35 % des Sénégalaises mariées avant d’atteindre la majorité ?

Une responsable de Plan International pour l’Afrique de l’Ouest estime à 35% le nombre de Sénégalaises mariées avant d’atteindre la majorité. Ce chiffre est-il avéré ?

«Au Sénégal, environ 35 % des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans. Ce qui est quand même un niveau qui reste assez élevé », a notamment dit la directrice régionale de l’influence et du partenariat de Plan International pour l’Afrique de l’Ouest, Awa Faly Bâ.

Dans un article publié par Seneweb, le 21 octobre 2017, elle se prononçait sur les mariages précoces, au cours d’un atelier à Dakar.

Ce pourcentage correspond-il à la réalité ? Africa Check a cherché les preuves.

Des données vieilles de 7 ans

 Africa Check a contacté Awa Faly Bâ qui a indiqué que «48 % des femmes actuellement âgées de 45-49 ans et 33 % de celles âgées de 20-24 ans sont mariées avant l’âge de 18 ans ».

«C’est cela que j’ai partagé avec les médias », a-t-elle indiqué, ajoutant s’être basée sur les données de l’Enquête démographique et de santé à Indicateurs multiples au Sénégal (EDS/MICS) datant de 2011. Elle a souligné que sa déclaration portait surtout sur la disparité selon les générations.

Que disent les données les plus récentes ?

 Jointe par Africa Check, Kerry MacQuarrie, auteure principale du rapport du Demographic and Health Surveys (DHS) sur la santé des adolescents en 2015, a fourni des compléments d’information.

D’après les estimations continues et annuelles du DHS, en 2010-2011, le pourcentage de filles mariées avant la majorité au Sénégal s’élevait précisément à 32,9 %. «Depuis lors, le rapport de 2016 a été publié et il indique que cette proportion a légèrement baissé, s’élevant désormais à 31,5 % », a indiqué la chercheuse.

La lutte contre les mariages précoces mobilise ONG et gouvernements comme ici à Dakar en octobre 2017. Capture d’écran CGTN/Youtube.

Elle ajoute que ces données se basent sur le calcul de la probabilité des mariages survenant chez les filles âgées de 15 à 24 ans. Les chiffres mentionnés sont disponibles via l’application StatCompiler du DHS.

«L’évolution a ralenti ces derniers temps »

Le rapport 2015 de l’UNICEF intitulé «Mariages d’enfants, grossesses précoces et formation de la famille en Afrique de l’Ouest et du Centre » indique qu’au Sénégal, le pourcentage de femmes âgées de 20 à 24 ans ayant été mariées ou en couple avant l’âge de 18 ans s’élève à 32,89 %.

Notant une grande diversité de cette prévalence dans toute la région Afrique de l’Ouest et du Centre, le rapport affirme que l’évolution de ce phénomène a ralenti ces derniers temps.

En outre, une augmentation de l’âge médian au premier maraige (âge auquel la moitié d’une population donnée a déjà vécu un événement donné, et l’autre non) a été observée au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Libéria et au Nigéria.

«Il est intéressant de noter qu’au Sénégal, le pourcentage de femmes mariées avant l’âge de 18 ans est près de huit fois moins élevé chez les bénéficiaires d’une éducation secondaire ou supérieure que chez les femmes sans instruction (48,4 % contre 6,1 %) », ajoute le rapport.

Conclusion : le chiffre est caduc

La directrice régionale de l’influence et du partenariat dnternational pour l’Afrique de l’Ouest de Plan International a déclaré que 35 % des filles sont mariées avant la majorité au Sénégal.

Awa Faly Bâ a précisé qu’elle a plutôt fait mention de 33 %. Elle a ajouté s’être basée sur une étude de l’EDS/MICS datant de 2011, soit sept ans auparavant.

La chercheuse Kathy MacQuarrie du DHS a confié à Africa Check que selon les données les plus récentes, l’estimation correcte s’élève plutôt à 31,5 %. Il s’agit d’une légère baisse par rapport à l’étude citée par Awa Faly Bâ.

En conséquence, le chiffre est caduc, vu qu’il n’est plus en phase avec la situation actuelle.

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2018. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*