Nigeria : l’équipe de Buhari se trompe sur les exportations agricoles

Affirmation

Au premier trimestre de 2018, les exportations de produits agricoles du Nigéria s’élevaient à 577 milliards de nairas.

Source: Festus Keyamo, responsable des médias, équipe de campagne du candidat Buhari (octobre 2018).

incorrect

Verdict

Explication: Les exportations agricoles ont atteint 73,2 milliards de nairas au premier trimestre de 2018.

  • Festus Keyamo, directeur des médias de la campagne de réélection du président Muhammadu Buhari, a déclaré que le Nigéria avait tiré 577 milliards de nairas des exportations agricoles au premier trimestre de 2018
  • Les statistiques officielles montrent que le Nigéria a tiré 73,2 milliards de nairas des exportations agricoles au cours de ces trois mois.
  • Les recettes totales de toutes les exportations non pétrolières s’élèvent à 577,6 milliards de nairas, correspondant exactement ce que prétend Keyamo.


L’un des principaux engagements du président nigérian Muhammadu Buhari, candidat à sa propre succession en 2019, était de créer davantage d’emplois dans l’agriculture.

Un haut responsable de la campagne de Buhari a récemment déclaré à la télévision que cette politique portait ses fruits et faisait de l’agriculture « l’un des plus gros bénéficiaires de l’économie du Nigeria » en devises étrangères.

Le responsable des médias Festus Keyamo débattait avec Segun Sowunmi, porte-parole d’Atiku Abubakar, perçu comme rival de Buhari et vice-président du Nigéria de 1999 à 2007. « Au premier trimestre de 2018, nous avons gagné 577 milliards de nairas (1,89 milliard de dollars américains), une première dans l’histoire de l’agriculture », a déclaré Keyamo sur Channels TV en octobre 2018.

La déclaration de Keyamo sur les exportations de produits agricoles est-elle conforme aux données officielles ?

Qu’est-ce qui compose les exportations ?

Africa Check a tenté à plusieurs reprises de contacter M. Keyamo pour lui demander de clarifier sa déclaration et de partager ses données, mais il n’a pas encore répondu. Nous mettrons à jour cet article dès qu’il réagit.

Les données officielles du Nigéria sur le commerce sont publiées tous les trois mois par le Bureau national des statistiques.

Ses statistiques du commerce extérieur pour le premier trimestre de 2018 indiquent que le Nigéria a généré des recettes de 4 600 milliards de nairas (15,3 milliards de dollars) de janvier à mars. (Note : le taux de change officiel de la Banque centrale du Nigéria est de N306 pour un dollar américain.)

C’était ainsi composé :

• Exportations de pétrole brut : 3 600 milliards de nairas, soit les trois quarts du total (76,3 %)
• Autres produits pétroliers tels que le gaz naturel liquéfié et le bitume : 535,8 milliards de nairas (11,4 %)
• Produits manufacturés : 434,37 milliards de nairas (9,3 %)
• Autres biens (biens agricoles, minéraux solides, matières premières, biens énergétiques): 143,3 milliards de nairas (3,1 %).

Le chiffre n’est correct que pour toutes les exportations non pétrolières

Le Nigéria a généré 73,24 milliards de nairas (239,3 millions de dollars) au titre des exportations agricoles au premier trimestre de 2018.

M. Keyamo n’aurait raison que s’il faisait référence à toutes les exportations non pétrolières de cette période, qui s’élevaient à 577,6 milliards de nairas (1,89 milliard de dollars américains).

Les exportations non pétrolières comprennent les produits manufacturés, ainsi que les produits agricoles, les minéraux solides, les matières premières et les biens énergétiques tels que le bois dur, le charbon de bois et le bois de conifères.

Si c’était le cas, le chômage serait en baisse

Selon le Dr Victor Oriavwote, chargé de cours au département des sciences sociales, de l’économie et des études de développement de l’Université fédérale d’Ouoke, le Nigéria n’a pas connu une croissance économique aussi rapide qu’avant le boom pétrolier du pays.

« Si nous produisons et exportons davantage aujourd’hui, pourquoi l’agriculture ne contribue-t-elle pas davantage à notre PIB et à nos recettes en devises ? Je ne pense pas que la production et les exportations agricoles du Nigéria se soient considérablement améliorées », a-t-il déclaré à Africa Check.

« Si c’était le cas, les chiffres du chômage auraient diminué ». Le taux de chômage était de 18,8 % au troisième trimestre de 2017, contre 8,2 % au deuxième trimestre de 2015. Environ 37,4 millions des 85 millions de travailleurs nigérians sont employés dans le secteur agricole.

Il a déclaré que même si le Nigéria possède de bonnes terres agricoles, un climat approprié et suffisamment de main-d’œuvre, les politiques officielles n’avaient pas renforcé le « véritable agriculteur des zones rurales ».

Conclusion : le Nigéria a tiré 73 milliards de nairas, et non 577 milliards de nairas, en exportant ses produits agricoles au premier trimestre 2018

Stimuler l’agriculture pour créer des emplois est une politique clé du président nigérian Muhammadu Buhari dans la perspective des élections de 2019. Festus Keyamo, le responsable des médias de la campagne pour sa réélection, a déclaré que le pays avait généré des recettes de 577 milliards de nairas sur les exportations agricoles de janvier à mars 2018.

Toutefois, les données officielles montrent que les produits agricoles n’ont rapporté que 73,24 milliards de nairas. Le chiffre de Keyamo est identique à celui de 577,6 milliards de nairas réalisé par toutes les exportations non pétrolières au premier trimestre.

Cette affirmation est donc incorrecte.

Traduit de l’anglais. Lisez la version originale ici.

© Copyright Africa Check 2018. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*