Le Sénégal est-il plus endetté que le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire ?

Commentaires 1

Affirmation

Le niveau d’endettement du Sénégal est à 65 % du PIB, là où des pays comme le Burkina sont à 32 % et la Côte d’Ivoire à 32%.

Source: Pape Diop, candidat déclaré à l’élection présidentielle de février 2019 au Sénégal (Décembre 2018)

misleading

Verdict

Explication: Le Sénégal, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire ont des PIB et des budgets différents donc des capacités d’endettement différentes.

 

  • Le niveau d’endettement du Sénégal est en deçà de 65 % depuis la rénovation de ses comptes nationaux qui a fait progresser son PIB de près de 30 %.
  • Sur la base du ratio dette-PIB, le Sénégal reste néanmoins plus endetté que le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.
  • Ces trois pays ont des PIB et des budgets différents donc des capacités d’endettement différentes.


« Notre niveau d’endettement est à 65 % du PIB [Produit intérieur brut], là où des pays comme le Burkina Faso sont à 32 % et la Côte d’Ivoire à 32% », a-t-il affirmé lors de sa cérémonie d’investiture, dans un article de Seneweb.

Le niveau d’endettement du Sénégal est-il à 65 % ? Quelle est la situation dans les deux pays qu’il a cités en comparaison ? Un lecteur nous a demandé de vérifier cette déclaration.

Sur quoi se fonde cette comparaison ?

Africa Check a joint par téléphone le cabinet de Pape Diop, le 29 décembre 2018. Son chargé de communication a promis de répondre, sans suite.

Quelle est la situation de la dette publique dans ces pays ?

La Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) a mis en place un cadre de suivi des activités économiques et des finances publiques de ses pays membres dont le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

Les derniers résultats sont consignés dans le rapport semestriel d’exécution de la surveillance multilatérale.

 Comme l’indique Pape Diop, la dette est d’abord évaluée par rapport au PIB du pays membre.

Que pèse le service annuel de la dette ?

Les sommes tirées des budgets de l’Etat et dédiées au remboursement de la dette par an ont augmenté dans les pays membres de l’UEMOA. En 2017, elles ont représenté plus du tiers des recettes totales dans cinq Etats membres.

En Côte d’Ivoire, le stock de la dette par rapport au PIB a augmenté de 0, 8 % en 2018, si l’on se fie aux prévisions de la Commission de l’UEMOA.

Au Sénégal, la dette publique a été évaluée à 863.17 milliards de FCFA en 2018, selon la loi des finances initiale 2019.

Que dit le critère de convergence ?

Selon l’organe exécutif de l’UEMOA, la moyenne de la dette dans l’espace monétaire s’est située à 44,1 %, contre 43,8 % en 2016. En outre, elle est caractérisée par une progression de la dette intérieure représentant, dans plusieurs Etats membres, 50 % de la dette totale.

En 2019, la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement membres de l’UEMAO a adopté un pacte de convergence, de stabilité, de croissance et de solidarité régulièrement mis à jour. Parmi  les quatre critères de premier rang, il y a celui du « ratio de l’encours de la dette intérieure et extérieure rapporté au PIB nominal qui ne doit pas  excéder 70 % ».

Comment le Sénégal s’est-il tiré d’affaires ?

Le Sénégal a réévalué son Produit intérieur brut (PIB) en 2014 à travers un exercice appelé « Rénovation des comptes nationaux » et conduit par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).

« Les changements induits par la rénovation des comptes nationaux ont conduit à un nouveau PIB de 9 775 milliards FCFA en 2014, soit une réévaluation 29,4 % par rapport à son niveau de l’ancienne base 1999 », renseigne l’ANSD.

L’UEMOA en a tenu compte, dans ces derniers rapports de suivi des finances publiques.

Le coût de la fabircation des signes monétaires est évoqué en gros, selon un spécialiste. Photo AFP.
En matière de dette,  »le plus important, c’est la soutenabilité », selon un économiste. Photo AFP.

« Le plus important, c’est la soutenabilité »

Selon l’économiste El hadji Mounirou Ndiaye contacté par Africa Check, le volume de la dette rapporté au PIB est « l’indicateur de base unanimement utilisé ». D’après l’enseignant-chercheur, « le plus important est de jauger la soutenabilité de la dette vis-à-vis du plafond communautaire », mais aussi sa « solvabilité », c’est-à-dire son poids dans les finances publiques.

Donc, « la dette du Togo par exemple est devenue insoutenable mais sa solvabilité pourrait être soutenable, si son service est bien limité par rapport au budget de l’Etat togolais » a-t-il confié.

Conclusion : l’affirmation peut induire en erreur

 L’ancien président de l’Assemblée nationale, Pape Diop, a déclaré que le Sénégal, avec un niveau d’endettement de 65 % de son PIB, est plus endetté que la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

Le niveau d’endettement du Sénégal est en deçà de 65 % depuis la rénovation, en 2014, de ses comptes nationaux qui a fait progresser son PIB de près de 30 %.

Ainsi, en se basant sur les dernières données de l’UEMOA relatives au ratio dette-PIB, « l’indicateur de base unanimement utilisé », le Sénégal affiche un niveau d’endettement de 48% de son PIB; 43% pour la Côte d’Ivoire et 36% pour le Burkina Faso.

Selon l’économiste El hadji Mounirou Ndiaye, l’essentiel se trouve sur la capacité du PIB et du budget à soutenir la dette. Le Sénégal, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire ont des PIB et des budgets différents donc des capacités d’endettement différentes.

Par conséquent, la déclaration du candidat Pape Diop peut induire en erreur.

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2019. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Commenter cet article

Commentaires 1
  1. Par Ibrahima FAYE

    Merci pour la pertinence de cet article. Quand on vous lis, ont commence à comprendre que les personnalités publiques ont vraiment la mani de dire du n’importe quoi pour tromper le peuple.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*