Le jeûne guérit-il toutes les maladies ?

Affirmations

Le jeûne guérit toutes les maladies

Source: Thierry Casasnovas, adepte du crudivorisme et du jeûne

unproven

Verdict

Explication: En l’état actuel, il n’y a aucune preuve scientifique démontrant que le jeûne est un remède.


Dans une vidéo diffusée sur YouTube le 22 juin 2014, Thierry Casasnovas, un vidéaste adepte du crudivorisme et du jeûne, affirme que cette dernière pratique guérit toutes les maladies.

Thierry Casasnovas dit faire profiter à ses auditeurs son « expérience personnelle » au titre de la « libre communication des pensées et des opinions ». Il soutient qu’il est prouvé que le jeûne est un remède pour guérir toutes les maladies.

La vidéo est régulièrement partagée sur Facebook – comme ci dessous, en 2018.

Dans un article publié en mars 2019, intitulé « Guérir de toutes les maladies ! le jeûne première médecine », le site Elishean au féminin publie une autre vidéo dans laquelle M. Casasnovas fait encore valoir le jeûne comme pouvant guérir des maladies.

Est-ce donc avéré ?

Qu’est-ce que le jeûne ?

Selon le dictionnaire Larousse, le jeûne est « l’arrêt total de l’alimentation, avec maintien ou non de la consommation d’eau. Une pratique religieuse consistant en une privation complète ou partielle de nourriture ».

Le prêcheur musulman Oustaz Assane Seck, qui officie sur la chaîne de télévision sénégalaise Sen TV et sur la radio privée Zik Fm, rappelle que le jeûne du mois de Ramadan, est « le quatrième des cinq piliers de l’Islam après la Chahada, (profession de foi), les cinq prières quotidiennes, l’aumône ou zakat.

Il est suivi par le « Hadji (pèlerinage à la Mecque)». Contacté par Africa Check, M. Seck explique que le jeûne consiste, pour les musulmans, à s’abstenir de manger, de boire, d’avoir des relations sexuelles du lever au coucher du soleil.

« Bref, se consacrer davantage à Dieu mais aussi, consacrer un temps fort à la vie de la communauté des croyants », poursuit-il.

Chez les Chrétiens, le jeûne c’est le Carême qui « est un temps de préparation à la fête de Pâques. Ce temps fait référence aux 40 jours que Jésus a passé dans le désert », explique à Africa Check Abbé Roger Gomis Vicaire à la Paroisse Epiphanie du Seigneur de Nianing (Mbour), sur la Petite Côte sénégalaise.

« Le jeûne consiste à se priver de toute nourriture et de toute boisson, éventuellement de relation sexuelle pendant 40 jours d’un coucher du soleil à l’autre », renchérit Abbé Roger Gomis.

« Chez nous le but recherché, c’est une cure spirituelle, le fait de maigrir ou d’obtenir une meilleure santé, peut être une conséquence », explique M. Gomis dont la paroisse dépend de l’archidiocèse de Dakar.

Aucune preuve scientifique

« Nous n’avons pas encore vu objectivement un miracle réalisé avec le jeûne en tant que remède », indique à Africa Check  le Professeur Abdoulaye Leye, spécialiste en endocrinologie-métabolisme-nutrition.

Pour ce chef du service de médecine interne/endocrinologie diabétologie nutrition du Centre hospitalier national (CHN) de Pikine, il n’y a actuellement « aucune preuve scientifique démontrant que le jeûne est un remède (au sens médicament du terme) permettant de guérir une maladie bien identifiée (au sens connaissance médicale moderne des pathologies dans leurs aspects physiopathologiques, diagnostiques et thérapeutiques) ».

Des vertus pour la prévention

« Il est clair cependant que le jeûne participe à la préservation de la santé. Ne serait-ce que du fait que notre mode de vie actuel, sur le plan de l’alimentation, est caractérisé par des excès de toute sorte qui sont source de pathologies cardiovasculaires (athérosclérose et ses complications diverses) et métaboliques diverses (obésité, diabète, dyslipidémies, goutte) », soutient le Professeur Abdoulaye Leye.

« Donc si la prévention est un pan important de la thérapeutique, le jeûne a des vertus thérapeutiques pour ces pathologies chroniques », renchérit-il.

 Le jeûne a plusieurs atouts sur la santé, explique à Africa Check le diététicien-nutritionniste Ciré Mady Fall.

« Il permet de  reposer le système digestif, régénérer les cellules, équilibrer l’organisme, améliorer le système immunitaire, éliminer les toxines », poursuit le nutritionniste qui est d’avis que le jeûne peut aider à « perdre du poids mais surtout à éliminer les graisses ».

Dès l’instant que le jeûne équilibre l’organisme, enseigne Ciré Mady Fall, « c’est bénéfique alors pour certains troubles métaboliques tels le surpoids, l’hypercholestérolémie (correspond à une augmentation du taux de cholestérol) entre autres qui pourraient engendrer d’autres complications ».

« Cependant, pour les diabétiques il pourrait être  dangereux de jeûner sans l’avis de leur médecin », tranche M. Fall.

« Certaines affections chroniques sont bien compatibles avec le jeûne », ajoute le Professeur Abdoulaye Leye. « Pour d’autres affections, le patient peut jeûner sous certaines conditions d’accompagnement. Enfin, il y a des affections sévères ou compliquées qui contre-indiquent formellement de jeûner et ceci de façon définitive », explique-t-il à Africa Check.

Ce qu’en dit un rapport d’expertise

Dans un rapport d’expertise sur l’efficacité thérapeutique de la pratique du jeûne, publié en 2014 et intitulé « Evaluation de l’efficacité de la pratique du jeûne comme pratique à visée préventive ou thérapeutique », l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) basé en France a lancé une série de messages.

C’est ainsi que l’INSERM explique à l’endroit des patients que même si le jeûne est de plus en plus pratiqué par les Français et que les personnes qui le pratiquent sont satisfaites, « une satisfaction n’est pas une preuve d’efficacité ».

« Les preuves d’efficacité  et de sécurité manquent pour conclure positivement », ajoute le document.

« Si son efficacité n’est pas prouvée, il semble être sans danger à court terme, s’il est encadré médicalement », indique l’institut.

Le rapport ajoute qu’il devient urgent que « la médecine basée sur les preuves étudie sérieusement le jeûne comme c’est le cas pour d’autres Interventions non médicamenteuses, (INM).

« Empirisme et croyances sans vérification sérieuse »

Ce rapport de l’INSERM ne recommande pas le jeûne pour traiter un problème de santé, compte tenu des données de la science à l’heure actuelle.

« Les indications thérapeutiques du jeûne relèvent aujourd’hui d’un mélange d’empirisme et de croyances sans vérification sérieuse, même si des observations animales et cliniques laissent paraître de belles promesses », expliquent ces chercheurs, à l’endroit des décideurs.

Bref, pour cette expertise, les études disponibles actuellement sur l’intérêt thérapeutique du jeûne « sont trop peu nombreuses et souvent de mauvaise qualité méthodologique ».

« Bien que des présomptions d’effets bénéfiques du jeûne existent, il est essentiel de le démontrer scientifiquement par de nouvelles études plus adéquates et méthodologiquement solides », conseille le rapport.

Conclusion : Aucune preuve scientifique démontrant que le jeûne est un remède

Dans une vidéo diffusée sur le site  elishean au féminin, un activiste fait croire que le jeûne est la « première médecine qui guérit toutes les maladies ».

Professeur Abdoulaye Leye, spécialiste en endocrinologie-métabolisme-nutrition, soutient qu’en l’état actuel, il n’y a « aucune preuve scientifique démontrant que le jeûne est un remède (au sens médicament du terme).

Un rapport de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) basé en France, conclut que le jeûne n’est pas un remède miracle. Pour cette étude « les indications thérapeutiques du jeûne relèvent aujourd’hui d’un mélange d’empirisme et de croyances sans vérification sérieuse ».

Edité par Samba Dialimpa Badji

© Copyright Africa Check 2019. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*