirmation

« Le virus ne peut pas survivre dans un environnement de 26 à 27 degrés »

Verdict

incorrect

Selon le message contenu dans cette publication Facebook, « ce nouveau type de virus de la pneumonie coronaire n’est pas résistant à la chaleur et sera tué dans un environnement de 26 à 27 degrés C ».

« On ne sait pas encore si les conditions météorologiques et la température ont un impact sur la propagation du Covid-19 », précise le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies dans une fiche d’information. Par ailleurs, le virus de la Covid-19 , « peut se transmettre dans toutes les régions, y compris les zones chaudes et humides » d’après l’OMS, qui insiste sur le respect des règles d’hygiène pour se protéger. 

Affirmation

L’eau chaude, la chaleur, le gingembre, l’ail, le poivre, le gingembre…préviennent contre le Covid-19

Verdict

unproven

La température du corps ne peut pas être augmentée en prenant des boissons chaudes ou des bains chauds et il a été démontré que le virus n’était pas tué avec des températures élevées, selon l’OMS.

« D’après les données dont on dispose jusqu’à présent, le virus de la Covid-19 peut se transmettre dans toutes les régions, y compris les zones chaudes et humides », indique l’OMS.

S’agissant de l’ail, L’OMS avertit qu’il est certes « un aliment sain qui peut avoir certaines propriétés antimicrobiennes. Cependant, rien ne prouve, dans le cadre de l’épidémie actuelle, que la consommation d’ail protège les gens contre le nouveau coronavirus ».

En outre, même si l’OMS reconnaît que « certains remèdes occidentaux, traditionnels ou domestiques peuvent apporter du confort et soulager les symptômes de la COVID-19 mais rien ne prouve que les médicaments actuels permettent de prévenir ou de guérir la maladie », l’organisation onusienne ne recommande la prise d’aucun médicament, y compris les antibiotiques pour prévenir ou guérir de la maladie.

De même, dans la liste des 30 médicaments sélectionnés pour lutter contre le Covid-19 en Chine, en aucun moment il n’a été mentionné le gingembre et les repas épicés.

– Dieynaba Thiombane

Africa Check s'est associée à Facebook pour lutter contre les fausses informations sur la plateforme sociale. Cet article fait partie de l'initiative.

Dans le cadre de son programme tiers de vérification des faits, Facebook permet à ses partenaires de voir des articles publics, des photos ou des vidéos qui ont été signalés comme potentiellement inexacts.

Le contenu qualifié de «faux» par les fact-checkeurs sera déclassé dans les flux d’information. Cela signifie que moins de personnes le verront.

Vous pouvez nous aider à identifier de fausses informations sur Facebook. Ce guide explique comment.

© Copyright Africa Check 2020. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.