Nos articles par flux RSS

Croissance moyenne de 6% au Niger : les chiffres qui confortent Mahamadou Issoufou

Le président du Niger a récemment annoncé que son pays a enregistré un taux de croissance moyen de 6 % par an, lors de son premier mandat à la tête du pays. Africa Check a vérifié ce chiffre.

Par Assane Diagne

«Je tiens à faire remarquer que, en dépit de tous les problèmes que nous avons évoqués, que ce soit la crise nigériane, la baisse des prix des matières premières ou les chocs sécuritaires, le taux de croissance moyen sous mon premier mandat a été de 6 % par an, et nous prévoyons 7 % pour les cinq prochaines années », a dit Mamadou Issoufou, dans une interview à l’hebdomadaire Jeune Afrique.

Mahamadou Issoufou a eu son premier mandat de président de la République du Niger de 2011 à 2016. Mais le chiffre qu’il a avancé correspond-il à la réalité ? Nous avons vérifié en consultant les archives disponibles sur les taux de croissance au cours de cette période.

Sur quoi le président Issoufou s’est-il basé ?

Contacté par Africa Check, le conseiller principal de la cellule de communication de la présidence du Niger, Amadou Moussa Galibi, a dit que sur le taux de 6%, «les chiffres proviennent de l’INS (Institut nationale de la statistique), qui est la source officielle.

Que révèlent les données officielles nigériennes ?

Africa Check a contacté l’Institut National de la Statistique (INS) du Niger qui a indiqué que le taux de croissance du PIB était de 2,3 % en 2011, année où M. Issoufou est arrivé au pouvoir. Il s’établissait à 3,5% en 2015. Il était de 11,8% en 2012, avant de chuter à 5,3 l’année suivante pour ensuite remonter à 7% en 2014.

Sur cette période, le taux de croissance moyen est de 5,98%.

Taux de croissance de 2011 à 2015

Année Taux de croissance
2011 2,3
2012 11,8
2013 5,3
2014 7
2015 3,5

Source : Institut National de la Statistique du Niger

Source : Banque mondiale

Source : Banque mondiale

Que disent les données de la Banque mondiale ?

Pour sa part, la Banque mondiale fait état d’un taux de 2,3% en 2011 qui a bondi à 11,8% en 2012 avant de baisser jusqu’à 5,2% en 2013. Pour 2014 et 2015, le taux s’est établi respectivement à 7,01% et 3,6%.
Si on fait le calcul, cela donne une croissance moyenne de 5,98% sur la période correspondant au premier mandat de Mahamadou Issoufou.

 

Existe-il d’autres données ?

Pour sa part, la Commission économique pour l’Afrique (UNECA)  indique que le rythme de l’activité économique s’est renforcé en 2014, avec un taux de croissance économique de 6,9 % après un niveau de 4,6 % en 2013 et de 11,8 % en 2012.

Cette bonne tendance de l’activité économique est due essentiellement à la bonne performance du secteur primaire, qui a représenté 35,5 % du PIB et 2014, et dans une moindre mesure, au bon comportement du secteur tertiaire. Pour l’année 2015, le taux de croissance est estimé en décélération, à 4,8 %.
En moyenne, le taux de croissance s’établit à 6,08% pour la période étudiée.

Taux de croissance de 2011 à 2015

Année Taux de croissance
2011 2,3
2012 11,8
2013 4,6
2014 6,9
2015 4.8

 

Source : UNECA

Conclusion : l’affirmation est globalement correcte

Les données officielles et définitives ne sont pas encore divulguées, les calculs ont été faits à partir des taux de croissance de 2011 à 2015, soit sur une période de 5 ans.

A la lumière des données fournies à Africa Check par l’Institut National de la Statistique (INS), les rapports de la Banque mondiale et de la Commission économique pour l’Afrique, la moyenne du taux de croissance du Niger, lors du premier mandat présidentiel de Mahamadou Issoufou tourne autour de 6 %.

En conséquence, l’affirmation du président Mahamadou Issoufou est globalement correcte.

Edité par Samba Dialimpa Badji

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*