Des propos attribués à l’ex-ministre sénégalais de l’Economie et des Finances examinés

Affirmation

« Le Sénégal figure dans le top 5 des économies africaines »

Source: Emedia.sn (Mars 2019)

incorrect

Verdict

Explication: Les propos attribués à Amadou Ba, ont été mal rapportés. Il a précisément indiqué que le « Sénégal est dans le top 5 des économies africaines les plus dynamiques ».


« Le Sénégal figure dans le top 5 des économies africaines. (…) L’économie sénégalaise est sur une bonne trajectoire depuis le démarrage, en 2014, du Plan Sénégal Émergent ».

Ces propos sont attribués à l’ancien ministre sénégalais de l’Économie, des Finances et du Plan Amadou Ba, par plusieurs médias sénégalais dont emedia.sn.

Amadou Ba est, depuis la formation du nouveau gouvernement le 7 avril 2019, ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur.

Selon les médias qui ont donné l’information, Amadou Ba a tenu ces propos le 29 mars 2019 lors d’une conférence conjointe avec le ministre français de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, qui était à Dakar dans le cadre du lancement du programme « ChooseAfrica ».

Il s’agit d’une initiative de l’Agence française de développement, AFD, en faveur des petites et moyennes entreprises, PME, les très petites entreprises, TPE et start-up africaines. Son objectif est de booster le secteur privé pour plus d’emplois chez les jeunes.

Amadou Ba a-t-il réellement tenu ces propos ?

Africa Check a contacté le chargé de communication du ministère de l’économie, des finances et du plan, Ballé Preira.

Ce dernier a nuancé les propos du ministre. Selon lui, « ils (les médias) ont mis l’affirmation d’Amadou Ba selon laquelle le Sénégal figure parmi les cinq meilleures économies africaines, mais il n’a pas effectivement dit ça. Il a dit le Sénégal est dans le top 5 des économies africaines les plus dynamiques ».

Il souligne également : « un pays peut être plus puissant que d’autres pays, mais moins dynamique par rapport à ces pays-là. (Le) dynamisme c’est la croissance, l’avancement mais pas la taille de l’économie ».

Ballé Preira a par la suite dit que la déclaration d’Amadou Ba se fonde sur le rapport Les perspectives économiques en Afrique 2019 de la Banque africaine de Développement (BAD), ainsi que sur d’autres articles sur internet qui reprennent les données de cette étude.

Africa Check a pu retrouver sur Youtube la vidéo de ladite conférence conjointe des deux ministres sénégalais et français, et sur cet enregistrement on entend Amadou Ba dire « le Sénégal figure dans le top 5 des économies africaines les plus dynamiques » et non « le Sénégal figure dans le top 5 des économies africaines ».

Que dit le rapport de la BAD ?

Publié par la Banque Africaine de Développement, BAD, le rapport Les perspectives économiques en Afrique 2019 examine principalement « les récentes évolutions macroéconomiques et les perspectives de croissance sur le continent ».

Il ressort de ce document que dans des pays comme le Rwanda, la Tanzanie et l’Ethiopie en Afrique de l’Est, la croissance s’est établie en moyenne à près de 6 %. En Afrique de l’ouest, « le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée et le Sénégal, ont connu une croissance d’au moins 5 % ces deux dernières années, et devraient la maintenir en 2019 et 2020 ».

L’étude de Banque africaine de développement souligne tout de même que « la faible croissance que connaissent le Nigéria et l’Afrique du Sud, les deux premières économies du continent, freine la croissance moyenne de l’Afrique dans son ensemble ». On retrouve la même analyse dans le rapport Global Economic Prospects, Darkening Skies, publié par la Banque mondiale en janvier 2019.

Parlant du Sénégal, la Banque africaine de développement souligne que « la forte croissance enregistrée depuis 2015 devrait se poursuivre en 2019 et 2020 grâce à la poursuite des investissements publics dans le cadre du Plan Sénégal émergent ».

L’institution financière avertit toutefois que même si le pays jouit d’un environnement macroéconomique stable, celui-ci « peut connaître une dégradation de la compétitivité à cause de son manque de flexibilité face aux chocs externes ».

La figure ci-dessus montre un aperçu du classement, en 2017 et 2018, des pays par croissance du PIB réel, dans un ordre décroissant. On y voit que le Sénégal fait partie des 5 pays africains ayant enregistré la plus forte croissance sur cette période.

Par ailleurs, utilisant les données de la Banque mondiale, Courrier International annonçait en janvier 2018, que « 6 des 10 pays à la plus forte croissance en 2018 sont africains ». Le Sénégal y occupait la 8e place mondiale et le 5e rang en Afrique.

Le journal poursuit : « Avec 8,3 % de croissance, le Ghana sera en 2018 en tête des économies les plus dynamiques, suivi de l’Éthiopie, selon les prévisions de la Banque mondiale ». Le Sénégal présentait un taux de croissance de 6,9%.

Avis d’experts : qu’est-ce qu’une économie dynamique ?

Le journaliste économique Abdou Diaw indique à Africa Check que « la notion de dynamisme économique est presque du fourre-tout dans le langage économique ».

« De manière basique, il traduit juste la bonne évolution de l’activité économique interne ou nationale; on peut parler aussi du dynamisme économique mondial, régional (CEDEAO, UEMOA, CEMAC etc.) », souligne-t-il.

Autrement dit, « le dynamisme économique reflète la bonne tenue des indicateurs ou agrégats macroéconomique tels que le Produit intérieur brut (PIB), le Produit national brut (PNB), (la) maîtrise de l’inflation ou du taux de l’endettement… ».

Le PIB seul ne définit pas le dynamisme économique

Abdou Diaw précise qu’il existe « d’autres conditions pour parler de dynamisme économique ». Par exemple, « création d’emplois, compétitivité des entreprises, fortes entrées des investissements directs étrangers ».

« Dynamisme économique, c’est une expression qui n’est pas tellement usitée en économie, sauf pour décrire une situation qui caractérise une évolution par rapport à la mise en œuvre de réformes, face à des difficultés et problèmes d’économie ». C’est ce que souligne le Professeur Malick Sané, économiste et enseignant à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FASEG) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Il estime que, pour ce qui est de la croissance du PIB du Sénégal, « on peut parler de dynamisme parce que c’est une évolution positive sur au moins quatre années de suite ».

Conclusion : Les propos d’Amadou Ba ont été mal rapportés

Des médias ont récemment attribué à l’ex ministre sénégalais de l’Economie et des Finances, Amadou Ba, la déclaration selon laquelle « le Sénégal figure dans le top 5 des économies africaines ».

Après avoir visionné l’enregistrement vidéo de la déclaration d’Amadou Ba, nous avons pu constater qu’il a plutôt dit que « le Sénégal figure dans le top 5 des économies africaines les plus dynamiques ».

Les données les plus récentes de la Banque africaine de développement et de la Banque mondiale montrent que le Sénégal fait partie des 5 pays africains et 10 mondiaux qui ont connu les plus fortes croissances du PIB en 2018.

Pour le Professeur Malick Sané, enseignant à la faculté des sciences économiques et de gestion de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, on peut parler de dynamisme pour l’économie sénégalaise parce qu’elle connait une évolution  sur au moins quatre années de suite.

Edité par Samba Dialimpa Badji

© Copyright Africa Check 2019. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*