Le Nigeria a-t-il inauguré le premier TGV d’Afrique de l’ouest ?

Commentaires 1

Une ligne de chemin de fer inaugurée en juillet dernier au Nigeria a été considérée par beaucoup d'organes de presse comme le premier train à grande vitesse (TGV) d'Afrique de l'ouest. C'est une erreur.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a inauguré, le 26 juillet 2016, la ligne de chemin de fer reliant la capitale fédérale Abuja à la ville de Kaduna, située à environ 200 km.

Le nouveau train permet désormais de faire le trajet entre les deux villes en moins de deux heures. Beaucoup de médias, rendant compte de cet évènement, ont présenté cette nouvelle ligne de chemin de fer comme « le premier TGV de l’Afrique de l’ouest ».

Qu’en est-il exactement ? Africa Check a vérifié.

Quelles sont les sources des journalistes ?

Dans un reportage vidéo à bord du train, sur le site de France 24, on peut entendre la journaliste Rosie Collyer affirmer qu’il s’agit du premier TGV de l’Afrique de l’ouest.

Contacté par Africa Check, elle explique en avoir la déduction en constatant que c’était le seul train qui roulait à cette allure dans la sous-région. A la question de savoir si elle tenait des autorités nigérianes qu’il s’agissait d’un train à grande vitesse, elle a répondu par la négative.

Que sait-on exactement de ce chemin de fer Abuja-Kaduna ?

Selon des informations obtenues par téléphone auprès de la Société nigériane des chemins de fer (NRC), la ligne Abuja-Kaduna a été réalisée par la compagnie chinoise China Civil Engineering Construction Corporation (CCECC). La compagnie chinoise explique sur son site Internet que cette ligne entre dans le cadre du projet global de modernisation des chemins de fer au Nigeria. Pour ce qui est de la vitesse du train, la NRC révèle qu’il est prévu qu’elle puisse atteindre 180 km/h, mais, pour le moment, elle a été limitée à 150, 130 voire 100 km/h par endroit.

A partir de quelle vitesse un train est-il considéré comme un TGV ?

Selon l’expert ferroviaire français Bruno Carrière, contacté par Africa Check, « les normes de l’Union internationale des chemins de fer (UIC) indiquent qu’un train à grande vitesse est un train roulant à des vitesses supérieures à 250 km/h sur des lignes spécialisées ou roulant à environ 200 km/h sur des lignes standards adaptées ».

Dans le cadre de l’émission «Arrêt sur Info» (en partenariat avec la radio WADR), l’expert ferroviaire Daniel Brun, membre de la rédaction de la Revue Générale des Chemins de Fer, a dit que les Japonais sont les précurseurs de la grande vitesse ferroviaire. Ils ont lancé en 1964 le Shinkansen un train reliant Tokyo à Osaka avec une vitesse de 210 km/h.

Evoquant l’histoire de la grande vitesse ferroviaire en France, Daniel Brun qui a fortement participé aux projets TGV, rappelle que « les prototypes ont été construits en 1978 et que la première ligne TGV en France – Paris/Lyon – a été mise en service en 1981, avec une vitesse de 260 km/h qui passera très vite à 270 km/h. Elle montera à 300 km/h en 2001 ».

Existe-t-il des TGV en Afrique ?

Dire que le « Nigeria a inauguré le premier TGV d’Afrique de l’ouest » laisse supposer en effet qu’il existe au moins un train à grande vitesse ailleurs sur le continent. Et selon certains médias, le premier TGV d’Afrique se trouve en Afrique du Sud, avec la mise en circulation en 2010 du Gautrain, reliant Johannesbourg à Prétoria. La ligne a été construite par l’opérateur canadien Bombardier, également connu dans l’aéronautique.

Contacté pour les besoins de l’émission « Arrêt sur Info », le directeur des activités commerciales de Bombardier en Afrique, Pier Prina Mello, explique que le Gautrain peut atteindre 160 km/h et qu’il s’agit plutôt d’un train rapide et non d’un train à grande vitesse. Il ajoute qu’il n’existe pas encore de TGV en Afrique, en attendant la finalisation du projet en cours au Maroc.

Il s’agit de la ligne Tanger-Casablanca en passant par Kénitra et Rabat, d’environ 200 km.

Selon l’Office national des chemins de fer du Maroc (ONCF), le train qui va rouler à une vitesse de 320 km/h permettra de faire passer le trajet Tanger-Casablanca de 4h45 à 2h10 et Tanger-Rabat de 3h45 à 1h20. La ligne sera mise en service avant 2018.

Conclusion : la ligne Abuja Kaduna n’est pas un TGV

Le président nigérian Muhammadu Buhari n’a pas inauguré le 26 juillet 2016 le premier TGV d’Afrique de l’ouest. Si l’on se fie aux normes de l’Union internationale des chemins de fer (UICF) qui fixe à 200 ou 250 km/h, selon les standards, la ligne Abuja-Kaduna ne remplit pas les critères pour être considérée comme un train à grande vitesse.

En outre, le Gautrain sud-africain considéré par beaucoup comme un TGV n’en est pas un. C’est juste un train rapide (160 km/h).

Par ailleurs, il n’existe pas non plus de TGV en Afrique, en attendant la mise en service prochaine de la ligne Tanger Casablanca.

Ecouter l’émission radio consacrée à ce sujet en cliquant ici.

Edité par Assane Diagne

 

 

 

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Commenter cet article

Commentaires 1
  1. Par wombe

    Je suis content d’avoir appris sur ce site qu’il n’existe pas encore de TVG en Afrique et content de savoir que le Maroc inaugurera cette année le premier TGV d’Afrique.

    J’espère que mon pays la RDC peut aussi construire une ligne TGV reliant l’ancienne province du Katanga à Banana à l’embouchure du fleuve congo et l’autre de Banana à Bunia (province orientale) pour sortir au corrdor Nord-est du Pays avec objectif de le connecter au réseau de l’Afrique de l’Est pour faciliter les échanges en Afrique.

    0
    0
    votes
    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*