Nigeria : de fausses affirmations sur la qualification des enseignants et le niveau de lecture des élèves

Affirmations

Deux déclarations sur ll'enseignement au Nigeria

Source: Fondation Orlando

checked

Verdict

Toutes les deux déclarations sont incorrectes.

  • Une plaquette de la Fondation Oando affirme que 44 % des enseignants du primaire au Nigéria ne sont pas qualifiés et que 50 % des élèves de 6e année ne savent pas lire.
  • Les données du ministère de l’Education montrent que 28 % de tous les enseignants du primaire – 14 % dans les écoles publiques - n’ont pas le minimum requis.
  • Une enquête menée en 2015 a révélé que 20 % des élèves de 6e année ne pouvaient pas du tout lire.


Le système éducatif en difficulté du Nigéria se manifeste par la mauvaise forme de ses écoles publiques, a récemment déclaré le responsable d’une organisation caritative œuvrant dans le domaine de l’éducation.

Selon le journal The Nation, Adekanla Adegoke, de la fondation Oando, a déclaré que « plus de 40 % des enseignants du primaire ne sont pas qualifiés » et que 50 % des élèves de sixième année du cursus primaire ne peuvent du tout pas lire.

La Fondation Oando appartient à Oando PLC, une entreprise énergétique locale. Akinpelu Oyeleke, responsable de la communication de la fondation, a déclaré à Africa Check que les déclarations n’étaient pas une citation directe d’Adegoke.

« Cela a peut-être été extrait d’une publication existante, référencée par la fondation et partagée dans un dossier de presse », a-t-il écrit, dans un courriel.

Mais est-ce que ces chiffres concernant le faible niveau d’alphabétisation des élèves de sixième année du cursus primaire et la non qualification des enseignants sont corrects ? Voici ce que montrent les données sur l’éducation.

 

AFFIRMATION VERDICT
« Plus de 40 % des enseignants du primaire ne sont pas qualifiés »

 

Incorrect

Une brochure sur le site Web de la Fondation Oando indique que 44% des enseignants du primaire ne sont pas qualifiés.

Africa Check a demandé si le chiffre inclut à la fois les enseignants des écoles primaires publiques et privées, mais la fondation n’a pas répondu.

Le National Teachers Institute exige qu’un enseignant doit posséder au moins un certificat national en éducation, ou NCE, pour enseigner à l’école primaire.

En 2016, selon les données du ministère fédéral de l’Education, 550 262 enseignants, soit 72 % des 764 596 enseignants des écoles primaires publiques et privées, avaient un NCE.

Ce ratio passe à 86 % lorsque seuls les enseignants des écoles primaires publiques sont pris en compte.

Cela signifie que 28 % de tous les enseignants du primaire et 14 % des enseignants des écoles primaires publiques n’ont pas de NCE.

Nous évaluons donc la déclaration comme étant incorrecte.

 

AFFIRMATION VERDICT
«50% des élèves de sixième année du primaire ne peuvent pas du tout lire » Incorrect

Cette affirmation figure également dans la brochure sur le site de la fondation, citée par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef).

Geoffrey Njoku, spécialiste de la communication à l’Unicef, nous a dirigés vers l’enquête 2015 sur les données de l’éducation au Nigéria pour obtenir les statistiques les plus récentes sur l’alphabétisation.

L’enquête a été réalisée par la Commission nationale de la population, le ministère de l’éducation et le Bureau national des statistiques, avec un financement de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (Usaid).

Sur les 84 832 enfants éligibles interrogés au Nigeria, des évaluations de l’alphabétisation ont été effectuées pour 79 374 enfants des écoles publiques et privées.

Les enfants étaient considérés comme alphabétisés s’ils pouvaient lire au moins l’un des trois mots en anglais ou dans l’une des trois langues nationales présentées sur une carte mémoire.

L’enquête a révélé que pour les élèves de la 6e année du cursus primaire, le taux d’alphabétisation était de 80 %. Cela signifiait que 20 % des enfants de cette classe ne pouvaient du tout pas lire.

Traduit de l’anglais. Lisez la version originale ici.

© Copyright Africa Check 2018. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*