Afrique de l’Ouest : le Sénégal est-il en avance en matière d’autoroutes ?

Un officiel sénégalais a récemment dit que son pays est «en avance » dans le domaine des autoroutes par rapport à ses voisins de l’Afrique de l’Ouest. Nous avons vérifié sa déclaration.

«Le Sénégal est en avance en Afrique de l’Ouest en ce qui concerne la construction d’autoroutes. Nous sommes déjà arrivés à Sindia. Et en 2018, l’autoroute arrivera à Mbour, Thiès et Touba», a indiqué le directeur général de l’Agence des travaux et de gestion des routes (Ageroute-Sénégal), Ibrahima Ndiaye.

Il se prononçait sur les infrastructures routières, lors d’une randonnée pédestre organisée par l’Ageroute-Sénégal, au début du mois de mai.

Mais cette déclaration est-elle conforme à la réalité? Africa Check a fait la comparaison avec d’autres pays d’Afrique de l’Ouest.

Les précisions de l’Ageroute

Africa Check a contacté le cabinet du directeur général de l’Ageroute-Sénégal. L’assistante  en communication jointe par téléphone a indiqué les adresses électroniques auxquels il faudra envoyer le courriel. « Envoyez vos questions  et le chef de la division  suivi-évaluation, Mamadou Ndao, va répondre dans les meilleurs délais », a-t-elle rassuré.

Joint par téléphone après plusieurs jours sans réponse, M. Ndao a hésité à partager des éléments susceptibles d’étayer les propos de son directeur.

«Je pense qu’il voulait surtout parler des projets d’autoroutes qui sont en cours et ceux qui sont envisagés au Sénégal par rapport aux autres pays de l’Afrique de l’Ouest. Je fais allusion aux projets Thiès-Touba, AIBD-Mbour, AIBD-Thiès», a-t-il expliqué.

Quel est le linéaire autoroutier interurbain réel au Sénégal?

L’Ageroute-Sénégal informe sur son site web que le linéaire autoroutier du Sénégal effectivement réalisé est de 50 km. Il est essentiellement constitué par l’autoroute à péage Dakar-Diamniadio-AIBD (Aéroport international Blaise Diagne).  Cependant, plusieurs autres projets autoroutiers sont en cours d’étude ou de réalisation.

D’ailleurs, l’Agence pour la promotion des investissements et des grands travaux (APIX) renseigne que l’autoroute Dakar-AIBD est longue de 48, 5 km dont la construction était réalisée par tronçon. Il y en a cinq au total.

En termes de projets évoqués plus haut par le directeur de l’Ageroute Sénégal, il s’agit de la construction des autoroutes à péage Thiès-Diourbel-Touba (115 km) et AIBD-Thiès-Mbour (55 km).

Les infrastructures sont l'un des douze pilliers de la compétitivité, selon le Forum économique mondial. Photo APIX.
Les infrastructures sont l’un des douze pilliers de la compétitivité, selon le Forum économique mondial. Photo APIX.

Africa Check a tenté de comparer le Sénégal avec la Côte d’Ivoire,  le Nigéria et le Ghana, les quatre grandes économies de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO),  par rapport à la longueur d’autoroutes inter-urbaines effectivement réalisées et praticables dans ces pays.

Quelle est la situation en Côte d’Ivoire ?

L’Ageroute-Côte d’Ivoire a mis en ligne une cartographie du réseau routier. On peut lire dans cette rubrique que le pays comptait 6 514 kilomètres de routes  bitumées dont 136 km d’autoroute avant l’ouverture de la section Singrobo-Yamoussoukro.

En effet,  le président Alassane Ouattara  a inauguré, le mercredi 11 décembre 2013, ce dernier tronçon  de l’autoroute, long de 85 km,  qui relie  Abidjan à Yamoussoukro.

Où en est le Ghana?

Au Ghana, the National Highway (N1) rebaptisé   “George Walker Bush Motorway” fait la fierté du pays. Long de plus de 500 km, cette autoroute a été élargie dans le cadre du Millenium Challenge Corporation (MCA).

D’une longueur initiale de 1′ km, elle a été rouverte en février 2012 par le défunt Président John Atta Mills qui avait proposé l’élargissement de cette autoroute notamment sa partie urbaine au MCA.

Aujourd’hui, la densité du  réseau a amené le gouvernement à mettre sur pied la  Ghana Highway Authority, une structure publique chargée de la gestion des autoroutes du pays.

 Et le Nigéria ?

L’Etat fédéral du Nigéria détient le plus grand réseau routier en Afrique de l’Ouest. Une étude commanditée en 2003 par la Banque centrale du Nigeria intitulée «Highway maintenance in Nigeria: lessons from other countries» renseigne que les Etats situés dans le sud du pays sont reliés par une autoroute fédérale longue de 4.150,89 km.

Le chef de la Division suivi-évaluation de l’Ageroute-Sénégal, Mamadou Ndao, a confié à Africa Check  que, «pour le moment, on ne peut pas comparer le Sénégal avec ces pays sur la base d’autoroutes déjà construites».

Conclusion : l’information est erronée

En matière de réseau autoroutier déjà praticable, le Sénégal n’est pas encore en avance sur ses voisins de l’Afrique de l’Ouest. La déclaration du directeur général de l’Ageroute-Sénégal est erronée. Le Sénégal ne dispose que près de 50 km d’autoroute interurbain, alors qu’en Côte d’Ivoire, celle qui relie Abidjan à Yamoussoukro fait plus de 220 km.

En outre, au Nigeria, les autoroutes fédérales se comptent par milliers de kilomètres tandis qu’au Ghana la National Highway, avec ses 500 km, dépasse largement l’autoroute à péage Dakar-AIBD.

D’ailleurs, le chef de la division suivi-évaluation de l’Ageroute-Sénégal Mamadou Ndao estime qu’il n’est «pas possible de faire une comparaison dans ce sens, pour le moment».

Même si le Sénégal n’est pas le dernier dans ce domaine, il est loin d’être le premier en Afrique de l’Ouest.

 

Edité par Assane Diagne

 

 

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*