Nigeria : l’Etat de Kaduna a-t-il plus d’or que l’Afrique du Sud?

Le gouverneur de l’Etat de Kaduna, au Nigeria, Nasir Ahmad El-Rufai, a dit à de potentiels investisseurs que son Etat dispose de «toutes les données» pour prouver qu’il a plus d’or que l’Afrique du Sud. Où est-ce que cela se trouve ? Africa Check a cherché à savoir.

Depuis qu’il était ministre sous Olusegun Obasanjo, Nasir El-Rufai ne s’est jamais privé de dire son opinion.

Et depuis que M. El-Rufai est devenu gouverneur de Kaduna, un Etat du Nord-Ouest, sous la bannière du parti au pouvoir, All Progressives’ Congress (APC) en 2015, ses sorties prennent une tournure plus controversée.

En ouvrant un sommet de deux jours sur l’économie et l’investissement à Kaduna, le mois dernier, M. El-Rufai a prononcé un discours. TheCable.ng  rapporte qu’il a dit: « Au sujet des minéraux solides, vous avez vu la présentation des minerais dont nous disposons à Kaduna, mais il manque un minerai très important : l’or ».

«Nous venons de confirmer que l’Etat de Kaduna, en fait, le gouvernement local de Birnin Gwari, a plus d’or que l’Afrique du Sud. C’est prouvé, c’est vérifiable. Nous avons toutes les données et nous collaborons avec le ministère fédéral [du Développement] des Mines».

(Note : Entre parenthèses, TheCable.ng a illustré son article avec l’image de mineurs ghanéens)

Est-ce que tout ce qui brille est de l’or dans la déclaration de M. El-Rufai ? Nous avons cherché à en savoir plus.

Parlait-il de gisements ou de ressources en or?

Le gouverneur Nasir El-rufai s’exprimant lors du sommet de Kaduna sur l’’économie et l’investissement en avril 2016.
Le gouverneur Nasir El-rufai s’exprimant lors du sommet de Kaduna sur l’’économie et l’investissement en avril 2016.

Une vidéo de YouTube sur les reportages des chaînes de télévision confirme que M. El Rufai a été fidèlement cité.

Pendant une semaine, Africa Check a cherché à contacter son porte-parole Samuel Arwuan pour demander la source des données utilisées par M. El-Rufai. Mais M Arwuan n’a répondu ni aux appels téléphoniques ni aux SMS. Plus tard, nous avons appelé à partir d’un numéro de téléphone basé au Royaume-Uni et là M. Arwuan a rappelé, après avoir manqué notre appel. Mais il a raccroché immédiatement après avoir su les raisons de notre appel.

Pour vérifier les propos du gouverneur, il faut savoir s’il l’or dont il parle dans l’Etat de Kaduna est composé de gisements ou de ressources.

Thomas Yager, spécialiste du Nigeria et de l’Afrique du Sud au United States Geological Survey, une agence du gouvernement américain, a expliqué à Africa Check que les gisements renvoient aux dépôts de minerai qui peuvent être exploités économiquement à un moment donné.

Quant aux ressources, elles sont composées de dépôts et de gisements dont l’extraction coûterait cher en ce moment. Et on se sait pas auquel de ces deux M. El-Rufai se référait.

Difficile de trouver des données sur l’or nigérian

Les statistiques officielles sur l’or qu’on croit exister dans le sous-sol nigérian ne sont pas tout à disponibles. La Nigerian Mining Corporation, créée en octobre 1972 en tant qu’organe statuaire chargé de gérer les activités minières, est basée à Jos, à quatre heures de route de Kaduna. Mais elle est dans la léthargie, parce que l’attention du gouvernement est plutôt tournée vers le secteur du pétrole et du gaz.

En 2010, un rapport du ministère des Mines montrait que la production totale d’or du Nigeria était de 6 tonnes depuis les années 1930. Les chiffres du US Geological Survey’s 2016 Mineral Commodity Summaries évaluent la production sud-africaine en 2014 à 152 tonnes et la quantité des gisements à 6.000 tonnes, soit la troisième production mondiale derrière l’Australie et la Russie.

Le ministre nigérian du Développement des Mines de 2006 à 2007, actuellement professeur de droit à l’Université d’Arizona, Leslye Obiara, a dit à Africa Check : « quand j’étais à la tête de ce département, nous avions des preuves sur de potentiels dépôts d’or du Nigeria. Cependant la recherche scientifique pour renforcer les découvertes et préciser les détails spécifiques se poursuivait au moment de mon départ ».

Yinka Oyebode, porte-parole de l’actuel ministre Kayode Fayemi, a indiqué à Africa Check que les données sont en train d’être collectées pour recalculer la quantité des gisements aurifères au Nigeria. « Donc je ne peux vous dire la quantité maintenant. Le ministre en a fait une priorité consistant à actualiser les choses et collaborer avec les gouvernements locaux dans l’exploitation des ressources minières y l’or de la région Kaduna-Nasarawa », a-t-il expliqué.

Conclusion: il n’y a pas de données disponibles prouvant que Kaduna a plus d’or que l’Afrique du Sud

Le gouverneur de l’Etat de Kaduna, Nasir El-Rufai a affirmé qu’il est prouvé et vérifiable que sa région dispose de plus d’or que l’Afrique du sud, qui a été pendant de longues années le premier producteur mondial.

Son porte-parole n’a pas cependant répondu à notre sollicitation pour des preuves. Le gouvernement du Nigeria n’a pas de données disponibles non plus.

Jusqu’à ce que M. El-Rufai nous montre toutes les preuves, son affirmation reste un simple vœu. La suggestion selon laquelle la déclaration peut être vérifiée est également incorrecte.

Traduit de l’anglais par Assane Diagne

© Copyright Africa Check 2016. Vous pouvez reproduire cet article totalement ou partiellement dans le cadre d’un reportage et /ou d’une discussion sur l’information et l’actualité, à condition d’en attribuer le crédit à “Africa Check, une organisation non partisane qui encourage la précision dans le débat public et dans les médias. Twitter @AfricaCheck_FR et fr.africacheck.org”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Africa Check encourage une discussion franche, ouverte et inclusive sur les sujets abordés sur son site Web. Pour que la discussion réponde à ces objectifs, nous avons établi un règlement intérieur simple pour les contributions.

Les contributions doivent:

  • Etre en relation avec le sujet de l’artcle ou de la publication
  • Être écrit en francais

Les contributions ne peuvent pas:

  • Etre dans un langage ou contenir des informations diffamatoires, obscènes, abusives, relever de la menace ou du harcèlement;
  • Encourager ou constituer un comportement illégal
  • Véhiculer un message à l’égard duquel une autre partie détient les droits, lorsque vous n’avez pas acquis ces droits;
  • Contenir des informations personnelles sur vous ou d’autres personnes qui pourraient mettre quelqu’un en danger;
  • Contenir des URL inappropriées;
  • Constituer du courrier indésirable ou de la publicité non autorisée;
  • Être soumis à plusieurs reprises comme commentaires sur le même article ou post;

En faisant une contribution, vous acceptez qu’en plus de ce règlement intérieur, vous soyez lié par les . Les conditions générales d’Africa Check peuvent être consultées sur le site Web.

*