24 millions de bouteilles de vin consommées par an au Sénégal ? Le chiffre est exagéré

Plusieurs organes de presse dont RFI ont annoncé que 24 millions de bouteilles de vin sont consommées chaque année au Sénégal. Il n’y a pas de preuve de cette assertion. La consommation de vin, dans ce pays, est bien en deçà.

Quand la nouvelle a été annoncée, au début du mois d’octobre dernier, que le Sénégal se lançait dans la production de vin, beaucoup d’organes de presse ont indiqué que 24 millions de bouteille de vin étaient consommées chaque année dans le pays.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle affirmation est faite. La journaliste camerounaise Denise Epoté-Durand, dans sa chronique hebdomadaire sur RFI « La semaine de l’Afrique » du dimanche 13 septembre 2015, affirmait aussi que 24 millions de bouteilles de vin sont consommées chaque année au Sénégal. « Le caviste et négociant [Mokhsine Diouf], reconnu par la profession, tenait à éduquer le ballet de ses compatriotes musulmans et grands amateurs de vin, comme en attestent les 24 millions de bouteilles de vin consommées chaque année dans le pays [Sénégal] », disait-elle.

Bien avant elle, beaucoup d’autres sites d’information ont annoncé le même chiffre. Certains ont notamment cité un rapport du Wine Institute, l’association de plaidoyer des œnologues californiens. D’autres informations relayées par des sites comme rewmi.com parlaient plutôt de consommation de boissons alcoolisées importées, de façon générale, en citant des sources anonymes.

Dans ce pays où 95% des habitants sont musulmans, « à cause de la religion, il y a beaucoup d’hypocrisie sur qui boit, qui achète de l’alcool », assure Mokhsine Diouf, viticulteur-œnologue sénégalais formé en France, dans le magazine Jeune Afrique. Cependant, « 20 millions de bouteilles de vin et spiritueux (y) sont tout de même vendues chaque année, » disait Diouf, impliqué dans le projet de production de vin au Sénégal.

D’où vient ce chiffre de 24 millions ?

Le Sénégal vient de se lancer dans la production de vin, mais la consommation de vin n’y est pas une nouveauté. Photo AFP

Selon le site d’information Koldanews « 24 millions de bouteilles d’alcool entrent au Sénégal chaque année. C’est une étude de ‘Market Access Database, Wine Institute’ qui avait fait la révélation en 2005. La même étude indiquait 80% des consommateurs de boisson alcoolisée sont de confession musulmane », mentionne le site d’informations.

Cependant, ce chiffre ne se trouve nulle part dans les rapports de cette association. Contactée par Africa Check, la directrice des relations avec les médias de Wine Institute, Gladys Horiuchi, a dit ignorer « d’où vient ce chiffre sur les 24.000 millions de bouteilles » .

« Pour 2013, 5.261.000 litres de vin ont été consommés au Sénégal. Il y avait 9 litres par casier et des bouteilles de 750 ml par casier. En faisant le calcul, je me retrouve avec 7.014.666 bouteilles de 750 ml », a expliqué Gladys Horiuchi.

Qu’en est-il exactement de la consommation de vin au Sénégal ?

« Il y a beaucoup d’hypocrisie sur qui boit, qui achète de l’alcool » assure Mokhsine Diouf, viticulteur-œnologue sénégalais. Photo: AFP

Sur le site du Wine Institute de Californie (Etats-Unis), qui publie les statistiques sur la consommation mondiale de vin, on souligne qu’avec une population estimée à 13,7 millions d’habitants, le Sénégal consommait en moyenne 0,5 litre de vin par habitant et par an en 2009. Il évaluait cette même consommation à 0,65 litre en 2006, 0,55 litre en 2007, et à 0,63 litre en 2008.

La consommation totale s’élevait à 7.075 litres en 2010, 8.065 en 2011, 6.839 en 2012 et 5.261 en 2013, souligne l’institut californien, dans un document publié sur son site web.

Pour sa part, l’’Organisation mondiale de la santé (OMS) avance à peu près le même chiffre. Sur son site, l’institution onusienne indique que pour les périodes 2003-2005 et 2008-2010, la consommation d’alcool au Sénégal était de 0,6 litre par habitant pour une population de 12,7 millions d’âmes. Cela représente un total de 7,620 millions litres d’alcool (vin et bière confondus) consommés chaque année. Sur ces 7,620 millions de litres, le vin ne représente que les 41%, la bière les 55% et les spiritueux 4%. Selon l’OMS, ce chiffre (0,6 litre par tête et par an) est en-dessous de la moyenne africaine qui était autour de 6 litres par tête et par an sur la même période.

Dans un document dont copie a été transmise à Africa Check, l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) du Sénégal indique qu’en 2013, le Sénégal a importé 33.958 kg de vin fournis essentiellement par l’Espagne et la France.

De son côté, la Direction générale des douanes fait état de 2,414 millions de kg de vin importés en 2014, dans un document remis à Africa Check. Par contre, la même source signale que 1,279 million de kg de vin importés en 2013 et 1,428 million pour l’année 2015. Ces statistiques ne concernent que les importations et ne tiennent pas compte du vin de palme produit et commercialisé localement. Un secteur informel  pour lequel il n’existe pas de données statistiques fiables.

La consommation par rapport à d’autres pays?

Selon le Wine Institute, basé en Californie, avec une population estimée à 13,7 millions d’habitants, le Sénégal consommait en moyenne 0,5 litre de vin par habitant et par an en 2009. Photo: AFP

A titre de comparaison, sur la même période, en  Côte d’Ivoire, autre pays francophone d’Afrique de l’Ouest avec 20 millions d’âmes, la consommation par habitant était de l’ordre de 1,26 litre par habitant, selon les chiffres du Wine Institute, alors qu’elle était établie à un peu  moins d’un litre en 2006, soit à 0,97 litre par habitant.

Le Nigeria, un autre pays de la région avec une population mixte de chrétiens et de musulmans, est souvent considéré à tort comme le second plus grand importateur de champagne dans le monde.

Africa Check a récemment enquêté sur cette affirmation et a trouvé qu’elle était incorrecte. Le pays était en réalité le 23ème  importateur de champagne dans le monde en 2014, avec moins de 770.000 bouteilles. Les chiffres ne précisaient pas combien de bouteilles de vin étaient annuellement consommées au Nigeria.

Le Sénégal et la Côte d’Ivoire font moins de 1% de la consommation mondiale de vin dominée par les Etats-Unis, la France et l’Italie avec respectivement  13,5%, 11,4 % et  8,8%.

Conclusion : L’affirmation selon laquelle 24 millions de bouteilles de vin sont consommées chaque année au Sénégal est exagérée

Les statistiques des organisations spécialisées évaluent la consommation de vin au Sénégal bien en-dessous de ce chiffre.

Ni le Wine Institute de Californie, ni l’OMS, ni la Douane sénégalaise, encore moins l’ANSD ne confirment ce chiffre de 24 millions de bouteilles. Toutes ces organisations avancent des chiffres inférieurs ne faisant même pas la moitié de ce niveau de consommation annoncé.

La meilleure estimation jusqu’ici disponible est plus proche des 7 millions, soit moins du tiers du chiffre avancé.

Relu par Peter Cunliffe-Jones

© Copyright Africa Check 2015. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*