Présidentielle en Mauritanie : faux, la police de Nouakchott n’a pas tué 4 personnes

Les Mauritaniens sont allés aux urnes le 22 juin 2019 pour élire leur nouveau président, le successeur de Mohamed Ould Abdel Aziz à qui la constitution ne permet pas de se présenter une nouvelle fois après deux mandats à la tête de son pays.

Mohamed Ould Ghazouani, « Le candidat du pouvoir », ancien chef d’état-major et ministre de la défense, a été déclaré vainqueur au premier tour de cette présidentielle – avec 52 % des voix – par la Commission électorale.

Les quatre candidats de l’opposition ont récusé ces résultats dont l’annonce a suscité des manifestations à Nouakchott, la capitale mauritanienne, mais aussi à Nouadhibou.

Sur Facebook, la page Afrika Pulaar Television a publié, au lendemain du scrutin, une photographie sur laquelle on voit un homme couché, le dos au sol. La photographie est accompagnée de la mention : URGENT: mauritanie déjà 4 morts par la police à Nouakchott ». (Sic)

Pas de morts signalés

Jusqu’ici, (30 juin 2019), aucune mort relative à ces heurts n’a été signalée par les médias locaux y compris l’Agence mauritanienne d’information (AMI). Au 30 juin 2019, la dernière dépêche de l’AMI sur la présidentielle est datée du 23 juin 2019.

Aussi, aucun média international comme Le Monde, Jeune Afrique ou l’Agence France Presse (AFP) n’a rapporté, dans ces récents articles, la mort de quatre personnes tuées par la police de Nouakchott.

Sur les antennes de la radio RFI, l’ONG Amnesty International a récemment dit sa préoccupation par rapport à la situation post-électorale en Mauritanie sans toutefois mentionner des morts.

Du côté des candidats présumés vaincus, aucune déclaration publique sur des personnes tuées dans ces manifestations n’a également été enregistrée à cette date.

Toutefois, Africa Check n’a pas pu retracer l’origine de la photo publiée par la page Afrika Pulaar Television.

Valdez Onanina (30.09.2019)

Africa Check s'est associée à Facebook pour lutter contre les fausses informations sur la plateforme sociale. Cet article fait partie de l'initiative.

Dans le cadre de son programme tiers de vérification des faits, Facebook permet à ses partenaires de voir des articles publics, des photos ou des vidéos qui ont été signalés comme potentiellement inexacts.

Le contenu qualifié de «faux» par les fact-checkeurs sera déclassé dans les flux d’information. Cela signifie que moins de personnes le verront.

Vous pouvez nous aider à identifier de fausses informations sur Facebook. Ce guide explique comment.

© Copyright Africa Check 2019. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.