Les énergies renouvelables représentent-elles 18 % de la production d’électricité en Afrique ?

Affirmation

Les énergies renouvelables ne représentent que 18 % de la capacité actuelle de production d’électricité de l’Afrique.

Source: Daniel Ohonde, directeur d’Africa entreprise challenge fund (Avril 2019)

downplayed

Verdict

Explication: Les récentes données officielles produites par l’Agence internationale de l’énergie montrent que le taux fait un peu plus de 19 %.


« Les énergies renouvelables ne représentent que 18 % de la capacité actuelle de production d’électricité de l’Afrique. Par conséquent, le développement de solutions alternatives hors réseau pourrait créer beaucoup plus de possibilités et transformer des millions de vies », a déclaré le directeur d’Africa Entreprise Challenge Fund (AECF), Daniel Ohonde, lors du lancement d’un nouveau mécanisme de financement pour les petites et moyennes entreprises, à Dakar, début avril 2019.

D’où tient-il ce taux ?

Africa Check a saisi la direction d’Africa entreprise challenge fund (AECF) basée à Nairobi.

Celle-ci a répondu qu’elle a « bien reçu la demande » et va répondre « tout de suite » et ceci, depuis le 23 avril 2019. Les multiples relances sont restées vaines.

Ce pourcentage de la contribution des énergies renouvelables à la production de l’électricité en Afrique figure dans un communiqué de presse consultable sur le site web de l’AECF.

Qu’appelle-t-on énergies renouvelables ?

L’encyclopédie Larousse les définit comme les formes d’énergie telles que le solaire, le vent, les marées, la biomasse et l’hydroélectricité par opposition aux énergies fossiles et nucléaires pour lesquelles le renouvellement n’est pas naturel.

La compagnie Électricité de France (EDF) souligne qu’une énergie est dite renouvelable « lorsqu’elle provient de sources que la nature renouvelle en permanence, par opposition à une énergie non renouvelable dont les stocks s’épuisent ».

Surnommées « énergies propres » ou « énergies vertes », leur exploitation engendre très peu de déchets et d’émissions polluantes mais leur pouvoir énergétique est beaucoup plus faible que celui des énergies non renouvelables.

L’Agence internationale des énergies renouvelables liste les sources d’énergies vertes sur une rubrique de son site web. Il s’agit des énergies géothermique, hydroélectrique, marine, solaire et éolienne.

Statistiques

Les données ci-dessous, provenant de la Banque mondiale, présentent l’évolution de la part des énergies renouvelables dans la production électrique en Afrique subsaharienne de 1990 à 2015.

Ainsi, sur cette période, la part des énergies renouvelables dans les pays d’Afrique subsaharienne est passée de 19,48 % à 26,6 %.

Part des énergies renouvelables dans la production d’électricité en Afrique en 2015

A l’évidence, les données sur l’Algérie, l’Egypte, Djibouti, la Libye, le Maroc et la Tunisie ne sont pas prises en compte ici. Ces pays sont classés dans la zone Afrique du Nord et Moyen-Orient de la Banque mondiale.

On constate en général de faibles taux de production d’énergies renouvelables dans ces pays; additionnés aux 26,6 % enregistrés en Afrique subsaharienne, le taux de production d’énergies renouvelables dans toute l’Afrique devrait chuter.

Ce que confirment les données produites par l’Agence internationale de l’énergie (AIE) qui, elle, présente des taux pour tous les pays de l’Afrique.

Ces données révèlent la prédominance des énergies fossiles comme sources majeures de production d’électricité en Afrique.

Toutefois, les énergies dites propres dépassent légèrement 19 % sur le continent.

Conclusion : Le taux avancé est sous-estimé

Le directeur d’Africa entreprise challenge fund a affirmé que la part des énergies renouvelables dans la production électrique actuelle en Afrique est de 18 %.

Les récentes données officielles produites par l’Agence internationale de l’énergie (AIE) montrent que le taux fait un peu plus de 19 %.

Par ailleurs, les énergies vertes sont plus développées en Afrique subsaharienne qu’en Afrique du Nord, selon la Banque mondiale, African Energy et l’AIE.

La contribution des énergies renouvelables à la production de l’électricité avancée par Daniel Ohonde est par conséquent sous-estimée.

© Copyright Africa Check 2019. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*