Des médicaments «dangereux» et «interdits en France» sont-ils en vente au Sénégal ?

Affirmation

Des médicaments entraînant des accidents vasculaires cérébraux sont vendus au Sénégal alors qu'ils ont été interdits en France.

Source: Publication Facebook

misleading

Verdict

Explication: Les dangers liés à certains médicaments anti-rhume sont reconnus en France, mais les produits présentés dans ledit post n’y ont pas été interdits et continuent d’être vendus par les pharmacies françaises.


« Ces médicaments entraînent des AVC (accidents vasculaires cérébraux) et ont été interdits en France. Merci de partager pour sauver des vies humaines ».

Ce message, illustré par une photographie où apparaissent six médicaments (Humex, Actifed, Rhin Advil, Nurofen, Dolirhume, Rhinureflex), a récemment été publié sur Facebook par des internautes sénégalais.

Une publication qui a déjà été partagée au moins 2.300 fois à la date du 28 juillet 2016. Elle a ainsi suscité l’indignation de certains internautes.

Africa Check s’est penché sur ce sujet suite aux réactions, parfois houleuses, qui en ont découlé.

D’où vient cette information ?

En janvier 2014, le site français d’informations ladepeche.fr publiait un article présentant une liste de 14 médicaments anti-rhume dangereux pour la santé. La liste en question avait été dressée par le magazine français «60 millions de consommateurs».

En effet, les médicaments Humex, Actifed, Rhin Advil, Nurofen, Dolirhume et Rhinureflex figurent dans cette liste.

Il en ressort que Dolirhume, Actifed et Humex « exposent à des risques d’AVC ou neurologiques sévères et seraient trop risqués pour un simple rhume ».  S’agissant de Rhin Advil, Nurofen et Rhinureflex, « ils peuvent provoquer des troubles digestifs, des ulcères à l’estomac ou des troubles dermatologiques ».

Cependant, ladepeche.fr n’indique pas, dans son article, que les médicaments anti-rhume énumérés par le magazine « 60 millions de consommateurs » ont été interdits mais qu’ils sont potentiellement « dangereux pour la santé » et « à éviter en automédication », c’est-à-dire qu’il ne faut pas se les administrer sans ordonnance ni conseil médical personnalisé.

« Pour les médecins, le remède le plus efficace et le moins dangereux contre le rhume est de prendre son mal en patience. D’origine virale, le rhume se guérit seul, au bout de 7 à 10 jours », écrit, d’ailleurs, la depeche.fr.

Danger potentiel mais aucune interdiction de vente

Selon e-sante.fr « la majorité des médicaments contre le rhume contiennent de la phénylpropanolamine (PPA), une substance décongestionnante, certes efficace pour empêcher le nez de couler, mais accusée d’être responsable d’effets secondaires rares mais graves, particulièrement des hémorragies cérébrales ».

Le site spécialisé ajoute que « l’innocuité de cette molécule ayant été mise en doute par une étude américaine publiée en décembre 2000, les Etats Unis l’ont immédiatement interdite. Pourtant, en France, comme ailleurs en Europe, les médicaments contenant de la phénylpropanolamine restent en vente libre et même si le nombre d’utilisateurs n’est pas connu avec précision, il est de l’ordre de plusieurs milliers chaque année ».

Depuis plus de 15 ans, l’Agence nationale (française) de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) recommande, entre autres, aux prescripteurs d’informer les patients du « risque d’hémorragie cérébrale et de la nécessité de respecter strictement la posologie et la durée de traitement de cinq jours ».

Effets secondaires non reconnus au Sénégal

La Direction de la pharmacie et du médicament du ministère de la Santé du Sénégal n'a pas reçu de notification d'effets secondaires de ces médicaments. Photo AFP
La Direction de la pharmacie et du médicament du ministère de la Santé du Sénégal n’a pas reçu de notification d’effets secondaires de ces médicaments. Photo AFP

« Nous n’avons pas reçu, à ce jour, des notifications concernant les effets secondaires de ces produits. Même si des notifications étaient reçues, il serait nécessaire de faire l’imputabilité afin de déterminer si les effets rapportés sont effectivement dus aux médicaments », nous a,  cependant, indiqué le Docteur Madické Ndiaye de la Direction de la pharmacie et du médicament (DPM).

« Lorsque le Sénégal décide d’accepter ou de retirer un médicament, on ne regarde pas forcément si le médicament existe en France ou pas. L’élément principal sur lequel on se base, c’est le rapport bénéfice sur risque du médicament pour la population sénégalaise : s’il est positif, le médicament est autorisé », a-t-il expliqué.

Le Dr Ndiaye a affirmé que « la décision de dire qu’un médicament est essentiel incombe à chaque Etat car les médicaments essentiels sont les médicaments indispensables pour soigner les principales pathologies d’une population donnée. Ainsi, les médicaments du paludisme, par exemple, sont essentiels dans les pays africains mais le sont beaucoup moins dans les pays européens où le paludisme est rare ».

Par ailleurs, il a conseillé d’« éviter l’automédication autant que faire se peut ».

Médicaments commercialisés au Sénégal et en France

« Nous avons aussi eu ces informations (sur les dangers liés aux anti-rhume). Certains effets de ces médicaments sont connus depuis longtemps. Il appartient aux scientifiques et aux autorités de réglementation pharmaceutique (ARP) d’évaluer le rapport « risque/bénéfice » de chaque médicament et d’en déduire le sort à lui réserver : vente sur prescription, retrait du marché, … »,  écrit le Dr Cheikhou Oumar Dia, le président du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens du Sénégal, dans un courriel à Africa Check.

« Même si ces médicaments sont accessibles en automédication, c’est le rôle des pharmaciens de conseiller les patients quant à leur bonne utilisation et leur non utilisation par ceux qui ne le devraient pas », précise-t-il.

Le Dr Dia souligne, cependant, qu’un médicament ne peut pas être commercialisé au Sénégal s’il ne l’est pas dans le pays où il est fabriqué : « Dès que sa commercialisation est arrêtée dans ce pays, quelle que soit la raison, elle est arrêtée au Sénégal ».

​Par ailleurs, « un pays peut, pour des raisons qui lui sont propres, arrêter la commercialisation d’un médicament » car, selon lui, « il appartient à chaque pays d’évaluer les médicaments utilisés dans son territoire », nuance le pharmacien.

Conclusion : l’information partagée sur Facebook est erronée

Certes, les dangers liés à certains médicaments anti-rhume sont reconnus en France, mais les produits présentés dans ledit post n’y ont pas été interdits et continuent, d’ailleurs, d’être vendus par les pharmacies françaises.

Par ailleurs, la présence de ces médicaments anti-rhume dans les rayons des pharmacies sénégalaises reçoit l’aval des autorités compétentes qui ne leur reconnaissent pas, jusqu’ici, des effets secondaires.

« Lorsqu’un médicament est nocif, il l’est a priori pour toutes les populations. Néanmoins, il peut arriver qu’une catégorie de population ou de race soit plus sensible à un médicament par rapport à une autre », explicite le Dr Madické Ndiaye de la DPM.

Edité par Assane Diagne

Lecture supplémentaire :

Faux médicaments : ces remèdes qui font mal

Pourquoi la vieille rumeur sur le vaccin antitétanique persiste

Ces faux remèdes contre le Sida : Angel Zapper, Garani MW1, Topvein, SF 2000

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*