Contribution de l’Internet au PIB : le Sénégal premier en Afrique ? (actualisé)

Le Sénégal est le premier pays en Afrique en termes de contribution de l’Internet au Produit intérieur brut (PIB), selon la présidence de la République. Est-ce exact ?

Suite à la parution de notre article, Ousmane Thiongane, cordonnateur de l'unité digitale du pôle communication de la présidence nous a écrit pour préciser que son article "est inspiré par le document «Stratégie Sénégal numérique 2025» qui  fait référence à un classement I-PIB par pays de MGI [Mckinsey Global Institute] 2013 ».

«En Afrique, le Sénégal est classé premier pays africain pour le poids d’Internet dans l’économie (I-PIB) estimé à 3,3%, du fait notamment d’une très bonne connectivité internationale et d’un bon réseau national de transmission», souligne la présidence de la République, dans un article consacré à la place des télécommunications au Sénégal.

«Les projections réalisées sur ce volet prévoient également une augmentation du PIB par effet d’entrainement des autres secteurs clés par le numérique de l’ordre de 300 milliards de F CFA», mentionne l’article la présidence.

Le Sénégal est-il le leader africain en matière de contribution de l’Internet au PIB ? Nous avons vérifié.

La source du taux de 3,3% ?

Selon le site web de la présidence de la République, ce  classement émane du Forum économique mondial (FEM). Cette organisation a produit en 2016 un rapport sur les technologies de l’information et de la communication (TIC). Dans une rubrique intitulée « Network Readiness Index »,  les pays sont classés en fonction de l’apport des TIC dans la compétitivité de leurs économies.

Pour plus de précisions, Africa Check a contacté la cellule de communication de la présidence de la République du Sénégal. Le chargé des relations médias, Ousmane Bâ, nous a mis en rapport avec son collègue Ousmane Thiongane.

Nous n’avons pu obtenir la réaction de la cellule de communication de la Présidence, malgré les multiples relances par téléphone et par courriel. Nous actualiserons notre article dès qu’elle réagira.

Le Sénégal est-t-il premier en Afrique ?

A travers son rapport mondial 2016  sur les TIC, le Forum économique mondial (FEM) a examiné l’environnement économique de 139 pays sur la base de dix indicateurs dont les infrastructures digitales.

Celui-ci a une rubrique appelée Network Readiness index où l’impact  économique des TIC sur l’environnement des affaires dans les pays est  noté de 1 à 7.

Le classement est dirigé par la Finlande. Le premier pays africain, le Kenya, arrive à 54e place.

Toutefois, précise le Forum économique mondial, «le pilier des impacts économiques mesure l’effet de l’internet et des télécommunications sur la compétitivité grâce à la génération d’innovations technologiques et non technologiques sous forme de brevets, de nouveaux produits ou de processus ou de pratiques organisationnelles ».

«En outre, il mesure également le changement global d’une économie vers des activités plus intensives  sous l’effet des TIC», ajoute-t-il.

Quel est le poids des TIC dans le PIB du Sénégal ?

 La Direction de la prévision et des études économiques (DPEE), dans son rapport intitulé «Situation économique et financière  en 2016 et perspectives en 2017», renseigne que le sous-secteur des postes et télécommunications est projeté  à 6,5% en 2017 contre 5% en 2016.

«La téléphonie mobile et l’internet continueront de porter le développement du sous-secteur à travers l’innovation continue dans le domaine, dans un contexte d’exploitation de la 4G dont une licence a été vendue au cours de l’année 2016 au premier opérateur de téléphonie ».

D’après la DPEE, les postes et télécommunications ont contribué à hauteur de 632,1 milliards de francs au Produit intérieur brut (PIB), soit plus de 10%.

Pour avoir conduit une étude intitulée «l’impact des télécommunications dans l’économie sénégalaise» en 2014, le Professeur Raoul Karz, directeur de recherches en Business Strategy à la Columbia Business School de New York a conclu que «les télécommunications apportent environ 10,8 % » au PIB.

Quelles données sur TIC et PIB dans le monde?

Africa Check a consulté les données de l’Union internationale des télécommunications (UIT). Cette organisation publie plusieurs rapports sur l’accès des populations aux services internet. Mais ceux-ci ne font pas mention de la contribution des TIC au PIB des pays membres.

Par contre, tous les deux ans, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) produit un rapport «Digital economy outlook». Mais seule la part des TIC sur les PIB des Etats membres y figure.

D’ailleurs, ces données sur les pays membres de l’OCDE sont les seuls disponibles dans le  «Rapport sur le développement dans le monde 2016 : les dividendes du numérique», produit par la Banque mondiale.

Néanmoins, l’institution financière y indique que la part des TIC dans le PIB dépasse 5% dans les pays en développement, en 2014.

L’expert en réseaux informatiques et président de l’Association sénégalaise des utilisateurs des TIC, Ndiaga Guèye, a confié à Africa Check, que «la source en matière de part du TIC dans le PIB d’un pays est le ministère de l’Economie et des Finances et accessoirement la Banque mondiale ou le FMI».

«Chaque année, l’Agence nationale des statistiques et de la démographie et la Direction des prévisions et des études  économiques  produisent des rapports sur la situation économique, sociale ou financière du pays », a expliqué M. Guèye.

«Pour le moment, selon lui, on n’ en connait pas au niveau international mais la part des TIC dans le PIB ne cesse d’augmenter».

Conclusion : l’apport de l’Internet au PIB est sous-évalué

La présidence sénégalaise indique sur son site web que le Sénégal est le premier pays africain en matière de contribution de l’Internet au PIB avec 3,3%. Elle précise que ce chiffre est tiré d’un rapport du Forum économique mondial (FEM).

Le FEM évalue l’impact de l’internet et des TIC sur l’activité économique d’un pays à travers un indicateur qui va de 1 à 7 points, alors que la contribution d’un secteur économique au PIB d’un pays est exprimée en pourcentage.

L’expert en réseaux informatiques et président de l’Association sénégalaise des utilisateurs des TIC, Ndiaga Guèye, a confié à Africa Check, que le ministère de l’Economie et des Finances est la source la mieux indiquée en matière de contribution des TIC dans le PIB d’un pays.

D’après la Direction de la prévision et des études économiques, les postes et télécommunications ont contribué à hauteur de 632,1 milliards de francs au PIB du Sénégal en 2016, soit plus de 10%, tandis qu’au Nigéria les TIC ont contribué à hauteur de 12% au PIB au cours de la même année.

La source de la présidence de la République a donc sous-évalué la contribution des TIC au PIB du Sénégal qui n’est d’ailleurs pas le leader africain en la matière. Les chiffres auxquels l’article fait référence datent de 2014, alors qu’il y a des données plus récentes, celles de 2016.

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*