Manger du gombo élimine-t-il 72 % des cellules du cancer du sein ?

Commentaires 1

Le gombo éliminerait 72% des cellules du cancer du sein, selon des articles partagés sur les réseaux sociaux, pour sensibiliser sur cette maladie. Africa Check a cherché les preuves.

Un article publié sur Internet et largement partagé sur les réseaux sociaux affirme que le « gombo tue 72% des cellules du cancer du sein ».

Chaque année le mois d’octobre est consacré à la sensibilisation au cancer du sein dans le monde. L’objectif est d’attirer l’attention sur la maladie et de promouvoir le dépistage précoce et les soins palliatifs de la maladie.

En 2017, certains en ont profité pour remettre au goût du jour un article qui circule depuis quelques années sur Internet, selon lequel « le gombo tue 72% des cellules du cancer du sein ».

L’article est régulièrement publié et repris sur les réseaux sociaux notamment en 2016 et 2017.

Sur Facebook, il a été partagé par des utilisateurs du mois d’octobre 2017 dans le cadre de la sensibilisation sur le cancer du sein.

Mais cette affirmation est-elle scientifiquement prouvée ?

Comment se développe le cancer du sein ?

Sur le site Internet de la Société canadienne du cancer, il est expliqué que le cancer du sein est causé, entre autres, par un mode de croissance ou un comportement anormal des cellules du sein.

Le site ajoute que « le cancer du sein apparaît le plus souvent dans les cellules tapissant les canaux, qui sont des tubes qui transportent le lait des glandes au mamelon ».

Interrogé dans le cadre de l’émission Arrêt sur Info, coproduite par Africa Check et la radio WADR, le docteur Abdoul Aziz Kassé, cancérologue, précise que le cancer du sein ne s’arrête pas qu’au sein.

« Il a tendance à sortir du sein, à aller dans les ganglions et parfois à se disséminer à tout le corps, déterminant tardivement des métastases », ajoute-t-il.

Il souligne par ailleurs qu’à l’heure actuelle la médecine n’a pas encore déterminé avec précision les facteurs qui favorisent le cancer du sein.
Toutefois, la Ligue sénégalaise contre le cancer (LISCA) signale plusieurs types de cancer du sein.

Un légume riche en fibres

Selon le docteur Mame Mbayame Guèye Dione, nutritionniste, « le gombo est un légume très riche en fibres solubles qui ont la particularité de pouvoir ralentir le transit intestinal mais également aider le corps à se débarrasser du mauvais cholestérol ».

« Le gombo apporte au corps beaucoup de vitamines et de minéraux qui sont des antioxydants qui aident les cellules à travailler correctement », ajoute-t-elle.

Le gombo est un légume riche en fibres.
Le gombo est un légume riche en fibres.

Les effets sont-ils scientifiquement prouvés ?

Le cancérologue Abdoul Aziz Kassé déclare ne pas connaître une seule étude contrôlée mentionnant que le gombo tue 72 % des cellules du cancer du sein.

Il souligne qu’il n’est pas exclu que certaines personnes, en voyant la composition du gombo, pensent que ce légume comporte certaines molécules qui peuvent aider à diminuer le risque de cancer du sein.

Le docteur Kassé insiste toutefois sur le fait qu’en tant que chercheur et universitaire, il ne faut se fier qu’aux études contrôlées.

C’est aussi ce qu’affirme le docteur Mame Mbayame Guèye Dione qui déclare avoir connaissance de deux études portant sur les effets du gombo sur la santé.

«La première était faite sur des souris et qui montre que le gombo pouvait diminuer le taux de glucose dans le sang. La deuxième étude avait été menée au Sénégal par le laboratoire de biologie animale de la faculté des sciences de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar », rappelle-t-elle.

Il s’agit de recherches dans le cadre d’une thèse d’une étudiante nigérienne qui montraient que le gombo pouvait faire baisser le taux de cholestérol à baisse densité et la tension artérielle.

Elle souligne tout de même que l’étude avait porté sur une petite cohorte de 29 personnes.

Conclusion : il n’y a pas de preuves scientifiques

Un article qui circule sur Internet depuis plusieurs années, et partagé sur les réseaux sociaux ce mois d’octobre affirme que le gombo tue 72 % des cellules du cancer du sein.

Mais selon le docteur Abdoul Aziz Kassé, cancérologue, il n’existe aucune étude contrôlée qui valide cette affirmation. Il en est de même du docteur Mame Mbayame Guèye Dione, nutritionniste qui affirme ne pas avoir connaissance de l’existence d’une étude qui soutient cette thèse.

Edité par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Commenter cet article

Commentaires 1
  1. Par Kouame A

    Merci pour cet article avec beaucoup de points d’interrogations.
    Le gombo fait parti des légumes qui se consomme en Afrique subsaharienne. Nos anciens sont très observateurs quand il s’agit des maladies de ce genre comme le cancer. Il faut donc aller vers les naturo soignant pour prendre leurs avis. Je voudrais savoir si Dr Kasse à fait cette démarche ? Eux , ils utilisent les méthodes naturelles de traitement. Les autres utisent les méthodes dites modernes.
    Je crois que des approches pourraient nous éviter les doutes quant aux vertues du gombo pour soigner le cancer de sein. Car il est dit dans un grand livre que
    Dieu a donné l’intelligence aux hommes pour seconder la nature mais pas aux appareils

    0
    0
    votes
    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*