Le risque de cancer du foie est-il de 75 % avec une mauvaise santé bucco-dentaire ?

Affirmation

« Le risque du cancer du foie est de 75 % quand on a une mauvaise santé bucco-dentaire, selon des spécialistes »

Source: Afrikmag (Media, 22 juin 2019)

misleading

Verdict

Explication: Les auteurs de l'étude à laquelle l'article fait référence indiquent que cette statistique porte sur un seul type de cancer du foie et n'induit pas une relation de cause à effet.

  • « Le risque du cancer du foie est de 75 % quand on a une mauvaise santé bucco-dentaire, selon des spécialistes » (Afrikmag 22 juin 2019)
  • L'étude parle de l’existence d'un risque associé à une mauvaise hygiène bucco-dentaire et la survenue de « seulement un type de cancer du foie » (Dr Codou Badiane Mané)
  • Aucune association entre une mauvaise santé bucco-dentaire auto-déclarée et le risque de cancer gastro-intestinal, mais risque accru de cancer de la vésicule biliaire, en particulier du cancer primitif du foie (Etude Queen's University Belfast)
  • Prématuré pour faire un lien de cause à effet (Dr Codou Badiane Mané)


« Le risque du cancer du foie est de 75 % quand on a une mauvaise santé bucco-dentaire, selon des spécialistes ». C’est ce qu’on lit dans un article publié le 22 juin 2019 par le site Afrikmag.com

Le texte ajoute que ce sont des chercheurs de l’Université Queen’s de Belfast (Irlande du Nord) qui sont parvenus à cette conclusion après des travaux de recherche menés en laboratoire.

Selon l’article, les chercheurs sont parvenus à « mettre en évidence une association avec les cancers gastro-intestinaux (…) après avoir analysé une cohorte de 469 628 personnes au Royaume-Uni, lors d’une étude qui portait sur l’association entre les problèmes bucco-dentaires et le risque de plusieurs cancers gastro-intestinaux, notamment les cancers du foie, du côlon, du rectum et du pancréas ».

Afrikmag révèle qu’au terme de l’étude, il a été découvert que sur 469 628 participants, 4 069 auraient développé un cancer gastro-intestinal au cours du suivi moyen de six ans.

Des confusions à éviter

Cheffe de la Division santé bucco-dentaire au ministère sénégalais de la Santé et de l’Action sociale, Dr Codou Badiane Mané, confirme que des chercheurs britanniques ont effectivement publié (en juin 2019) une étude qui a conclu à l’existence d’un risque associé à une mauvaise hygiène bucco-dentaire et la survenue de « seulement un type de cancer du foie ».

Ce que confirme la conclusion de l’étude. « Dans l’ensemble, il n’y avait aucune association entre une mauvaise santé bucco-dentaire auto-déclarée et le risque de cancer gastro-intestinal. Cependant, il a été observé un risque accru de cancer hépatobiliaire (cancer de la vésicule biliaire), en particulier de carcinome hépatocellulaire (cancer primitif du foie, qui est type spécifique du cancer du foie) », peut-on lire dans un résumé de l’étude consulté par Africa Check.

Ce qui fait dire au Dr Mané, qu’il est prématuré de parler de relation de cause à effet entre les deux, car il existe bien d’autres facteurs de confusion à prendre en compte.

« Il faut être prudent et éviter les conclusions hâtives alarmistes sans preuve scientifique certaine », prévient-elle.

Ce que dit exactement l’étude

Les auteurs de l’étude indiquent que celle-ci incluait des participants d’Angleterre, du Pays de Galles et d’Ecosse âgés de 40 à 69 ans.

Comme l’indique l’article d’Afrikmag, l’étude a effectivement porté sur 469 628 participants et 4 069 d’entre eux ont développé un cancer gastro-intestinal au cours d’un suivi moyen de six ans. Les chercheurs précisent toutefois que sur ces 4 069 cas de cancer gastro-intestinal, 531 (soit 13 %) ont signalé une mauvaise santé bucco-dentaire.

Africa Check a contacté une des auteurs de l’étude, Helen Coelman au sujet de la statistique utilisée dans l’article d’Afrikmag selon laquelle « le risque de cancer du foie est de 75 % quand on a une mauvaise santé bucco-dentaire ». Elle indique que celle-ci est basée sur « une constatation selon laquelle une mauvaise santé bucco-dentaire est associée à un risque relatif accru de 75 % de carcinome hépatocellulaire (cancer primitif du foie qui est un type particulier de cancer du foie) ».

Helen Coleman précise toutefois qu’en raison de la conception de l’étude observationnelle, « il est important d’interpréter cela comme une association avec le cancer du foie – et non pas nécessairement une cause de cancer du foie ».

Les auteurs de l’étude soulignent par ailleurs qu’« aucune association significative n’a été observée entre une mauvaise santé bucco-dentaire auto-déclarée et le risque de cholangiocarcinome intrahépatique, un autre type de cancer du foie ».

Cet article du site de l’Institut national du cancer en France donne plus de détails sur les cancers du foie.

Mauvaise hygiène dentaire et maladies non transmissibles 

La mauvaise santé bucco-dentaire a des répercussions négatives sur la santé générale du fait que l’infection d’origine bucco-dentaire, de par le cheminement des germes à travers la circulation sanguine, peut toucher tous les autres organes du corps dont le système gastro-intestinal et le foie, explique le Docteur Codou Badiane Mané.

C’est ce que soutient également le docteur Kadialy Sambou, médecin généraliste à l’hôpital régional de Tambacounda (Est du Sénégal), qui reconnait qu’il existe un lien établi entre la mauvaise hygiène dentaire et certaines maladies comme, entre autres, le rhumatisme articulaire aigu et certaines maladies du coeur. « La mauvaise hygiène dentaire est une porte d’entrée des infections », soutient-t-il.

Dr Mané souligne par ailleurs qu’« il est établi aussi que les maladies bucco-dentaires partagent les mêmes facteurs de risques que la plupart des maladies non transmissibles, dont les cancers, et ces facteurs sont liés au mode de vie, la consommation du tabac, de l’alcool… ».

Malheureusement, conclut-elle, quand on dépiste une pathologie générale chez une personne, on ne pense pas toujours à l’histoire de sa santé bucco-dentaire. Alors que la porte d’entrée peut être une infection bucco-dentaire.

Cette communication du docteur Didier Gauzeran, membre de l’Académie nationale de chirurgie dentaire en France, parle des liens entre la santé bucco-dentaire et certaines affections comme le diabète, les maladies cardiovasculaires, entre autres.

Le cas du diabète

Il existe une relation entre les infections buccales et les maladies endocrines comme le diabète, révèle Dr Mané. Elle prévient qu’une personne qui a une glycémie élevée, comme le diabète, ne doit pas entretenir une infection au niveau de la bouche surtout les parodontopathies, c’est-à-dire les atteintes des tissus de soutien de la dent.

« Parce que quand il y a ces infections, il sera très difficile de maintenir l’équilibre de la glycémie et  il sera également difficile pour le dentiste de traiter ces lésions tant que la glycémie n’est pas régulée », explique-t-elle.

Les patients diabétiques atteints de parodontite ont plus de mal à équilibrer leur glycémie car les bactéries pénètrent plus facilement dans l’organisme via leur gencive altérée et aggravent l’insensibilité à l’insuline, rajoute un article intitulé, « l’influence de la santé bucco-dentaire sur votre santé globale », publié le 10 décembre 2017 sur le site de la Coordination des Œuvres Sociales et Médicales, (Cosem) en France. 

Conclusion : la déclaration peut induire en erreur

Dans un article publié le 22 juin 2019 sur le site Afrikmag, il est indiqué que le risque du cancer du foie est de 75 % quand on a une mauvaise santé bucco-dentaire, en citant une étude d’une université britannique.

Toutefois, le docteur Codou Badiane Mané, cheffe de la Division santé bucco-dentaire au ministère sénégalais de la Santé et de l’Action sociale, tout en confirmant l’existence de l’étude, souligne que celle-ci n’a parlé que d’un type spécifique de cancer du foie.

Ce qu’Africa Check a d’ailleurs constaté en consultant le résumé des conclusions de l’étude en question.

D’ailleurs, un des auteurs de l’étude, Helen Coleman  indique à Africa Check qu’« il est important d’interpréter cela comme une association avec le cancer du foie et non pas nécessairement une cause de cancer du foie ».

© Copyright Africa Check 2020. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*