Non, le taux de croissance était supérieur à 1,7% en 2012

Commentaires 1

Le président Macky Sall soutient que le taux de croissance économique du Sénégal n’avait pas dépassé 1,7% en 2012. Il a avancé ce chiffre, le 23 juillet 2016, lors de la cérémonie d’inauguration d’un échangeur à Dakar. Ce chiffre est bien en deçà du taux de croissance économique enregistré par le Sénégal, cette année-là.

« Quand je prenais le Sénégal en avril 2012, la croissance économique était de 1,7%. Nous sommes partis avec moins de 200 milliards de francs CFA, nous avons travaillé. Est-ce qu’on est resté un mois sans salaire ? Est-ce qu’on n’a pas diminué le prix des denrées ? Est-ce qu’on n’a pas baissé l’impôt des fonctionnaires ? (…) », avait-t-il lancé au public.

Ce même taux de croissance (1,7% en 2012) a été repris par Souleymane Jules Diop, le secrétaire d’Etat chargé du suivi du Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC), quelques jours plus tard, dans un entretien avec le quotidien Enquête.

Y a-t-il des preuves pour ce chiffre ?

Africa Check est entré en contact avec le ministre, coordonnateur du Pôle de communication de la présidence de la  République. El hadji Hamidou Kassé nous a demandé de visiter « le site de l’Agence nationale des statistiques et de la démographie ou de la Direction des prévisions et des études économiques ».

Qu’en disent ces services spécialisés de l’Etat ?

Chargée du suivi des indicateurs économiques au Sénégal, la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE), rattachée au ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, fait savoir, à travers une « Note sur la situation économique et financière au titre de l’année 2012 », que « au plan interne, l’activité économique s’est inscrite en hausse de 3,5% en 2012 contre 2,1 % en 2011, à la faveur de la bonne tenue de l’agriculture (17,4%), du secteur tertiaire (+3,7 %) et des activités d’administration publique (+6,4%) ».

De son côté, dans un document intitulé la « Situation économique et sociale du Sénégal en 2012 »,  l’Agence nationale des statistiques et de la démographie relève qu’ au total,  « l’activité économique a crû de 3,5% en 2012 contre 2,1% un  an auparavant, tirée par le dynamisme du secteur primaire (+9,6% en 2012) et, dans une moindre mesure, par le secteur tertiaire ».

Quel taux de croissance selon les partenaires ?

Macky Sall et ses homologues, lors d’un sommet du G8, en 2015. La rencontre avait, entre autres, abordé la croissance et le commerce. Photo AFP.
Macky Sall et ses homologues, lors d’un sommet du G8, en 2015. La rencontre avait, entre autres, abordé la croissance et le commerce. Photo AFP.

Dans sa rubrique «Senegal data», la Banque mondiale indique que le PIB du Sénégal a cru de 3,4% en 2012.

Par ailleurs, un «rapport semestriel d’exécution de la surveillance multilatérale» au Sénégal produit par l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) renseigne que « l’activité économique enregistrerait un taux de croissance réel de 3,5% en 2012 ».

Présentant son partenaire bilatéral, le ministère français des Affaires étrangères a noté que le Sénégal a connu une croissance économique de 3,7%, il y a quatre ans, c’est-à-dire en 2012.

Le « rapport des services du FMI (Fonds monétaire international) sur les consultations de 2012 » indique qu’au début de 2012, « l’activité économique a souffert de tensions politiques qui ont prévalu avant les élections présidentielles et des effets de la crise au Mali et en Guinée-Bissau ».

Toutefois, précise-t-il, « un rebondissement de  l’agriculture après la sécheresse de l’année dernière  doperait la croissance du PIB réel à 3,7 % (au lieu de 2,6 % en 2011) ».

Selon l’anthropologue du développement, Cheikh Tidiane Dièye, directeur d’Enda-CACID, une ONG basée à Dakar, «en 2012, le taux le plus commun est de 3,5 à 3,7% ». « Pour plus de détails, consultez les documents de la DPEE, de la Banque mondiale, la France, etc.».

D’ailleurs, depuis la dévaluation du franc CFA, il y a plus de 20 ans, la croissance du PIB a toujours dépassé ce taux avancé par le chef de l’Etat, si l’on se fie aux Perspectives économiques en Afrique, une publication de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Conclusion : Macky Sall se trompe sur le taux de croissance en 2012

Le Sénégal n’a pas connu une croissance économique de 1,7% en 2012 mais près du double. Le taux avancé par le Président Macky Sall est donc incorrect.

En effet, la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE) et l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) fixent le taux de croissance économique du Sénégal à 3,5% en 2012 et à 2,1% l’année précédente.

Ce taux de croissance est confirmé par les partenaires du Sénégal dont la Banque mondiale (3,4%), le Fonds monétaire international (FMI)  (3,7%) et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) (3,5%).

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Commenter cet article

Commentaires 1
  1. Par DIOP

    Il est vraiment heureux de voir qu’il y a des gens qui s’intéressent aux chiffres et cela est à saluer car nos autorités n’accordent pas beaucoup d’importances au chiffre publié et décrète leur propre chiffre. Pour les informations fournies par le Président, je pense qu’il faisait réfèrence à l’année 2011 car celui de 2012 est établi à 4.4% (voir la note d’analyse des comptes nationaux de l’ANSD qui est l’institution chargée d’élaborer les comptes nationaux). Il faut aussi préciser que les informations figurant dans la SEF de la DPEE sont des projections et cette institution révise dés que l’ANSD publie ces indicateurs.
    Bravo et bonne continuation.
    Je vous encourage vraiment à aller dans ce sens

    0
    0
    votes
    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*