Deux affirmations sur la population sénégalaise examinées

Affirmations

« Dans les prévisions, la population sénégalaise est multipliée par deux à chaque 25 ans (...) On peut dire que plus de 50 % de la population n’ont pas encore 25 ans ».

Source: Mamadou Goumbala (Débat télévisé, le 29 juin 2020)

checked

Verdict

Les données de l'Agence nationale de la statistique et de la démographie, consultées par Africa Check, confirment les propos de Mamadou Goumbala.

  • « Dans les prévisions, la population sénégalaise est multipliée par deux à chaque 25 ans » (Mamadou Goumbala).
  • « Le taux d’accroissement annuel moyen entre le recensement de 2002 et celui de 2013 est de 2,5 %. Effectivement avec ce taux, on devrait s’attendre à un dédoublement de la population dans 25 ans » (ANSD).
  •  « On peut dire que  plus de 50 % de la population n’ont pas encore 25 ans » (Mamadou Goumbala).
  • La proportion de la population sénégalaise n'ayant pas encore atteint 25 ans est de 61,17 % (ANSD).


Mamadou Goumbala, membre du parti sénégalais Rewmi (Opposition), a récemment soutenu que : « dans les prévisions, la population sénégalaise est multipliée par deux à chaque 25 ans ».

Il était invité sur le plateau spécial de la chaîne de télévision privée 7TV, le lundi 29 juin 2020, pour le décryptage de l’adresse à la nation du président Macky Sall portant sur la lutte contre la Covid-19 et l’annonce de la levée de l’état d’urgence.

« La population sénégalaise est très jeune (…) On peut dire à peu près que plus de 50 % de la population n’ont pas encore 25 ans », a-t-il a également soutenu.

Contacté par Africa Check pour connaître les sources de ses deux affirmations, Mamadou Goumbala nous a référé aux données de l’ANSD, l’Agence nationale de la statistique et de la démographie du Sénégal.

Affirmation

La population sénégalaise est multipliée par deux tous les 25 ans

Verdict

mostly-correct

Nous sommes entrés en contact avec l’ANSD. Dans une réponse par courriel, celle-ci explique que « le taux d’accroissement annuel moyen entre le recensement de 2002 et celui de 2013 est de 2,5 %. Effectivement avec ce taux, on devrait s’attendre à un dédoublement de la population dans 25 ans ».

« Toutefois, précise l’agence, il faut retenir que les données que nous publions sur la population à partir de 2013, sont issues des projections démographiques. Le modèle de projection utilise entre autres le taux de croissance démographique, le taux d’urbanisme, l’utilisation de la planification familiale… ».



Projection 2013 – 2063 : un dédoublement tous les 25 ans

Africa Check a contacté Ndèye Ngom Pouye, géographe et maîtresse de conférence titulaire à la Faculté des Lettres et Sciences humaines (FLSH) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).

Elle indique que « la vérification passe par une analyse rétrospective de la croissance démographique au Sénégal : 4,258 millions d’habitants en 1970, 8,69 millions en 1995 et 16,705 millions en 2020 ».

En faisant une analyse combinée de la Banque de données des indicateurs sociaux (BADIS édition 2014-2018) et du Rapport Projection de la population du Sénégal 2013-2063, tous les deux produits par l’ANSD, on constate que de façon globale la population sénégalaise double quasiment tous les 25 ans.

Affirmation

Plus de 50 % de la population n’ont pas encore 25 ans

Verdict

correct

Concernant les personnes âgées de moins de 25 ans, l’ANSD confirme « qu’elles représentent plus de 50% de la population ».

Dans ce rapport de projection démographique publié en février 2020, il est estimé que « les personnes âgées de moins de 20 ans représentent 52,1 % de la population résidente du pays ».

Il ressort des données de l’ANSD que la proportion de la population sénégalaise n’ayant pas encore atteint 25 ans est de 61,17 %.

© Copyright Africa Check 2020. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*