Non, cette vidéo ne montre pas un politicien malmené par des populations en Colombie

« Ce politicien a promis de canaliser le flux (d’eau) de sa ville à Tamalameque (Colombie), lors des dernières élections et est maintenant réapparu et regarde ce qui lui est arrivé ». (Sic)

C’est le message qui accompagne cette vidéo publiée par un internaute sénégalais sur Facebook, le 26 août 2019.

La vidéo avait, à l’origine, été publiée le 11 mai 2019 sur Facebook par le compte Portal Engomadeira.

Elle a été visionnée plus de deux millions de fois et partagée au moins 35 000 fois.

Une mise en scène

En réponse à un(e) internaute, Portal Engomadeira indique que « les problèmes qui ont été montrés dans la vidéo sont réels mais les images et les acteurs ont été mis en scène pour montrer aux politiciens que s’ils viennent pour faire des promesses (non respectées), ils auront cette réponse ».

La vidéo circule également sur Twitter. Elle a notamment été partagé le 9 août 2019 par un internaute.

Le 10 août 2019, le site de fact-checking Colombia Check relevait aussi que cette vidéo est une mise en scène réalisée au Brésil.

–  Azil Momar Lô (28.08.2019)

Africa Check s'est associée à Facebook pour lutter contre les fausses informations sur la plateforme sociale. Cet article fait partie de l'initiative.

Dans le cadre de son programme tiers de vérification des faits, Facebook permet à ses partenaires de voir des articles publics, des photos ou des vidéos qui ont été signalés comme potentiellement inexacts.

Le contenu qualifié de «faux» par les fact-checkeurs sera déclassé dans les flux d’information. Cela signifie que moins de personnes le verront.

Vous pouvez nous aider à identifier de fausses informations sur Facebook. Ce guide explique comment.

© Copyright Africa Check 2019. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.