Ebola : la découverte du Dr Muyembe n’est pas un vaccin mais un remède

Affirmation

« Le docteur Muyembe a belle et bien trouvé un vaccin contre Ebola et cela dans son laboratoire à Kinshasa ».

Source: Augustin Tshibanga (Facebook)

incorrect

Verdict

Explication: La découverte du Dr Muyembe n'est pas un vaccin, mais un agent thérapeutique pour traiter les personnes déjà infectées par la maladie à virus Ebola.

  • « Le docteur Muyembe a belle et bien trouvé un vaccin contre Ebola et cela dans son laboratoire à Kinshasa » (Augustin Tshibanga sur Facebook)
  • « Les recherches contre le virus contre Ebola ont été financé à 100 % par la République démocratique du Congo » (Augustin Tshibanga sur Facebook)
  • « Nous avons développé un anticorps monoclonal mAb114 pour traiter les malades atteints d’Ebola. Ce n’est pas un vaccin » (Dr Muyembe)
  • L’étude est co-parrainée et financée par l’Institut national de la recherche biomédicale (INRB) de la RDC et un institut américain


« Les occidentaux veulent étouffer la trouvaille scientifique du docteur Muyembe . Le docteur Muyembe a bel et bien trouvé un vaccin contre Ebola et cela dans son laboratoire à Kinshasa ». C’est, entre autres ce que l’on peut lire dans un post Facebook publié le 20 septembre 2019, et ayant fait l’objet de plus de 4.000 partages depuis lors.

L’auteur du post ajoute que « les recherches contre le virus contre Ebola ont été financés à 100 % par la République démocratique du Congo. Rfi, france 24 , cnn etc… Ne veulent pas diffuser cette innovation et veulent étouffer l’histoire ». Et de conclure : « Hier le Japon a reconnu l’innovation du docteur Muyembe et lui a remis un prix de l’innovation scientifique ». Avant d’inciter les internautes à en faire une large diffusion.

Le prix décerné au Dr Muyembe au Japon

Le Japon a effectivement décerné, dans la catégorie « Recherche Médicale »,  le Prix Hideyo Noguchi pour l’Afrique au médecin congolais, le Dr Jean-Jacques Muyembe-Tamfum. C’était le vendredi 30 août 2019, et non en septembre 2019, comme l’affirme un passage du post Facebook précité.

Par ailleurs, le site Internet de l’Union Africaine annonçait en mai 2019 que deux médecins africains, dont le Dr Jean-Jacques Muyembe-Tamfum, ont été sélectionnés comme lauréats du Prix Hideyo Noguchi pour l’Afrique pour cette année. L’autre médecin est le Dr Francis Gervase Omaswa, de l’Ouganda, Directeur exécutif du Centre africain pour la santé mondiale et la transformation sociale (ACHEST), dans la catégorie «services médicaux».

Le prix Hideyo Noguchi « honore les personnes qui ont accompli des réalisations remarquables dans les domaines de la recherche médicale et des services médicaux pour lutter contre les maladies infectieuses et autres en Afrique », nous apprend le site officiel du prix qui est organisé  tous les cinq ans.

En outre, l’Institut National de la Recherche Biomédicale (INRB) dont le Dr Muyembe est le directeur général, souligne que « par ce prix, le Japon récompense l’apport considérable du scientifique et de son équipe dans la lutte contre la maladie à virus Ebola, apport qui se consolide par la découverte d’un remède efficace, la mAb 114 ».

Qui a financé les recherches du Dr Muyembe ?

Contacté par Africa Check, le Dr Muyembe indique que « l’INRB travaille en collaboration avec la grande institution scientifique américaine NIH (National Institutes of Health) qui finance la recherche dans le monde ».

Les recherches du Dr Muyembe ont été menée en collaboration avec l’Institut américain des allergies et maladies infectieuses, NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases) un démembrement du NIH. Et le 12 août 2019, le NIAID publiait les résultats de ladite étude intitulée The Pamoja Tulinde Maisha (PALM), faisant le point notamment sur le développement du remède contre Ebola, mAb 114.

Africa Check a adressé un courrier électronique au NIAID, pour de plus amples renseignements sur le financement de l’étude.  Dans sa réponse, l’organisme explique que « l’étude est co-parrainée et financée par l’INRB et le NIAID (appartenant aux Instituts Nationaux de la Santé (NIH) des États-Unis) et menée par un consortium de recherche international coordonné par l’Organisation mondiale de la santé (OMS); et soutenu par quatre sociétés pharmaceutiques (MappBio, Gilead, Regeneron et Ridgeback Biotherapeutics) ».

Dr Muyembe a trouvé un agent thérapeutique et non un vaccin

« Nous avons développé un anti-corps monoclonal mAb114 pour traiter les malades atteints d’Ebola. Ce n’est pas un vaccin », précise Dr Muyembe à Africa Check.

C’est une information d’ailleurs confirmée à Africa Check par le NIAID, qui souligne que le Dr Muyembe et l’INRB ont  « participé au développement initial de mAb114 en collaboration avec des scientifiques du centre de recherche sur les vaccins du NIAID ».

« Le Dr Muymebe est un co-chercheur principal de l’essai Pamoja Tulinde Maisha (PALM) – pour le traitement de patients atteints de la maladie à virus Ebola ».

Et le NIAID de conclure : « il est important de noter que mAb114 est un agent thérapeutique contre le virus Ebola administré aux patients présentant une maladie à virus Ebola confirmée. Ce n’est pas un vaccin qui est administré à des personnes en bonne santé pour prévenir la maladie à virus Ebola ».

Cela veut donc dire que « le traitement mis en place par le Dr Muyembe, son équipe et ses partenaires est un médicament destiné à soigner les malades déjà infectés de la maladie à virus Ebola, alors que le vaccin est administré principalement aux personnes encore saines exposées au virus», explique l’organisation congolaise de fact-checking Congo Check, dans un article publié début septembre 2019, déjà pour démentir l’affirmation selon laquelle la découverte du Dr Muyembe est un vaccin.

Conclusion : le Dr Muyembe n’a pas trouvé un vaccin contre Ebola

Une publication devenue virale sur Facebook soutient que le Dr Muyembe a trouvé un vaccin contre Ebola. Et ce, grâce à « une étude  financée à 100% par le gouvernement de la RDC ».

Docteur Muyembe lui-même dément ces allégations en précisant que non seulement ce n’est pas un vaccin que lui et son équipe ont découvert, mais que l’étude a été co-financée par une institution scientifique américaine.

Une déclaration corroborée par l’Institut américain des allergies et maladies infectieuses, NIAID, avec qui le Dr Muyembe et son équipe ont travaillé dans le projet de recherche ayant abouti à la découverte d’un agent thérapeutique capable de soigner les personnes infectées par la maladie à virus Ebola.

Edité par Samba Dialimpa Badji

© Copyright Africa Check 2019. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.