Nos articles par flux RSS

150 milliards FCFA de pertes liées à la pêche illégale : l’étude qui donne raison à Oumar Guèye

Le ministre sénégalais de la Pêche et de l’Economie maritime a récemment déclaré que la pêche illégale cause des pertes de l’ordre de 150 milliards de FCFA au Sénégal chaque année. Les études réalisées lui donnent raison.

Par Hyppolite Valdez Onanina

«Le Sénégal perd 150 milliards FCFA chaque année » à cause de la pêche illégale a déclaré Oumar Guèye, dans des propos relayés par le journal Enquête du 29 novembre 2016.

Le 14 mai 2016, plusieurs sites d’informations dont seneweb.com, metrodakar.net et senenews.com relayaient la même information, citant M. Guèye.

Les pertes causées par la pêche illégale sont-elles si importantes ?

Quelles sont les sources du ministre de la Pêche ?

 Africa Check a contacté le cabinet du ministre de la Pêche et de l’Economie maritime pour savoir sur quelles sources s’appuie sa déclaration. Nous avons été orientés vers la direction de la protection et de la surveillance des pêches (DPSP).

«Ce que nous pouvons vous dire ici, c’est le nombre de navires arraisonnés et les amandes qui ont été données. Il est par contre difficile de vous indiquer précisément les pertes économiques que la pêche illicite a causées au Sénégal», confié le Capitaine de Vaisseau Mamadou Ndiaye qui dirige la DPSP.

Quelle structure a enquêté sur la pêche illégale ?

Africa Check contacté la représentation de la FAO au Sénégal pour savoir quels sont les chiffres dont elle dispose sur les pertes économiques engendrées par la pêche illicite au Sénégal.

Yacine Cissé de la cellule de communication de la FAO au Sénégal nous a redirigés vers le Bureau des statistiques de la direction des pêches maritimes (DPM), une entité du ministère de la Pêche et de l’Economie maritime.

Joint par téléphone, la DPM nous a conseillé, à son tour, de nous orienter vers la Direction de la protection et de la surveillance des pêches. Ce que nous avions déjà fait.

«Ils font un meilleur suivi et sont plus outillés en matière de pêche illégale non déclarée et non réglementée (INN)», a assuré El Hadji Leye de la DPM.

Quelle est donc la véritable source de cette information ?

Un article de Radio France Internationale (RFI), datant de janvier 2014, indique, citant l’Agence américaine USAID, que «le coût de la pêche illégale s’élève à 150 milliards de francs CFA  de pertes annuelles pour le pays (le Sénégal)».

Dans son rapport, Western Africa’s missing fish, publié en juin 2016 et mesurant les impacts de la pêche INN, le think tank The Overseas Development Institute (ODI) basé au Royaume-Uni, relève qu’en 2012, «le Sénégal a perdu environ 300 millions de dollars US à cause de la pêche INN, soit deux pourcent (2%) du produit intérieur brut (PIB) ».

Un quai à l'heure de débarquement des pêcheurs. Photo APRAPAM

Un quai à l’heure de débarquement des pêcheurs. Photo APRAPAM

L’ODI souligne cependant que ces chiffres sont tirés d’un rapport de l’USAID, l’Agence des Etats-Unis pour le développement international, paru en 2013.

Une étude sur la pêche illégale au large des côtes d’Afrique de l’ouest publiée en septembre 2014 par Interpol, à travers sa sous-direction de la sécurité environnementale, renchérit : «Selon l’USAID, la pêche INN a fait perdre au Sénégal environ 300 millions de dollars US en 2012, ce qui équivaut à 2% du PIB du pays».

Les statistiques de la Banque mondiale signalent que le PIB du Sénégal était estimé à 14,194 milliards d’USD en 2012, soit 7.054 milliards 418 millions de francs CFA, en convertissant cette somme en fonction de la valeur du dollar américain au 31 décembre 2012.

D’après des calculs effectués sur la base des chiffres de la Banque mondiale, les 2% du PIB du Sénégal en 2012 équivalent à 283,8 millions d’USD (141,8 milliards  de francs CFA) ce qui se rapproche en effet des « 300 millions de dollars US» évoqués.

Que dit donc l’USAID ?

Dans un document intitulé ‘‘Estimation préliminaire des captures de la pêche illicite non déclarée et non règlementée au Sénégal’’, publié en mai 2013 par l’USAID, il est écrit que «les valeurs des captures INN en 2010 – 2011 seraient d’environ 145 milliards de francs CFA soit 292 millions de dollars US».

L’étude menée par une dizaine de chercheurs indique que « le total des captures industrielles et des poissons jetés par la pêche illégale était estimée à 412.000 tonnes par an, en 2011. Si on le multiplie par le prix des captures d’un ex-navire (à 366 FCFA en moyenne par kg), cela va donner une valeur total de 300 millions de dollars US (soit environ 150.000 milliards de francs CFA, au cours actuel du dollar américain».

Conclusion : le chiffre avancé est globalement correct

Les estimations disponibles font état d’une perte annuelle d’environ 145 milliards de dollars sur une période de dix ans, en se basant sur le cours dollar américain en 2012.

D’ailleurs, l’étude menée par l’USAID, en collaboration avec University of British Columbia, et publiée en 2013, indique précisément que les pertes dues à la pêche illégale au Sénégal «seraient d’environ 145 milliards de francs CFA soit 292 millions de dollars US» sur la période 2010 – 2011.

C’est cette estimation de l’USAID qui a été reprise par la Banque mondiale, qui parle de «300 millions de dollars» et The Overseas Development Institute (ODI) basé au Royaume-Uni.

Il faut toutefois préciser que l’étude en question date de 2011 et le montant de 145 milliards francs est basé sur le cours du dollar à l’époque.

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*