La marijuana peut-elle soigner la rougeole? Pas de preuve

Au Kenya, on souffle de la marijuana sur le visage et les oreilles des enfants de deux ans en guise de prétendu remède contre la rougeole. Est-ce que cela marche ? Africa Check lève un coin du voile de fumée qui entoure ce prétendu remède.

Des femmes de Kisumu  soufflent de la fumée de marijuana sur le visage et les oreilles d’enfants de deux ans pour les guérir de la rougeole, selon le journal Sunday Standard. Elles fournissent également potion à base de marijuana localement appelée bhang. Elles recommandent la prise de deux cuillérées de ce liquide par jour pendant trois jours.

«Le remède marche. Le bhang permet de tuer tous les agents responsables de la rougeole dans le corps », a dit l’une de ces femmes à des reporters, en leur démontrant sa recette.

Les particules du bhang s’enfoncent dans les couches de la peau et enlèvent les particules à l’origine de la maladie, a-t-elle expliqué.

La marijuana peut-elle réellement soigner la rougeole? Africa Check a enquêté.

Pas de traitement spécifique pour la rougeole

Il n’y a pas de traitement spécifique contre la rougeole, maladie très contagieuses causée par un virus, indiquait une fiche d’information publiée en mars 2017 par l’Organisation mondiale de la santé. La rougeole peut toutefois être prévenue avec un vaccin sûr et efficace.

Entre 2000 et 2015, grâce à la vaccination, les décès liés à la rougeole ont baissé de 79% à travers le monde, selon l’institution onusienne. Malgré cela, celle-ci demeure l’une des principales causes de décès chez les enfants, notamment les moins de 5 ans. La plupart des décès sont occasionnés par des complications de la maladie comme l’encéphalite (une infection qui occasionne le gonflement du cerveau) et une diarrhée sévère.

Au Kenya, l’usage de la marijuana est illégal. Cependant, au cours des derniers mois, les législateurs ont reçu des pétitions pour sa dépénalisation pour usage médical.

Pas encore d’essais humains rigoureux

Même s’il y a un intérêt mondial dans l’usage de la marijuana pour traiter beaucoup de choses, il faut plus de recherche, selon l’Organisation mondiale de la santé.

En raison des difficultés liées à la tenue d’études bien faites – comme les strictes conditions légales – elle n’est pas encore rigoureusement testée dans des études impliquant des êtres humains. La plupart des premières études ont été concentrées sur l’Europe et l’Amérique du Nord.

En juin 2015, le Journal of the American Medical Association a publié une revue systématique de 79 essais éligibles sur 505 jugés pertinents. La revue a examiné la preuve de l’usage des cannabinoïdes pour traiter 11 maladies pré-établies ; (Note : les cannabinoïdes sont parmi les 500 composantes connues les plus actives de la marijuana).

La revue a découvert une preuve de «qualité modérée » pour soutenir l’usage des cannabinoïdes pour traiter la douleur chronique et la spasticité (contraction inhabituelle des muscles).

« Lors de notre revue, nous avons examiné tous les essais aléatoires des cannabinoïdes médicales et je suis sûr qu’aucun d’entre eux ne concernait la rougeole », a dit à Africa Check le Docteur Penny Whiting, chercheure à l’Université de Bristol.

Spécialiste des revues, le Docteur Whiting a toutefois précisé qu’ailleurs, il peut y avoir des études non contrôlées ou non-aléatoires dont elle n’est pas au courant.

Un rapport commandité par des législateurs britanniques a découvert de bonnes preuves de l’usage du cannabis pour traiter la douleur chronique et la spasticité. En couvrant des études publiées jusqu’en avril 2016, il a également découvert des preuves modérées de son usage dans le traitement des troubles du sommeil et le manque d’appétit.

Cette revue a découvert des résultats différents pour 23 maladies mais pas pour la rougeole.

Guérir une maladie virale avec la marijuana, un «mythe total»

C’est un «mythe total» de dire que la marijuana peut guérir la rougeole, a déclaré le directeur de la santé publique du Kenya, Keka Ombacho, à Africa Check.

«Lorsque la marijuana est utilisée, elle a pour but de gérer la douleur chronique; Les cannabinoïdes de la marijuana sont un puissant analgésique en raison de leurs effets sédatifs sur le corps», a-t-il déclaré.

Le secrétaire adjoint du Conseil de la pharmacie et des toxicomanes du Kenya, Dr Fred Siyoi, a dit à Africa Check que « la seule chose qui se produira si vous utilisez de la marijuana chez un enfant souffrant de la rougeole sera de l’intoxiquer. Il n’est pas prouvé que la marijuana a un effet thérapeutique sur la rougeole »

«C’est pourquoi nous conseillons aux gens d’aller chercher des médicaments standardisés qui ont déjà été testés», a-t-il recommandé.

Conclusion: aucune preuve médicale que la marijuana soigne la rougeole

Un groupe de femmes dans la ville kényane occidentale de Kisumu aurait utilisé la marijuana pour traiter la rougeole, une maladie hautement contagieuse et l’une des principales causes de décès chez les enfants de moins de 5 ans.

Bien qu’il y ait eu de récentes pétitions pour décriminaliser son utilisation au Kenya, la marijuana reste illégale, comme dans la plupart des pays.

Il existe actuellement un intérêt plus global pour la valeur médicale de la marijuana que des données pour la sauvegarder, bien que deux examens aient montré que cela pourrait soulager la douleur et réduire la rigidité musculaire inhabituelle. Cependant, des essais en masse sur les humains doivent encore être faits pour déterminer si l’utilisation médicale de la marijuana l’emporte sur ses risques connus.

Les experts ont déclaré que l’efficacité de la marijuana comme thérapie domestique pour guérir la rougeole n’est pas prouvée. Bien qu’il n’y ait pas de traitement spécifique pour le virus, il existe un vaccin sûr et efficace.

Traduit de l’anglais. Lisez la version originale ici.

 

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*