Discours présidentiel du 3 avril 2016 : les centres de formation en agriculture toujours en attente

Dans son message à la nation, le 3 avril 2016, Macky Sall promettait «deux nouveaux centres de formation professionnelle» en agriculture à Guédiawaye et à Thiès, en plus de redynamiser celui de Bignona. Le président a-t-il tenu ses promesses ?

«En plus de la redynamisation de l’Ecole de formation en agriculture de Bignona, deux nouveaux centres de formation professionnelle seront construits à Guédiawaye et àThiès », déclarait Macky Sall, l’an dernier, dans son traditionnel message à la nation, à la veille de la célébration de la fête nationale du Sénégal.

Africa Check a vérifié si le président sénégalais a tenu cette promesse.

Le centre de formation de Bignona a-t-il été «redynamisé» ?

Il s’agit exactement du Centre de formation agricole de Guérina, situé à quelques kilomètres de Bignona.

Nous avons tenté en vain de joindre par téléphone Mamadou Lamine Kéita, le maire de Bignona. Il nous a répondu par SMS, en nous demandant de lui poser nos questions par ce canal. Ce que nous avons fait mais il n’a toujours pas réagi.

Nous avons ensuite contacté Ousmane Mané, l’intendant de ce Centre de formation qui nous a notifié que «rien n’a été fait». «Ils (l’Etat) nous ont envoyé une équipe technique qui est venue pour une visite mais rien n’a été fait», a-t-il dit.

Quid de Thiès et de Guédiawaye ?

L'agriculture est l'un des principaux secteurs pourvoyeurs d'emplois au Sénégal. Photo Agence microprojets.
L’agriculture est l’un des principaux secteurs pourvoyeurs d’emplois au Sénégal. Photo Agence microprojets.

Africa Check a joint, par téléphone, Mamadou Kane, le directeur de cabinet du maire de Thiès.

A la question de savoir si la ville avait été dotée d’un nouveau centre de formation professionnelle en agriculture, il a répondu : «Non, pas à notre connaissance. Personnellement je ne me rappelle pas cette promesse».

«Ce n’est pas encore réalisé et je n’ai pas eu d’informations relatives à cela», a-t-il renchéri.

S’agissant de Guédiawaye, nous avons tenté à maintes reprises de joindre le maire Aliou Sall qui n’a répondu ni à nos appels ni à nos messages.

Mais selon Tidiane Guèye, le secrétaire général de la ville, que nous avons contacté par téléphone, « il n’y a pas de centre de formation professionnelle en agriculture à Guédiawaye».

Conclusion : globalement, les engagements ne sont pas encore réalisés

Dans les trois localités concernées par la promesse relatives aux centres de formation en agriculture, les choses n’ont pas encore bougé.

A Thiès, le directeur de cabinet du maire de la ville nous a affirmé qu’un nouveau centre de formation en agriculture n’a pas encore été réalisé.

Pareil à Guédiawaye où le secrétaire général de la ville, Tidiane Guèye, a indiqué qu’« il n’y a pas de centre de formation professionnelle en agriculture à Guédiawaye ».

Dans l’ensemble, les promesses du président sur les centres de formation en agriculture n’ont pas été tenues ; notamment à Thiès et à Guédiawaye, quant à Bignona, il est difficile de déterminer avec exactitude si la promesse a été respectée.

Edité par Samba Dialimpa Badji

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*