Guinée : un ancien Premier ministre sous-estime le taux d’électrification

Affirmation

Sur l’accès à l'électrification, la Guinée n'a pas réussi à avoir jusqu’à présent 5 ou 10 %.

Source: Sidya Touré, ancien premier ministre de la Guinée (Décembre 2018)

downplayed

Verdict

Explication: Le taux national d'électrification varie entre 18,1 et 20 %.


« Sur l’électrification, nous n’avons pas réussi à avoir jusqu’à présent 5 ou 10 % dans ce pays », a dit Sidya Touré, pour expliquer les raisons de sa démission du poste de haut représentant du président guinéen Alpha Condé.

L’ancien Premier ministre et président du parti d’opposition l’Union des forces républicaines (UFR) s’exprimait sur les ondes de Radio France Internationale (RFI) le 12 décembre 2018.

Le taux d’électrification de la Guinée est-il aussi bas qu’indiqué par son ancien Premier ministre ?

Quelle est la situation ?

Africa Check a tenté plusieurs fois d’entrer en contact avec M. Touré, en vain. Nous mettrons cet article à jour dès que nous aurons sa réaction.

Dans son rapport de juillet 2014, Sustainable Energy for All (SE4ALL) indique, s’agissant de la Guinée, que « plus d’un urbain sur deux n’a pas accès à l’électricité » soit  un « taux d’accès à l’électricité de 47,8 % de la population urbaine ».

Contacté par Africa Check, Neil Stuart, directeur de la communication de SE4ALL, a dit que le rapport SDG7 Tracking Report (ex Global Tracking Framework, GTF) fournit une compilation de données de beaucoup de pays sur l’électricité, l’énergie renouvelable et la suffisance en énergie.

Selon lui, « le SDG7 Tracking Report 2018 indique que le taux d’accès à électricité en zone rurale en Guinée est estimé à 7 % en 2016 ».

« Erreur de calcul »

« Une erreur de calcul concernant le taux d’accès à l’électricité est malencontreusement reproduite dans beaucoup d’études et de rapports qui fournissent 18,1 % ; 68,9 % et 2 % respectivement comme taux d’accès à l’électricité aux niveaux national, urbain et rural », précise l’étude de SE4ALL.

Elle ajoute que « c’est une erreur de calcul car 68,9 % de la population urbaine guinéenne est déjà largement supérieur à 18,1 % de la population totale du pays ». La Guinée comptait 10,5 millions d’habitants en 2014, selon l’Institut national de la statistique (INS).

« Le taux d’accès à l’électricité en zone urbaine compatible avec une moyenne nationale de 18,1% et rurale de 2 %, c’est plutôt 47,8 % compte tenu des parts relatives des populations urbaines et rurales dans le total national », selon la même source.

Ces données ont été corroborées et résumées par un rapport publié en 2018 sur le développement du potentiel hydroélectrique en Guinée. L’étude menée conjointement par le ministère guinéen de l’Energie de l’Hydraulique, la Banque mondiale et Architecture, Engineering, Consulting, Operations, and Maintenance (AECOM) souligne que la Guinée « enregistre un taux d’électrification inférieur à 20 % (atteignant même moins de 5 % en zone rurale) ».

 Conclusion : Sidya Touré sous-estime le taux d’électrification en Guinée

Un ancien Premier ministre de la Guinée a dit que son pays peine à atteindre 5 à 10 % d’électrification.

Le rapport Evaluation et analyse des gaps par rapport aux objectifs de SE4ALL de juillet 2014, indique que la moyenne nationale d’électrification est de 18,1 %, alors que le taux d’accès à l’électricité en zone urbaine est de 47,8 %, et de 2 % en zone rurale ».

De plus, le rapport final de l’étude pour le développement d’un atlas du potentiel hydroélectrique en République de Guinée signale que ce pays « enregistre un taux d’électrification inférieur à 20 % (atteignant même moins de 5 % en zone rurale) ».

Enfin, une étude de la Banque mondiale de 2016 mentionne que « 33,5 % des Guinéens ont accès à l’électricité ».

Toutes les trois sources qu’Africa Check a consultées montrent que Sidya Touré sous-estime le taux d’électrification en Guinée.

Edité par Assane Diagne

 

 

© Copyright Africa Check 2019. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*