La citation, sur l’Afrique, attribuée à Lord Macaulay est fausse

« J’ai voyagé à travers l’Afrique, je n’ai pas vu de mendiants ni de voleurs ; j’ai vu des personnes avec de hautes valeurs morales et je pense que nous ne pouvons pas conquérir ce pays à moins que nous ne brisions / effacions la colonne vertébrale de cette nation qui est sa spiritualité et son héritage culturel », lit-on sur Facebook.

« Par conséquent, je propose que l’on remplace son ancien système éducatif et culturel, ainsi quand les Africains penseront que ce qui vient de l’étranger et en particulier de l’Angleterre est meilleur que ce en quoi ils croyaient, ils perdront l’estime de soi, leur culture et ils deviendront ce que nous voulons qu’ils soient, à savoir une véritable nation dominée », lit-on encore dans cette publication présentée comme un extrait du discours de l’homme politique anglais Thomas Babington Macaulay au parlement britannique le 2 février 1835.

Cette citation avait déjà été partagée sur Facebook en juillet 2018 par la page Djib-Live.

A l’origine, une fausse déclaration sur l’Inde attribuée à Macaulay

De 1834 à 1838, Thomas Babington Macaulay était en mission en Inde qui était alors une colonie britannique.

« En fait, Macaulay quitta l’Angleterre en 1834 pour assumer sa nouvelle fonction de conseiller auprès du gouverneur général britannique et ne revint qu’en 1838. Ainsi, le premier élément de preuve se révèle être un mensonge », écrit The Wire, un site indépendant indien qui publie des enquêtes, des reportages et des articles d’opinion.

L’article de The Wire a été publié en février 2017 décryptant la même citation attribuée à Macaulay, à la seule exception qu’il s’agissait de l’Inde et pas de l’Afrique.

Ceci dit, cette citation de Macaulay sur l’Afrique n’est qu’une reproduction de celle qui circulait déjà sur l’Inde.

Aussi, il est improbable que Macaulay ait tenu un discours devant le parlement britannique le 2 février 1835 alors que ce dernier était en Inde à ce moment.

Selon The Wire, Macaulay avait plutôt adressé une lettre au parlement britannique. Le document en question est disponible dans les archives du Missouri Southern State University.

Dans sa lettre, Macaulay ne parle (presque) pas de l’Afrique

Africa Check a consulté la lettre de Thomas Babington Macaulay au parlement britannique le 2 février 1835 et l’Afrique y est mentionnée une seule fois : « En Inde, l’anglais est la langue parlée par la classe dirigeante. […] C’est la langue de deux grandes communautés européennes qui se développent, l’une dans le sud de l’Afrique, l’autre en Australie, des communautés qui gagnent chaque année en importance et qui sont plus étroitement liées à notre empire indien ».

La lettre de Macaulay est présentée par des historiens comme un rapport sur l’instruction aux indes. Qu’il s’agisse de l’Inde ou de l’Afrique, cette citation attribuée à Macaulay est fausse.

– Valdez Onanina (29.07.2019)

Africa Check s'est associée à Facebook pour lutter contre les fausses informations sur la plateforme sociale. Cet article fait partie de l'initiative.

Dans le cadre de son programme tiers de vérification des faits, Facebook permet à ses partenaires de voir des articles publics, des photos ou des vidéos qui ont été signalés comme potentiellement inexacts.

Le contenu qualifié de «faux» par les fact-checkeurs sera déclassé dans les flux d’information. Cela signifie que moins de personnes le verront.

Vous pouvez nous aider à identifier de fausses informations sur Facebook. Ce guide explique comment.

© Copyright Africa Check 2019. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.