Nos articles par flux RSS

L’information de RFI sur le naufrage le plus meurtrier du 21ème siècle est fausse

Radio France Internationale (RFI) a indiqué que le naufrage survenu en avril 2015 au large de la Libye est le plus meurtrier du 21ème siècle. A-t-elle vu juste ?

Par Boubacar Kanté

Radio France Internationale (RFI) a indiqué, le 18 avril 2016, que le naufrage, au large des côtes libyennes, d’un bateau transportant des migrants, un an auparavant, était le naufrage «le plus meurtrier du 21eme siècle».

« Cela fait un an, jour pour jour, qu’un bateau surchargé a coulé au large des côtes libyennes. Le naufrage le plus meurtrier du 21e siècle. Les témoignages des survivants évoquent entre 700 et 900 victimes », a soulignait RFI, dans l’émission « Accents d’Europe ».

L’animatrice de l’émission faisait référence au naufrage, dans la nuit du samedi au dimanche 19 avril 2015, d’un navire transportant des migrants, qui a chaviré à environ 60 miles (110 km) des côtes libyennes avec à son bord plus de 700 personnes.

Pour ce qui est de ce naufrage, «les 28 survivants évoquent le chiffre de 700 à  900 victimes. Notre correspondante en Sicile qui suit le dossier migrants depuis 3 ans maintenant a pu vérifier les chiffres », écrit Catherine Rolland, dans un échange électronique avec Africa Check.

« Il s’agit à  l’heure où nous parlons du naufrage le plus meurtrier depuis 2000. Mardi 19, dans Accents toujours, nous évoquions le départ d’un navire de la marine italienne qui va renflouer l’épave et récupérer les corps piégés dans la cale. Nous serons définitivement fixés dans quelques semaines », ajoute-t-elle.

Les chiffres avancés dans « Accents d’Europe », au sujet de ce drame intervenu il y a un an, semble confirmés, mais s’agit-il pour autant du «naufrage le plus meurtrier du 21e siècle », c’est-à-dire la période qui va de 2000 à nos jours.

1.863 morts dans le naufrage du bateau Le Joola

Une vue aérienne du bateau Le Joola prise le 27 septembre 2002, quelques heures après le drame. Le navire qui reliait Dakar à Ziguinchor s’est renversé. Photo AFP

Une vue aérienne du bateau Le Joola prise le 27 septembre 2002, quelques heures après le drame. Le navire qui reliait Dakar à Ziguinchor s’est renversé. Photo AFP

Les Sénégalais, par exemple, se souviennent du naufrage du bateau «Le Joola», du nom de ce ferry assurant la navette entre Dakar, la capitale sénégalaise, et Ziguinchor, la principale ville des régions du sud du pays.

«Le Joola» a coulé dans la nuit du 26 septembre 2002 au large de la Gambie, faisant 1.863 victimes officielles, un bilan visiblement bien plus élevé que celui du naufrage, il y a un an, au large des côtes libyennes, de ce bateau transportant des migrants.

Al-Salam Boccaccio chavire avec 1.000 passagers

De même, le 2 février 2006,  près de 1.000 personnes meurent dans l’échouement du ferry Al-Salam Boccaccio 98 en mer Rouge, au large de la station balnéaire d’Hourghada, en Égypte. On compte quelque 400 survivants. Le ferry assurait la liaison entre les ports saoudien de Douba et égyptien de Safaga.

Certes, d’autres naufrages de ce du 21e siècle ont fait moins de victimes que celui intervenu en avril 2015 au large des côtés libyennes. Le navire de croisière Le Boulgaria, par exemple, s’était brisé sur la Volga, au Tatarstan russe, à 800 km à l’est de Moscou, le 10 juillet 2011, faisant 122 morts.

«Wilhelm Gustloff», naufrage le plus meurtrier de tous les temps

Des touristes en train de regarder une cloche du paquebot allemand Wilhelm Gustloff dont le naufrage (10.000 morts) est considéré comme le plus meurtrier de tous les temps. Photo AFP

Des touristes en train de regarder une cloche du paquebot allemand Wilhelm Gustloff dont le naufrage (10.000 morts) est considéré comme le plus meurtrier de tous les temps. Photo AFP

Si le torpillage du paquebot allemand «Wilhelm Gustloff», le 31 janvier 1945, fut à l’origine du naufrage le plus meurtrier de tous les temps (10.000 morts, en temps de guerre), la navigation maritime n’a pas enregistré, depuis 2.000, d’accident plus meurtrier que celui du bateau « Le Joola », a confirmé à Africa Check, le directeur de l’Agence nationale des affaires maritimes (ANACIM) du Sénégal, Yérim Thioube.

Il a rappelé, parmi d’autres naufrages importants du 20e siècle, celui du «Dona Paz», entré en collision avec un pétrolier transportant 8.000 barils de pétrole, le 21 décembre 1987, au large de Manille (Philippines).

Cet accident a transformé le navire «en un immense brasier dans une mer de flammes », provoquant  «plus de 4.000 victimes » pour 21 survivants. M. Thioube a précisé que le naufrage du « Dona Paz » est à ce jour considéré comme la plus grave catastrophe maritime jamais survenue en temps de paix.

Conclusion : l’information de RFI est fausse

Jusqu’ici, à la lumière des informations disponibles et confirmées par les experts, le naufrage d’avril 2015 au large des côtes libyennes n’est pas le plus meurtrier du 21ème siècle. Ce triste record revient au bateau « Le Joola », qui a sombré en 2002, avec 1.863 passagers.

Après « Le Joola », il y a eu celui du ferry Al-Salam Boccaccio 98, en 2006, qui a fait près de 1.000 personnes, soit plus que le bilan  du naufrage du 19 avril 2015 au large des côtes libyennes (700 à 900 morts).

Ces deux naufrages, intervenus en Gambie et sur la mer rouge, demeurent par conséquent, et dans l’ordre, les deux naufrages les plus meurtriers du 21e siècle. Mais jusqu’ici, le naufrage du paquebot allemand «Wilhelm Gustloff», survenu en janvier 1945, est le  plus meurtrier de tous les temps avec 10.000 morts.

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*