Nos articles par flux RSS

Le Nigéria compte-t-il le plus de diabétiques en Afrique subsaharienne?

Le dirigeant d’une entreprise pharmaceutique a déclaré que le Nigeria enregistre le plus de nouveaux cas de diabète dans la région et que 5 millions de personnes dans le pays vivent avec cette maladie. A-t-il fait le bon diagnostic?

Par David Ajikobi

Le diabète est un problème croissant pour le Nigeria, a dit le responsable d’une multinationale pharmaceutique, à la veille d’un récent sommet sur cette maladie chronique à Lagos.

«Il y a environ trois ans, l’Afrique du Sud et l’Éthiopie avaient plus de diabétiques que le Nigéria», a déclaré le  Dr Philip Ikeme, directeur médical du Nigeria, du Ghana et de l’Afrique orientale du géant pharmaceutique Sanofi. Parmi les produits de Sanofi, citons les injections d’insuline utilisées pour gérer le diabète.

« Le Nigéria est actuellement le pays où l’incidence du diabète est la plus élevée en Afrique subsaharienne » (Note : l’incidence se réfère au nombre de nouveaux cas sur une période donnée, soit un mois ou un an, alors que la prévalence est le nombre total de personnes dans une population ayant une maladie sur une période de temps spécifique)

«En termes de chiffres réels, nous examinons cinq millions de personnes que nous savons atteintes de diabète», a déclaré M. Ikeme, ajoutant que le nombre réel était « beaucoup plus ».

Les données disponibles confirment-elles la déclaration d’Ikeme?

Nous avons examiné les chiffres.

Qu’est-ce que le diabète?

Le diabète est une maladie chronique causée par l’incapacité du corps à produire les quantités requises d’insuline – l’hormone qui régule la glycémie – ou à utiliser efficacement l’insuline qu’il produit, selon l’Organisation mondiale de la santé. Ce sont respectivement les diabètes de type 1 et de type 2.

En 2015, il s’agissait de la 6e cause de décès dans les pays à revenu faible et intermédiaire. L’OMS note qu’au cours de la dernière décennie, la prévalence du diabète a augmenté plus rapidement dans les pays à revenu faible et intermédiaire que dans les pays à revenu élevé. Elle estime qu’en 2014, environ 25 millions de personnes en Afrique subsaharienne vivaient avec la maladie, contre 4 millions en 1980.

Si elle n’est pas bien contrôlée, le diabète peut causer la cécité, l’insuffisance rénale et entraîner une amputation des membres, en plus d’autres conséquences à long terme.

AFFIRMATION VERDICT
« Le Nigeria a l’incidence la plus élevée de diabète en Afrique subsaharienne » Pas de preuve

Pour appuyer ses affirmations, Ikeme a orienté Africa Check vers deux études sur le diabète au Nigeria. L’ine d’elles, datant de 2008, cite les estimations de l’OMS selon lesquelles 1,7 million de Nigérians vivaient avec le diabète, tandis que l’autre fixait ce nombre à 4 millions en 2014.

«Je crains que les reportages [des médias] surévaluent légèrement, car les publications indiquent qu’environ 4 millions de personnes sont susceptibles de souffrir du diabète et 70% à 80% d’entre elles ne sont pas diagnostiquées. La prévalence du diabète connue est estimée à 1,7 million de Nigérians »

Ikeme a spécifiquement parlé de nouveaux cas de diabète au Nigeria (incidence) lors de la réunion d’information. Mais le dernier rapport sur le diabète de l’Organisation mondiale de la santé ne contient pas de données spécifiques sur les nouveaux cas au Nigeria ou en Afrique subsaharienne et indique que les données font « généralement défaut ».

Le Dr Gojka Roglic, qui travaille pour le département des maladies non transmissibles de l’OMS, a déclaré à Africa Check qu’il n’existe aucune donnée sur le diabète provenant de l’agence mondiale de la santé ou de toute autre source.

L’OMS a noté qu’en 2015, seulement 17% des pays d’Afrique subsaharienne avaient un registre du diabète.

«Cependant, aucune donnée n’est disponible sur l’incidence de n’importe quel pays en Afrique, donc l’allégation est non fondée», a ajouté Roglic.

AFFIRMATION VERDICT
Plus de 5 millions de Nigérians vivent avec le adiabète de type ou de type 2 Globalement correcte

Les données les plus récentes de l’Organisation mondiale de la santé sur le Nigeria annoncent une prévalence de 4,3% chez les adultes (18 ans et plus) de 1980 à 2014, a déclaré le Dr Gojka Roglic à Africa Check.

«Étant donné qu’il y a environ 90 millions d’adultes au Nigeria, selon les estimations des Nations Unies pour 2015, le nombre d’adultes atteints de diabète s’élève à environ 3,9 millions », a-t-il dit. La prévalence chez les enfants nigérians n’est pas connue, mais elle ne « changerait pas substantiellement le total », a ajouté Gojka.

Selon la Fédération internationale du diabète, environ deux tiers des personnes atteintes de diabète en Afrique ne sont pas diagnostiquées. Au Nigeria, la dernière enquête nationale sur le diabète remonte à 1997.

« Parce que nous avons une mauvaise méthode de collecte des données de santé au Nigeria, ces estimations [la FID et l’OMS] ne sont pas vraiment le reflet de ce qui se passe dans le pays, » a dit à Africa Check le Dr Davies Adeloye, du département de la démographie et des statistiques sociales de la Covenant University dans l’Etat d’Ogun (Nigeria).

Une analyse de 42 études réalisées sur le diabète au Nigeria entre 1985 et 2016 – dont Adeloye en est co-auteur – et publiée en octobre 2017, a révélé qu’environ 4,7 millions de Nigérians âgés de 20 à 79 ans souffraient de diabète de type 2.

Il serait donc correct de dire que plus de cinq millions de Nigérians ont les deux types communs de diabète, a déclaré Adeloye.

« Même à partir des estimations de l’IDF et de l’OMS, 80% de cette estimation sont valables pour le diabète de type 2. Cela signifie qu’il pourrait y avoir un intervalle de 20% pour les autres types de diabète », a-t-il expliqué. « Donc, si 4,7 millions sont 80%, et si nous voulons modéliser, nous pourrions dire que plus de 5 millions de Nigérians vivent avec le diabète ».

Traduit de l’anglais. Consultez la version originale.

© Copyright Africa Check 2017. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org".

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets évoqués sur son site. Pour nous assurer que la discussion est en conformité avec des objectifs, nous avons mis en place un réglements pour ces contributions

Les contributions doivent:

  • Etre en rapport
  • Etre rédigées en français

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre diffamatoires, obcènes, abusives, menacer veis et faites dans un langage menaçant
  • Encourager ou constituer une conduite illégale
  • Véhiculer des informations personnelles sur vous sur les autres, susceptibles de mettre quelqu'un en danger
  • Contenir un URL inadapté
  • Constituer un courrier indésirable ou non autorisé
  • Etre soumise plusieurs fois sur le même sujet et le même article

En faisant une contribution, you acceptez que, en plus de Règlement intérieur, vous êtes lié à l'ensembel des termes et conditions d'Africa Check accessible sur le site web.

*