Côte d’Ivoire : 32 milliards de FCFA en 5 ans pour lutter contre le Sida ?

L’Etat ivoirien a alloué à la lutte contre le VIH/Sida un peu plus de 32 milliards de francs CFA entre 2013 et 2017, a récemment déclaré le président Alassane Ouattara. Les chiffres disponibles lui donnent raison.

«Je voudrais profiter de cette occasion pour remercier nos partenaires techniques et financiers (…), qui ont maintenu leur niveau de financement », a dit Alassane Ouattara, dans son discours d’ouverture de la Conférence internationale sur le Sida et les infections sexuellement transmissibles (ICASA), tenue à Abidjan du  4 au 9 décembre 2017.

«La contribution totale de l’Etat de Côte d’Ivoire [au financement de la lutte contre le Sida], de 2013 à 2017, a été d’environ 32 milliards de francs », a-t-il affirmé.

Qu’en est-il réellement ?

« 21 milliards de FCFA en 2017 »

Le service de communication et des relations publiques du ministère ivoirien de la Santé et de l’Hygiène publique a partagé avec Africa Check un document dans lequel la ministre  de la Santé et de l’Hygiène publique, Dr Raymonde Goudou Coffie, confirme que «le budget alloué à la lutte la pandémie est passé de 4, 2 milliards de FCFA en 2016 à 21 milliards FCFA en 2017».

Le budget a-t-il évolué depuis 2013 ?

Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan stratégique national de lutte contre l’infection à VIH/Sida 2011-2015, le gouvernement  s’était engagé à débourser  11,375 milliards de FCFA.

Ce plan stratégique a été institutionnalisé depuis 2015  sous le nom de Programme national de lutte contre le Sida.

Dans la même veine, la loi des finances 2017 alloue au ministère de la Santé et de l’Hygiène publique un budget de  221 milliards FCFA. Selon la répartition par ligne, 21 milliards de FCFA ont été alloués à la lutte contre le VIH/Sida.

 

«Les bailleurs financent à hauteur 80%»

Le directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé, a récemment salué une augmentation de 400% du budget consacré à la riposte au VIH par l’Etat ivoirien.

Africa Check a contacté le Docteur Adama Diabaté, sous-directeur chargé de la mobilisation des ressources, au Fonds national de lutte contre le Sida en Côte d’Ivoire qui a indiqué que « les ressources publiques allouées à la lutte contre le VIH/Sida n’ont cessé d’augmenter depuis 5 ans ».

« Le cumul fait effectivement plus de 32 milliards de FCFA. Mais c’est encore insuffisant. Nous souhaitons que l’Etat fasse encore des efforts dans ce sens », a-t-il précisé.

«C’était un souhait des bailleurs de fonds de voir l’Etat ivoirien faire un plus d’efforts dans la lutte contre le VIH/Sida. Les bailleurs financent 80% du budget global consacré la lutte la pandémie », a-t-il encore dit.

Conclusion : le chiffre est correct

Le président Alassane Ouattara a dit qu’entre 2013 et 2017 son gouvernement a injecté plus de 32 milliards de FCFA à la lutte contre le Sida.

Cette augmentation de l’enveloppe destinée à la lutte contre le Sida est confirmée par les chiffres du ministère chargé du Budget et celui de la Santé et de l’Hygiène publique.

De plus, Adama Diabaté, sous-directeur chargé de la mobilisation des ressources, au Fonds national de lutte contre le Sida en Côte d’Ivoire a confié à Africa Check que « le cumul fait effectivement 32 milliards » de FCFA.

En conséquence, en fonction de ces données, le chiffre avancé par M. Ouattara est correct.

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2018. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*