L’histoire du Togolais arrivé en Espagne à la nage est fausse

Une information partagée sur Facebook prétend qu’un Togolais de 59 ans a rallié l’Espagne à la nage en provenance du Maroc.

« C’est par la nage, faute de moyens financiers pour payer les passeurs qu’il (le Togolais) a parcouru près de trois kilomètres entre le village de Tarajal au Maroc et Ceuta en Espagne », peut-on lire sur le site Aregialedis dont le lien est partagé sur Facebook.

Le même article a été publié  le 17 mars 2015 sur le site Togoweb.

Photo d’illustration hors contexte

L’image qui illustre l’article présente un homme noir, visiblement à bout de forces, qui se traîne sur une plage à quelques mètres de trois touristes (blancs).

Grâce à la technique de recherche d’image inversée avec l’outil Yandex, nous découvrons que cette photo avait déjà été utilisée dans un article du site Lemonde.fr publié le 20 mai 2006.

L’article indique que la photo a été prise par Juan Medina, un photographe espagnol, correspondant de l’agence Reuters aux Canaries. La scène s’est déroulée le 5 mai 2006 sur la plage de Gran Tarajal, l’une des principales villes de l’île de Fuerteventura.

On retrouve la même photo dans un article du site du média britannique Telegraph datant du 6 mai 2006 confirmant que la scène a bien eu lieu à Fuerteventura.

Les deux articles racontent la même histoire : l’homme faisait partie d’un groupe de migrants dont l’embarcation de fortune a échoué sur la plage espagnole.

Une histoire inconnue de la Croix Rouge de Ceuta

Africa Check a contacté la Croix Rouge espagnole de Ceuta pour vérifier si elle avait eu écho de cette histoire et si elle a déjà eu à secourir un Togolais de 59 ans venu du Maroc par la nage.

« Nous n’avons pas connaissance de cette histoire », a répondu la Croix Rouge de Ceuta.

– Azil Momar Lo (11.06.2019)

Africa Check s'est associée à Facebook pour lutter contre les fausses informations sur la plateforme sociale. Cet article fait partie de l'initiative.

Dans le cadre de son programme tiers de vérification des faits, Facebook permet à ses partenaires de voir des articles publics, des photos ou des vidéos qui ont été signalés comme potentiellement inexacts.

Le contenu qualifié de «faux» par les fact-checkeurs sera déclassé dans les flux d’information. Cela signifie que moins de personnes le verront.

Vous pouvez nous aider à identifier de fausses informations sur Facebook. Ce guide explique comment.

© Copyright Africa Check 2019. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.