La Côte d’Ivoire parmi les 20 pays aux systèmes de santé les moins performants au monde ?

Le site ivoirien d'information Eburnie Today a affirmé récemment que la Côte d'Ivoire figurait "parmi le top 20 des pays ayant le plus mauvais système de santé au monde". Les données disponibles confirment ce classement.

« Malgré un pays épargné par la récente flambée de la maladie à virus Ebola, une politique de gratuité pour le paludisme simple et la maîtrise de la crise de la dengue, la Côte d’Ivoire ne fait pourtant pas figure de bon élève dans le domaine des systèmes de santé », elle « figure parmi le top 20 des pays ayant le plus mauvais système de santé au monde », a écrit Eburnie Today, dans cet article établissant un « bilan de santé » du pays.

Ce rang attribué à la Côte d’Ivoire est-il exact? Africa Check a vérifié.

Sur quoi s’est-il fondé ?

Sollicité par Africa Check sur l’origine de ce classement, l’auteur de l’article Suy Kahofi a, sans aucun commentaire, fourni deux liens.

Le premier lien renvoie vers un de ses articles précédents, mis en ligne le 25 mai 2017, intitulé « Le mauvais état du système de santé ivoirien épinglé (étude)« . Il traite les conclusions de travaux sur le sujet par la revue médicale britannique The Lancet.

Le second mène à un texte publié par l’Institut national (américain) pour l’information biologique moléculaire (The National Center for Biotechnology Information, NCBI), qui résume les travaux évoqués.

Cette étude, publiée le 18 mai 2017, est intitulée « Healthcare Access and Quality Index based on mortality from causes amenable to personal health care in 195 countries and territories, 1990–2015: a novel analysis from the Global Burden of Disease Study 2015 ».

Elle a été financée par la Fondation Bill et Melinda Gates, selon ses auteurs comprenant le professeur Christopher Murray, de l’Institut (américain) des mesures et évaluations de la santé (Institute for Health Metrics and Evaluation, IHME).

Créé à l’Université de Washington en 2007 et bénéficiant notamment de subventions de la Fondation Bill et Melinda Gates, l’IHME a réalisé plusieurs travaux sur le fardeau de la maladie dans le monde.

Pays notés de 0 à 100

Africa Check a consulté la version de l’étude publiée par l’éditeur scientifique Elsevier, qui possède le groupe du Lancet, en date du 15 juillet 2017. Les 195 pays étudiés y sont notamment classés de 0 à 100 selon la qualité et l’accessibilité des systèmes de santé.

Les auteurs expliquent qu’ils ont élaboré une « mesure synthétique unique et interprétable », dite « indice HAQ » – d’après le sigle de l’expression en anglais, « Healthcare Access and Quality » – en évaluant notamment les taux de mortalité de 32 maladies dont les décès peuvent en théorie être évités grâce à un accès rapide à des soins médicaux : tuberculoses, infections respiratoires, tétanos entre autres.

Parmi les vingt pays les moins bien classés, figure la Côte d’Ivoire. Ce qui confirme l’information d’Eburnie Today.

La Centrafrique, avec 29 sur 100, a le système de santé le moins performant. La Côte d’Ivoire a 42 sur 100 et se classe 14e. Elle fait mieux que l’Afghanistan (32/100), la Somalie (34/100), la Guinée-Bissau (36/100), le Tchad, l’Erythrée et Haïti (38/100) mais aussi la Guinée et le Soudan du Sud (39/100), la République démocratique du Congo et le Burundi (40/100), le Niger et la Sierra Leone (41/100).

Quels sont les pays les plus performants?

En tête de classement des pays disposant du système de santé le plus performant, figurent Andorre (95/100), l’Islande (94/100), la Suisse (92/100), la Norvège, l’Australie, la Finlande, l’Espagne et les Pays-Bas étant à égalité de score avec 90/100.

Les mieux classés comprennent aussi le Luxembourg, le Japon, l’Italie (89/100) ; l’Irlande, l’Autriche, la France, la Belgique et le Canada (88/100) ainsi que la Slovénie et la Grèce (87/100). Y figurent également l’Allemagne, Singapour, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud, le Danemark et Israël, avec chacun 86/100.

Santé et prospérité

La Côte d’Ivoire est également au bas du tableau concernant son système de santé dans le dernier classement annuel de l’Institut Legatum (Legatum Institute, LI), un groupe de réflexion basé à Londres. LI établit depuis 2007 un « Indice de prospérité » mondial en prenant en compte « 104 indicateurs ».

Ces indicateurs sont répartis dans « neuf piliers », incluant la qualité de l’économie, l’environnement des affaires, la gouvernance et la santé. Le classement de l' »Indice de prospérité 2017″, publié en novembre 2017, concerne 148 pays et Hong-Kong, « une région administrative spéciale » de la Chine.

La Côte d’Ivoire fait partie des 20 pays figurant au bas de l’échelle pour leur évaluation en matière de santé en 2017. Elle est 138e, devançant l’Angola (139e), le Congo (140e), l’Ouganda (141e), le Nigeria (142e), le Mozambique (143e), la Sierra Leone (144e), le Bénin (145e), le Liberia (146e), la Guinée (147e), le Tchad (148e) et la Centrafrique (149e).

Elle est moins bien classée que le Togo (137e), le Niger (136e), l’Ukraine (135e), Madagascar (134e), l’Afghanistan (133e), (l’Irak) (132e), le Soudan (131e) et le Cameroun (130e).

Là où la santé va bien

En tête de liste des mieux classés par leur système de santé en 2017, arrivent le Luxembourg (1er), Singapour (2e), la Suisse (3e), le Japon (4e), l’Autriche (5), la Suède (6), la Norvège (7e), les Pays-Bas (8e), Hong-Kong (9e) et l’Australie (10e).

Le peloton des vingt premiers comprend aussi la Belgique (11e), l’Allemagne (12e), le Qatar (13e), la Finlande (14e), la Corée du Sud (15e), l’Espagne (16e), la Nouvelle-Zélande (17e), la France (18e), la Grande-Bretagne (19e) et l’Islande (20e).

Toutefois, en prenant en compte tous les « neuf piliers » de l’indice élaboré par l’Institut Legatum, la Côte d’Ivoire est parmi les 30 pays les moins prospères mais au-dessus des 20 moins bien classés : elle est 121e sur 149.

Lieux de naissance « risqués » ou « sûrs » ?

Autre document consulté par Africa Check : le rapport 2017 du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), intitulé « L’urgence de mettre fin à la mortalité néonatale », rendu public le 20 février 2018.

Il contient une liste de « lieux de naissance les plus risqués » au monde, fondée notamment sur les taux de mortalité les plus élevés en 2016 et le nombre de professionnels de la santé qualifiés pour 10.000 habitants.

La Côte d’Ivoire fait partie des « 10 pays affichant les taux de mortalité néonatale les plus élevés », ce qui confirme indirectement l’estimation d’Eburnie Today. Les neuf autres sur la liste sont le Pakistan, la Centrafrique, l’Afghanistan, la Somalie, le Lesotho, la Guinée-Bissau, le Soudan du Sud, le Mali et le Tchad.

Conclusion : le classement est correct

Le site ivoirien d’information Eburnie Today a affirmé que la Côte d’Ivoire figurait « parmi le top 20 des pays ayant le plus mauvais système de santé au monde ».

L’estimation est confirmée par une étude sur les systèmes de santé de 195 pays et territoires, publiée en 2017 et financée par la Fondation Bill et Melinda Gates. Cette recherche classe la Côte d’Ivoire au 14e rang des 20 pays où le système de santé sont moins performants.

En outre, la Côte d’Ivoire fait partie des 20 pays (sur 149 étudiés) figurant au bas de l’échelle pour leur évaluation en matière de santé en 2017 par le groupe de réflexion Institut Legatum basé à Londres et qui établit depuis 2007 un « Indice de prospérité » mondial. Ce classement a été révélé en novembre 2017.

Par ailleurs, le dernier rapport de l’Unicef, paru le 20 février 2018, classe la Côte d’Ivoire parmi les dix pays considérés comme « les lieux de naissance les plus risqués » au monde, en se fondant sur les taux de mortalité les plus élevés en 2016.

Au regard de ces données, le rang est correct.

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2018. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*