Nos articles par flux RSS

80% des Nigérians manquent-ils d’eau potable ? La situation est plus grave que ça

Comments 2

80 % des Nigérians manquent d’eau potable, a écrit un éditorialiste nigérian. Les informations disponibles montrent que la situation est pire que cela.

Par Allwell Okpi

Dans une de ses chroniques régulières, le journaliste nigérian Dele Sobowale s’est demandé si son gouvernement était prêt à servir une nation en croissance. Soulignant que la population augmentait de 6 millions de personnes par an, il s’est inquiété de la sécurité, de l’éducation, des soins de santé et du logement. Il a ainsi affirmé que près de 80% de la population du Nigeria manque d’eau potable.

M. Sobowale n’a pas répondu à la demande d’Africa Check de clarifier sa déclaration et d’indiquer sa source. (Note : cet article sera actualisé, s’il répond.)

L’approvisionnement en eau potable au Nigeria est-il vraiment si mauvais ?

Des normes pour la qualité de l’eau potable

Le chef de la division eau, assainissement et hygiène du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) au Nigeria, Zaid Jurji, a déclaré à Africa Check que l’eau « potable » est une eau recommandée pour la consommation.

Les normes nigérianes pour la qualité de l’eau potable, révisées en avril 2018, établissent des exigences minimales que « toute eau potable doit à tout moment remplir ».

Fournir de l’eau qui ne répond pas aux exigences est une infraction.

Les exigences comprennent l’odeur et le goût de l’eau, et les limites aux quantités de minéraux et de produits chimiques – comme les détergents et le chlore – qui peuvent être présents dans l’eau. Elles recommandent également qu’aucune bactérie E coli ne doit être trouvée dans l’eau potable.

La bactérie Escherichia coli est souvent présente dans l’intestin humain. La plupart des types sont inoffensifs, mais certains peuvent causer de la diarrhée, une intoxication alimentaire et des maladies s’ils sont consommés dans des aliments ou de l’eau contaminés.

L’eau testée pour la première fois

Les experts ont indiqué à Africa Check que les meilleures et les plus récentes données sur la qualité de l’eau au Nigeria se trouvaient dans l’enquête par grappes à indicateurs multiples menée par le pays en 2016/17.

Dans le cadre de l’enquête, et pour la première fois, l’eau de cuisson et l’eau potable des ménages nigérians ont subi un test pour l’E. coli.

L’enquête a mesuré la quantité de bactéries dans l’eau, à la fois à la maison et à la source de l’eau. Plus de 37 000 ménages ont été visités entre septembre 2016 et janvier 2017.

Des informations sur la qualité de l’eau ont été collectées auprès d’un échantillon national représentatif de 13 605 membres de la famille, a indiqué Isiaka Olanrewaju, directeur des statistiques des ménages au Bureau national des statistiques.

Près des deux tiers des membres des ménages (64,1 %) avaient accès à des sources d’eau améliorées, telles que l’eau courante, les trous de forage et les eaux pluviales collectées.

Des niveaux élevés de bactéries

Mais l’enquête a également révélé que 90,8 % des membres du ménage buvaient de l’eau contaminée à un certain degré par les bactéries E coli, que leur eau provienne de sources d’eau améliorées ou non améliorées (camions-citernes et puits non protégés).

Environ 77,3 % de l’eau potable des membres du ménage était contaminée par les bactéries à la source.

L’augmentation de la contamination entre la source et le ménage montre que la contamination a lieu lorsque l’eau est stockée ou transportée, a déclaré à Africa Check, Yohannah Audu, consultant en eau, assainissement et hygiène pour l’Unicef.

Seulement 3,7 % ont présenté un profil en adéquation avec l’Objectif de développement durable 6, à travers l’accès à une source d’eau potable améliorée située sur les lieux exempts de E. coli et disponible en cas de besoin.
Cela ne veut pas dire que tout le monde risquait également de tomber malade. L’enquête a divisé les résultats en catégories de risques :

  • Faible (moins de 1 UFC * par 100 millilitres d’eau) : 22,7 %
    • Moyenne (1-10 UFC par 100 millilitres): 16.3 %
    • Élevé (11-100 UFC par 100 millilitres) : 14,6 %
    • Très élevé (plus de 100 UFC par 100 millilitres) : 46,4 %
    * L’UFC signifie unité formant une colonie, une mesure de bactéries.

 

Conclusion : 90,8% des Nigérians manquent d’eau potable

Le journaliste Debe Sobowale a écrit dans une chronique que près de 80% des Nigérians « manquent d’eau potable ». L’enquête par grappes à indicateurs multiples 2016/17 du pays a révélé que 90,8% des membres des foyers buvaient de l’eau contaminée dans une certaine mesure par la bactérie E. coli, ce qui peut provoquer des maladies.

Dans les échantillons d’eau contaminée, 23% présentaient de faibles taux de bactéries, 16% de niveaux moyens, 15% de niveaux élevés et 46% de niveaux très élevés. Ce qui exposait les gens à de graves risques.

Nous estimons donc que M. Sobowale sous-estime le phénomène.

Traduit de l’anglais. Lisez la version originale.

© Copyright Africa Check 2018. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Comment on this report

Comments 2
  1. By Patrice Frankel

    Oui beaucoup plus grave :

    -pas d’électricité,
    -pas de production agricole,
    -carburants ( essences, diesel ) très dangereux pour les moteurs…..

  2. By menerlach

    La contamination par e-coli est due à manque d’hygiène, les population on davantage besoin d’éducation que de nouvelles sources d’eau.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*