La Chine ne détient pas 70 % de la dette extérieure du Kenya mais 21,3 %

Affirmation

La Chine détient désormais plus de 70 % de la dette extérieure du Kenya

Source: Quartz

incorrect

Verdict

Explication: Les données disponibles montrent que la Chine détient 21,3 % de la dette extérieure du Kenya et non 70 %


Préoccupé par son niveau d’endettement, le gouvernement du Kenya souhaite engager des experts pour gérer ses emprunts, ont rapporté des médias locaux. Au cours des dernières années, une grande partie des emprunts contractés par le Kenya l’ont été auprès de la Chine, a indiqué, dans un article de juillet 2018, le site d’information Quartz, basé aux États-Unis.

L’article, intitulé « La Chine détient désormais plus de 70 % de la dette extérieure du Kenya », souligne que la dette de Nairobi vis-à-vis de Pékin est « beaucoup plus importante que ne le pensent de nombreux Kényans ».

La Chine détient-elle près des trois quarts de l’argent que le Kenya doit aux bailleurs étrangers ? Africa Check a vérifié.

 

Des chiffres provenant du Trésor public kényan ?

Quartz a indiqué à Africa Check avoir repris l’information d’un article de Business Daily, un journal économique basé à Nairobi. L’article en question citait des données du Trésor kényan.

Business Daily a partagé avec Africa Check les documents sur lesquels il s’est appuyé pour son article. Ce sont des statistiques officielles qui fournissent plus d’informations sur la déclaration budgétaire 2018-2019 du Kenya.

Ces statistiques montrent qu’au 31 mars 2018, le Kenya devait à la Chine 534,1 milliards de shilling, soit un peu plus 2.977 milliards de francs CFA (au taux du 27 août 2018). Ce qui représente 72 % de la dette bilatérale totale du pays, estimée à 741 milliards de shilling soit un peu plus de 4.129 milliards de francs CFA (au taux du 27 août 2018).

La dette bilatérale fait généralement référence à une dette qu’un État doit à un autre État, a indiqué à Africa Check Odongo Kodongo, professeur associé à l’Ecole de commerce de l’université Witswatersrand, en Afrique du Sud. M. Kodongo a fait des travaux de recherche sur la dette kenyane.

 

La part de la dette bilatérale détenue par la Chine est exacte

Odongo Kodongo a déclaré à Africa Check que la part de la Chine dans la dette bilatérale du Kenya – plus de 70 % – était exacte.

Il en est de même pour le professeur Indermit Gill et l’associé de recherche Kenan Karakülah du Duke Center for International Development, aux Etats-Unis.

Gill et Karakülah ont déclaré avoir recoupé les données du journal avec celles de la Banque centrale du Kenya, tandis que Kodongo a utilisé les données de mars 2018 du Trésor du Kenya.

 

La dette bilatérale est une partie de la dette extérieure

La dette bilatérale n’est qu’une des trois composantes de la dette extérieure. C’est ce qu’ont expliqué Indermit Gill et Kenan Karakülah du Duke Center for International Development.

Ils ont souligné que la dette extérieure est la dette publique et privée totale qu’un pays doit aux créanciers étrangers. Elle « couvre la dette bilatérale, la dette multilatérale et la dette commerciale. Par conséquent, l’article de Quartz interprète mal les chiffres consultés », ont-ils souligné.

La dette multilatérale est due à des institutions financières internationales telles que la Banque africaine de développement (BAD), la Banque mondiale (BM) et le Fonds monétaire international (FMI).

La dette commerciale est une somme prêtée par des organisations privées, telles que des banques, à des fins lucratives.

« Toutes les dettes bilatérales sont des dettes extérieures, mais toutes les dettes extérieures ne sont pas des dettes bilatérales », a précisé Odongo Kodongo. La dette extérieure comprend également la dette internationale privée telle que les euro-obligations.

Il est donc « inexact » de dire que la Chine détient plus de 70 % de la dette extérieure du Kenya, selon O. Kodongo.

 

Quelle est donc la part de la Chine dans la dette extérieure kényane ?

Selon les calculs de Gill et Karakülah, la dette extérieure du Kenya au 31 mars 2018 était de 2.512,49 milliards de shillings, soit un peu plus de 13.994,56 milliards de francs CFA (au taux du 27 août 2018). Elle était composée de :

  • Dette multilatérale : 832,22 milliards de KSh soit un peu plus de 4.635,46 milliards de FCFA
  • Dette commerciale : 799,19 milliards de KSh soit un peu plus de 4.451,48 milliards de FCFA
  • Dette bilatérale : 741,04 milliards de KSh soit un peu plus de 4.127,59 milliards FCA
  • Dette garantie (soutenue par un organisme public) : 140,04 milliards de KSh soit 780,02 milliards de FCFA

La part de la Chine dans la dette extérieure du Kenya est donc de 534,07 milliards de KSh sur 2.512,49 milliards de KSh, soit 2.974 milliards de FCFA sur 13.994,56 milliards de FCFA.

Les deux chercheurs expliquent que, sur la base de ce chiffre, la Chine détient plutôt 21,3 % de la dette extérieure du Kenya.

 

Comprendre les enjeux du niveau d’endettement

L’emprunt est utile s’il est destiné à l’investissement et non à la consommation, ont indiqué des experts à Africa Check.

Odongo Kodongo, professeur associé à l’école de commerce de l’Université de Witswatersrand en Afrique du Sud, a déclaré que la production et les exportations d’un pays importent plus que le niveau de la dette absolue. C’est parce que ce sont de meilleurs indicateurs de la capacité d’un pays à rembourser.

Les termes de la dette – taux d’intérêt et période de remboursement – sont également importants, ont déclaré Indermit Gill et Kenan Karakülah, chercheurs au Duke Center for International Development.

Il est important de noter que si la dette extérieure du Kenya envers la Chine a presque doublé entre 2015 et mars 2018, la dette commerciale du pays a augmenté plus rapidement au cours de la même période, ont-ils ajouté.

Conclusion : la Chine détient 21,3 % de la dette extérieure du Kenya, et non 70 %

Dans un article attirant l’attention sur l’augmentation de la dette publique du Kenya, le site Internet américain Quartz a affirmé que « la Chine détient désormais plus de 70 % de la dette extérieure du Kenya ».

L’article cite des données du Trésor public kényan contenues dans un article de Business Daily, un journal économique basé au Kenya.

Mais les données montrent que la Chine détient un peu plus de 20 % de la dette extérieure du Kenya et non 70 %.

Nous estimons donc que cette affirmation est incorrecte.

Traduit de l’anglais. Lisez la version originale ici

© Copyright Africa Check 2018. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*